Archives pour la catégorie Etudiants

Nina Bessaguet – Position de recherche

Contact : nina.bessaguet@etu.unilim.fr
Voir le CV sur https://fr.linkedin.com/in/nina-bessaguet-10ba85154

 

La création amoureuse dans les  journaux intimes photolittéraires et photocinématographiques

Sophie Calle et Greg Shephard, Annie Ernaux et Marc Marie, Denis et Françoise Roche, Jacques et Alix Cléo Roubaud : des collaborateurs amoureux.

Sous la direction de Madame Chloé Ouaked (Université de Limoges)
Soutenance le Vendredi 15 juin 2018

 

                      Affectionnant tout particulièrement le cinéma, mais également l’alliance du texte et de l’image, les thèmes du temps, de la mémoire, de la mort et ayant une appétence toute particulière pour une écriture que je définis comme étant de l’ordre de la « sensibilité » et des « sentiments », mon sujet de mémoire s’est alors orienté vers ce que je nomme la « photolittérature amoureuse » dont le support qu’est le journal intime semble être l’appui idéal à la préservation des sentiments d’hommes et de femmes en couple au moment de la création. La démarche de recherche, si elle comprend un corpus mêlant de nombreux supports (livres, films, photographies, théories littéraires et philosophiques), s’appuie principalement sur les œuvres que sont Notre Antéfixe (1978) de Denis et Françoise Roche ; Journal (1979-1983) (1984 [2ͤ éd. 2009]) de Jacques et Alix Cléo Roubaud ; No sex last night (1996), film co-réalisé par Sophie Calle et Greg Shephard ; ainsi que L’usage de la photo (2005) d’Annie Ernaux et Marc Marie.

Continuer la lecture de Nina Bessaguet – Position de recherche 

AMANGOUA Loïs – Position de recherche

Les représentations de l’espace par les écrivains de la diaspora africaine dans le cadre du retour : le cas de Leonora Miano, Alain Mabanckou et Noo Saro Wiwa.

Mémoire de Master 2 en cours de rédaction dirigé par  le professeur Bertrand Westphal.

Soutenance: Courant Juin 2018.  Contact: henaba.amangoua@etu.unilim.fr

          La littérature africaine contemporaine fait l’objet d’ardentes discussions académiques depuis les travaux d’Abdourahman A. Waberi en 1998, qui signalent la naissance d’une nouvelle génération d’écrivains africains dans les années 1980. Quatrième génération de l’histoire littéraire africaine, après celle des pionniers, de la négritude et de la désillusion, Waberi les nomme « les enfants de la postcolonie ». Ce sont des auteurs d’origine africaine, installés en Europe et particulièrement en France, dont l’écriture aborde les conditions de vie de l’immigré et les questions  actuelles des pays d’accueil. Ceux-ci, refusant d’être enfermés dans le carcan stéréotypé des termes « auteurs africains, écrivains noirs, etc. », essaient de se positionner dans une littérature-monde. Continuer la lecture de AMANGOUA Loïs – Position de recherche