Archives pour la catégorie Enseignements

[cours 2017-18] Enquête sur Fred Vargas

 « Cultures Médiatiques » S3

Fred Vargas : enquête sur une œuvre de grande consommation en régime médiatique

Enseignant(s) : Irène Langlet, Jacques Migozzi

 

On se proposera de questionner le succès éclatant de Fred Vargas comme un cas d’école de récit contemporain de grande consommation Continuer la lecture de [cours 2017-18] Enquête sur Fred Vargas 

[cours 2017-18] De la sérialité

« Cultures Médiatiques » S2 

Cultures Médiatiques : la sérialité

Enseignant(s) : Irène Langlet (12h), Natacha Levet (12h)

Le cours s’attache à mettre en place, à travers un certain nombre d’approches théoriques et de cas d’étude, la notion de sérialité, centrale dans la production et la réception des récits médiatiques contemporains. Saisie dans sa mise en place dans les industries culturelles du 19ème siècle jusque dans ses avatars les plus immédiatement contemporains, la sérialité permet de caractériser les modes de production des œuvres littéraires, graphiques, cinématographiques, viédoludiques et télévisuelles. Du roman-feuilleton du 19ème siècle ou de la Belle-Epoque à la convergence culturelle (Jenkins), du crossmédia au transmédia, ce seront différentes facettes de la sérialité qui seront abordées ici, à travers différents genres, tels que la science-fiction ou le noir, et différents médias, littérature, arts graphiques, séries télévisées, entre autres.

Biblio (programme et/ou lectures critiques) :

Bernard LAHIRE, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris : La Découverte, 2004.

BESSON, Constellations, Paris, CNRS éditions, 2015.

BLETON, « Une forte impression : recit paralittéraire, imprime et culture médiatique », in Belphégor, vol.I, n°2, 2002. URL : http://etc.dal.ca/belphegor/vol1_no2/articles/01_02_Bleton_Impres_fr.html

BLETON, Ca se lit comme un roman policier, Québec : Nota Bene, Etudes culturelles, 1999.

KALIFA, La culture de masse en France. 1. 1860-1930., Paris : La Découverte, Repères, 2001.

LE GUERN (dir), Les Cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2002.

LETOURNEUX, « Répétition, variation… et autoplagiat, la question des stéréotypes dans les genres populaires », Loxias n°17, juin 2007, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=1699.

LETOURNEUX, « Les Formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse », Strenae, n° 2, 2011, http://strenae.revues.org/264 (notamment l’introduction : http://strenae.revues.org/434)

LETOURNEUX, « Culture médiatique », revue Compar(a)ison, Peter Lang, Genève, 2005.

LITS, « De l’importance du genre en culture médiatique », in Belphégor, vol. III, n°1, 2003. URL : http://etc.dal.ca/belphegor/vol3_no1/articles/03_01_Lits_culmed_fr.html

LITS, « L’impossible clôture des récits médiatiques », A contrario 2010/1 : https://www.cairn.info/revue-a-contrario-2010-1.htm

LITS, « Le concept de culture médiatique », in La Culture médiatique aux XIXe et XXe siècles, Louvain : Les Dossiers de l’ORM, COMU n° 6, novembre 1999.

MAIGRET, MACE (dir), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Armand Colin et INA, 2005.

MARTEL Mainstream. Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, Paris : Flammarion, 2010 ; avec nouveau sous-titre Enquête sur la guerre globale de la culture et des médias, Paris : Champs Flammarion, 2012.

MIGOZZI, Boulevards du populaire, Limoges : PULIM, Médiatextes, 2005.

Modalités de contrôle

Dossier numérique (blog) et présentation orale en séance collective, avec conduite de projet :

  • remise d’un projet à mi-semestre, évaluation et validation du sujet par les 2 enseignants
  • suivi méthodologique de la réalisation sur Moodle et dans au moins 1 cours
  • remise du dossier sous forme numérique
  • oral de soutenance, séance collective, en janvier.

Type de cours :

Séminaire théorique et pratique.

[cours 2017-18] L’éloquence, théorie et pratique

« Codes et langage » S3

brando cesar
Marlon Brando dans Jules César,de Mankiewicz, MGM, 1953.

L’éloquence: des théories à la pratique

Enseignant(s) : Bernadette Morin (4H); Laurence Pradelle (8H); Antoinette Gimaret (8H); Irène Langlet (4H)

Disciplines:

Antoinette Gimaret: Langue et Littérature françaises XVIIe (9e)

Irène Langlet: Langue et Littérature françaises XXe (9e et 10e)

Bernadette Morin: Langue et Littérature grecques (8e)

Laurence Pradelle: Langue et Littérature latines (8e)

 

Ce cours se propose de retracer quelques jalons de l’histoire de l’éloquence, depuis la période antique (gréco-romaine) jusqu’à aujourd’hui, en passant par l’âge classique. Il s’élaborera en quatre temps:

1/ une première partie, introductive, retrace la naissance de l’art oratoire en Grèce : le rôle des institutions politiques ; la révolution sophistique ; les différents genres de l’éloquence;

2/ la seconde partie est consacrée à l’élaboration par Cicéron, de la notion d’éloquence (politique ou juridique), qu’il oppose à la rhétorique.

– sur le plan méthodologique: brève histoire des théories en matière oratoire (les différents types d’éloquence, les parties du discours, les topoi, etc., à partir du De oratore et de l’Orator) délimitant les champs de la « pure rhétorique » opposée à la véritable « éloquence ».

– sur le plan pratique: étude d’un discours particulier.

3/ une troisième partie est consacrée à l’éloquence au XVIIe siècle, avec un éclairage sur la prédication (foyer essentiel d’éloquence à l’âge classique) grâce à l’étude des oraisons de Bossuet: celles-ci permettent de montrer comment certaines anciennes querelles se renouvellent alors en se greffant sur des querelles religieuses (asianisme/atticisme devenant prédication réformée/catholique).

4/ la quatrième partie aborde le « retour du refoulé rhétorique » dans la littérature et la pensée du langage au XXè siècle: on s’attachera à l’année 1970, qui voit la parution de trois éléments majeurs du débat (Barthes, Genette, groupe µ). Puis on suivra le cheminement d’un textualiste dans sa ressaisie de memoria (Beaujour) et d’un philosophe dans sa tentative de repenser le système rhétorique global (Meyer).

Bibliographie:

1/ Monde grec

Corpus primaire :

DEMOSTHENE, Troisième Philippique, Paris, Garnier Flammarion, Paris, 2000

ISOCRATE, Eloge d’Hélène, Paris, Belles Lettres, 1972.

LYSIAS, Contre Eratosthène, Paris, Belles Lettres, 1992.

PLATON, Gorgias, Paris, Garnier Flammarion, 1993.

Corpus secondaire :

  1. COULET, Communiquer en Grèce ancienne, Paris, Belles Lettres, 1996.
  2. PERNOT, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Livre de Poche, 2000.
  3. de ROMILLY, Les grands sophistes dans l’Athènes de Périclès, Paris, Livre de Poche, 1988.

2/ Rome:

Corpus primaire:

CICERON, De oratore, Les belles Lettres

CICERON, L’orateur, Les Belles Lettres

CICERON, Pro Archia, Les Belles Lettres

Corpus secondaire

  1. ACHARD, La Communication à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1991.
  2. I. MARROU, Histoire de l’Éducation dans l’Antiquité, Paris, Seuil, 1965 (6e éd.).
  3. MICHEL, Rhétorique et Philosophie chez Cicéron, Paris, Les Belles Lettres, 1960.

ID., La Parole et la Beauté. Rhétorique et esthétique dans la tradition occidentale, Paris, Les Belles Lettres, 1960.

3/XVIIe:

Corpus primaire:

BOSSUET Le Carême du Louvre (1662), édition Folio, 2001, introduction Constance Cagnat-Debœuf.

ID., Oraisons funèbres, éd. Anne Régent, Petits classiques Larousse, 2004 OU édition Folio Classiques 2004.

Lectures complémentaires (ces ouvrages n’ayant pas d’édition moderne, des extraits seront distribués) :

GRENADE Louis (de) La Rhétorique de l’Église ou l’éloquence des prédicateurs, [Ecclesiasticae Rhetoricae libri tres, 1576], Paris, Jean Villette, 1698.

PANIGAROLE François L’Art de prescher et de bien faire un sermon [Modo di comporre una predica, Milan, 1584], traduit par Gabriel Chappuys, Paris, Regnault Chaudière, 1604.

ID., Cent sermons sur la Passion de Nostre Seigneur prononcez à Milan et traduits par Gabriel Chappuys [Cento ragionamenti sopra la Passione di Nostro-Signore, fatti in Milano, Napoli, 1586], Paris, P. Cavellat, 1586.

La Rhétorique françoise contenant les principales règles de l’éloquence de la chaire tirées de Grenade et d’autres célèbres écrivains, confirmées par les exemples de l’Écriture sainte, des Pères les plus éloquents et des Auteurs modernes les plus illustres, Paris, Pierre le Monnier, 1673.

RICHESOURCE, L’Éloquence de la chaire ou la rhétorique des prédicateurs c’est-à-dire la maniere de bien prescher et de bien panégyriser, Paris, Académie des orateurs, 1673.

Lectures critiques :

CHEVALIER Françoise, Prêcher sous l’Édit de Nantes, la prédication réformée au XVIIe siècle en France, Genève, Labor et fides, 1994.

FUMAROLI Marc, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res litteraria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980, réédition, Paris, Albin Michel, 1994.

HACHE Sophie, La Langue du ciel. Le sublime au France au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2000.

Lectures de Bossuet. Le Carême du Louvre, PUR, Rennes, 2001.

MILLET Olivier, « Ethos et pathos dans la prédication ecclésiastique au XVIe siècle : l’Ecclesiastes d’Érasme entre la tradition scolastique et la réforme protestante », in Ethos et pathos, le statut du sujet rhétorique, actes du colloque de Saint Denis de juin 1997, dir. François Cornilliat et Richard Lockwood, Paris, Champion, 2000.

MOUCHEL Christian, Cicéron et Sénèque dans la rhétorique de la Renaissance, Marburg, Hitzeroth, 1990.

REGENT-SUSINI Anne, l’Eloquence de la chaire, Seuil, 2009.

Anne Régent et Nicolas Laurent, Sermons de Bossuet. Le Carême de Louvre, Atlande, Paris, 2002.

4/L’âge contemporain : de la rhétorique restreinte à la théorie générale de l’argumentation.

[Une bibliographie plus complète sera donnée au début du cours.]

Genette Gérard, « La rhétorique restreinte », in Communications, Vol.16, n°16, 1970, pp. 158-171 ; repris dans Figures III, Seuil, 1972.

Barthes Roland, « L’ancienne rhétorique. Aide-mémoire », in Communications, , Vol.16, n°16, 1970, pp. 172-233.

Groupe µ, Rhétorique générale, Larousse, 1970 ; repris en Points-Seuil, 1992.

Beaujour Michel, Miroirs d’encre. Rhétorique de l’autoportrait, Seuil, 1980.

Meyer Michel, Principia Rhetorica. Une théorie générale de l’argumentation, Fayard, 2008.

 

 

Modalités de contrôle

Contrôle continu

L’étudiant aura deux notes de CC obtenues :

  • à partir d’un travail oral (exposé en groupes) dans le cadre du cours consacré à Cicéron (L. Pradelle)
  • à partir d’un travail écrit (devoir sur table de 2h) dans le cadre du cours consacré à la prédication au 17e siècle (A. Gimaret)

Examen terminal

L’épreuve terminale sera constituée d’un 1 écrit + 1 oral.

Chaque étudiant devra rédiger un discours portant sur un sujet donné en s’aidant des techniques oratoires vues en cours (rédaction d’un discours « à la manière de » Cicéron, etc.). Le sujet sera tiré au sort par l’étudiant une semaine avant l’épreuve. Ce discours écrit sera ensuite oralisé par l’étudiant en présence des intervenants du cours. Cette actio oratoire comptera pour moitié dans la notation. La durée de la prise de parole sera de 5mn minimum (soit environ 2 pages format word) et de 10 mn maximum.

Type de cours :

Ce cours, qui mêle théories et pratiques du discours à différentes époques, s’inscrit dans l’UE « Codes et langages ». Il permet à l’étudiant de comprendre les ressorts du discours analysés et théorisés depuis l’Antiquité, d’en percevoir l’évolution à travers ses multiples variations mais aussi de développer ses propres compétences dans l’art de la parole.

Il s’agit donc d’un cours ouvert à tout étudiant désireux soit de découvrir les bases de la théorie oratoire, soit d’en approfondir les multiples directions, tout en l’aidant à expérimenter sur lui-même des outils rhétoriques efficaces.

Il prend place en seconde année de master (S3), lorsque l’étudiant est déjà en possession d’outils littéraires et linguistiques suffisants pour se lancer lui-même dans l’élaboration d’un discours, qui ne peut que lui être utile pour la rédaction de son mémoire de master.

[cours 2016-17] Littérature, théorie, critique

« Codes et langage » S1

Littérature : théorie et critique

Enseignantes : Chloé Ouaked (12h), Christine de Buzon (12h)

Disciplines : littérature française, littérature générale et comparée

Chloé Ouaked : « Qu’est-ce que la théorie littéraire ? (Aristote, Sainte-Beuve, Compagnon) », « La révolution formaliste (les formalistes russes, la poétique) », « Les théories de la lecture (Sartre, Barthes, Jauss, Eco) »

Christine de Buzon : « Les théories de l’écriture : la critique génétique : du brouillon au texte publié et la critique d’inspiration psychanalytique (J. Bellemin-Noël, B. Bettelheim ; l’équipe ITEM-CNRS) » ; « Littérature et société : la sociocritique, l’apport des sciences humaines ».

Bibliographie

Lecture obligatoire avant chaque séance d’extraits des textes théoriques évoqués en cours (mise à disposition sur l’espace numérique).

Modalités de contrôle

Un dossier à remettre pour le lundi 14 déc. 2015, en deux versions, version imprimée et version numérique à christine.de-buzon@unilim.fr et chloe.ouaked@unilim.fr ; l’oral de soutenance du dossier (janvier 2016) consiste en une présentation des choix (4 à 5 minutes) suivie d’un entretien avec les professeurs (4 à 5 minutes). Composition du dossier : 5 à 8 pages de développement argumenté articulé autour d’une problématique + une bibliographie/sitographie recensant toutes les sources utilisées avec précision + 10 citations critiques obligatoires avec leurs références dans les ouvrages (numéro de page entre parenthèses après le guillemet fermant). Les dossiers suivront obligatoirement les recommandations pour le mémoire (parties 3 et 4) sur la page http://lettunilim.hypotheses.org/recommandations-pour-le-memoire.

Réalisation du dossier : choix du sujet en semaine 2, et séance de présentation de l’état du travail à mi-semestre, avec les deux professeurs.

Type de cours : le cours vise à apporter des connaissances larges sur la théorie et la critique, et des compétences en matière d’écriture scientifique et de méthodologie de l’analyse.

[cours 2017-18] Rythmes «jazzés» de la Négritude

« Codes et langage » S2

La Trame musicale des textes : Rythmes syncopés et « jazzés » de la Négritude

Enseignant(s) : Jean-Michel Devésa

L’analyse et le commentaire des trois recueils constitutifs de la Négritude permettront, à partir d’une démarche stylistique et sémiotique prenant en compte les spécificités du lexique et des tours grammaticaux le plus souvent employés, d’interroger l’esthétique affichée et revendiquée de la Négritude.

Il s’agira de situer ces œuvres au sein de l’histoire des littératures en français, dans la perspective d’une mise en lumière des pratiques différenciées du français, du point de vue culturel (et donc par rapport au code et à la norme) et littéraire (attendu qu’un écrivain écrit toujours contre le code et le style pour forger sa propre langue).

Biblio (programme et/ou lectures critiques) :

Les étudiant(e)s seront encouragé(e)s à fréquenter la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges.

Œuvres au programme [Pour le bon déroulement des enseignements, il convient d’avoir lu ces trois ouvrages avant le début du cours.]

Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, Coll. « Poésie », Paris, Présence Africaine, 2014 [Martinique].

Léon Gontran Damas, Pigments, Coll. « Poésie », in Pigments Névralgies, Paris, Présence Africaine, 2013 [Guyane].

Léopold Sédar Senghor, Chants d’ombre, [1945], in Œuvre poétique, Coll. « Points », n° P 1446, Paris, Seuil, 2006 [Sénégal].

Autour de Césaire

Aimé Césaire, numéro spécial 832-833, Paris, Europe, septembre 1998.

Bernadette Cailler, Proposition poétique, une lecture de l’œuvre d’Aimé Césaire, Sherbrooke, (Québec), Naaman, 1976 ; Nouvelles du Sud, Paris, 2000.

Raphaël Confiant, Aimé Césaire. Une traversée paradoxale du siècle, Paris, Stock, 1994.

Daniel Delas, Portrait littéraire, Paris, Hachette, 1991.

Diop Papa Samba, La poésie d’Aimé Césaire. Propositions de lecture, Honoré Champion, 2011.

Romuald Fonkoua, Aimé Césaire, Paris, Perrin, 2010.

René Hénane Glossaire des termes rares d’Aimé Césaire, Paris, Jean-Michel Place, 2004.

René Hénane, Aimé Césaire, le chant blessé, biologie et poétique, Paris, Jean-Michel Place, 2000.

Lilyan Kesteloot, Aimé Césaire, Paris, Seghers, 1979.

Annie Le Brun, Pour Aimé Césaire, Paris, Jean-Michel Place, 1994.

Jacqueline Leiner, Aimé Césaire, le terreau primordial, Tübingen, G. Narr, 1993.

Roger Toumson, Simonne Henry-Valmore, Aimé Césaire, le nègre inconsolé, Paris, Syros, 1994. Rééditions augmentées : La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2002 et 2004.

Roger Toumson et Jacqueline Leier, (éd.), Aimé Césaire, du singulier à l’universel (Actes du colloque international de Fort-de-France, 28-30 juin 1993), numéro spécial d’Œuvres et Critiques, 1994.

Autour de Damas

Antonella Emina (dir), Léon-Gontran Damas. Cent ans en noir et blanc., CNRS Éditions, Paris, 2014.

Association des amis de Léon Gontran Damas, Léon-Gontran Damas : un homme, un nègre en quête de l’universel : actes du colloque international de Cayenne, 3-8 novembre 1998, Éditions Elaeis, Montréal, 2000.

Hommage posthume à Léon-Gontran Damas : 1912-1978, Présence africaine, 1979.

Barthélémy Kotchy, Une lecture africaine de Léon Gontran Damas, CEDA, Abidjan, 1989.

Biringanine Ndagano et Gervais Chirhalwirwa (dir.), Léon-Gontran Damas, poète moderne, Ibis Rouge éd., Matoury (Guyane), 2009.

Autour de Senghor

Léopold Sédar Senghor, Poésie complète, édition critique, Coordinateur Pierre Brunel, Paris, AUF/Planète Libre/CNRS Éditions/Item, 2010.

Webographie

Aimé Césaire, une voix pour l »Histoire, 1 : https://www.youtube.com/watch?v=lihEONLnDoU

Aimé Césaire, une voix pour l »Histoire, 2 : https://www.youtube.com/watch?v=twrvWN83Waw

Aimé Césaire, une voix pour l »Histoire, 3 : https://www.youtube.com/watch?v=TMjyEBxaZNw

Aimé Césaire, à propos de L. S. Senghor et de L. G. Damas (Aimé césaire, une voix pour l’Histoire, film d’Euzhan Palcy). http://www.ina.fr/video/I05332867

Aimé Césaire interrogé par Michel Field : http://www.ina.fr/video/I05329806

Léon Gontran Damas lit neuf de ses poèmes : https://www.youtube.com/watch?v=zCet000m1lQ

Senghor parle de la poésie traditionnelle de son village et lit un texte de L. G. Damas (film de Jean-Pierre Prévost) : http://www.ina.fr/video/I05034564

Senghor à propos de la Négritude : http://www.ina.fr/video/I05048008

Wole Soyinka à propos de la Négritude et de Senghor (« Un siècle d’écrivains ») : http://www.ina.fr/video/I05334919

Modalités de contrôle

Un « essai » à rendre impérativement lors de la dernière séance du séminaire répondant à une problématique soulevée pendant le séminaire et proposée à la réflexion par le professeur à la sixième séance.

Les étudiant(e)s sont invité(e)s à accepter des « présentations » (explications et commentaires des textes au programme, exposés thématiques, questions critiques) de la troisième à la douzième séance du séminaire (selon une liste d’interventions fournie par le professeur lors de la première séance).

 

Type de cours :

Séminaire théorique

[Cours 2014-15] Actualité de la recherche: Richard Hibbitt (Leeds)

HibbittRichard Hibbitt est l’invité du séminaire “Actualité de la recherche” du master Lettres.

3 séances en salle C 104:

 

mercredi 22 avril : 10h-13h
jeudi 23 : 14h-16h
vendredi 24: 10h-13h

 

 

 

Richard Hibbitt est maître de conférences en littérature française et comparée à l’Université de Leeds (Royaume-Uni), où il dirige le Centre for World Literatures. Il est également membre de l’équipe interdisciplinaire Writing 1900, du comité de la British Comparative Literature Association, et de l’équipe de rédaction de la revue Comparative Critical Studies.

Il travaille principalement sur l’échange culturel entre la littérature française, allemande et anglaise aux 19e et 20e siècles, et s’intéresse en particulier à la littérature fin-de-siècle et aux thèmes du cosmopolitisme et du dilettantisme.

Pour le détail de ses publications : http://www.leeds.ac.uk/arts/profile/40000/163/richard_hibbitt

Les huit heures de séminaire se divisent en trois parties :

I/ Représentations littéraires de Bruges : Rodenbach, Rilke et d’autres

Khnoppf
Fernand Khnoppf, Frontispice de la première édition de Bruges-la-morte (Flammarion, 1892). Source: http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Bruges-la-Morte#/media/File:Khnopff_-_Brugres-la-morte.jpeg

Le premier cours (3 heures) sera consacré à la représentation de la ville de Bruges dans la littérature des 19e et 20e siècles, et plus particulièrement au tournant du siècle. En premier lieu, nous considèrerons la représentation textuelle (c’est-à-dire linguistique et visuelle) du chronotope de Bruges dans le roman Bruges-la-morte (1892) de Georges Rodenbach, soi-disant ‘roman symboliste par excellence’. Ensuite, nous effectuerons une analyse comparative du poème ‘Quai du Rosaire: Brügge’ par Rainer Maria Rilke (dans Neue Gedichte, 1907-8). La séance se poursuivra avec les exposés individuels des membres du séminaire sur diverses représentations littéraires de Bruges ; disponibles en ligne :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

II/ Représentations littéraires des villes : Textes divers

Le deuxième cours (2 heures) s’intéressera d’abord aux représentations littéraires / visuelles des villes choisies par les membres du groupe (soit individuel, soit collectif). Les points de départ d’une réflexion sur la ville réaliste / naturaliste / symboliste / surréaliste / postmoderne / utopique / onirique / imaginaire seront d’une part les poèmes en prose ‘Villes (I)’ et ‘Villes (II)’ des Illuminations d’Arthur Rimbaud et, d’autre part, le roman Les Villes invisibles d’Italo Calvino, qui met en scène un dialogue imaginaire entre Marco Polo et l’empereur Kublai Khan.

III/ W. G. Sebald et la littérature française

Le troisième cours (3 heures) portera sur les différents liens existant entre les écrits de l’auteur allemand W. G. Sebald (1944-2001) et la littérature française. Cette intervention croise deux approches distinctes : elle analyse d’une part les influences intertextuelles spécifiquement françaises qui opèrent dans les textes de Sebald et, d’autre part, les affinités possibles de son œuvre avec certains mouvements littéraires ayant vu le jour en France, en particulier le nouveau roman et l’Oulipo. L’originalité de cette double approche réside dans le dessein de lire les œuvres de Sebald sous un jour à la fois chronologique et anachronique afin d’apporter une contribution inédite aux recherches existantes sur la lecture de certains auteurs français effectuée par Sebald. Le but est ici de proposer d’une part l’exploration d’autres sources et, d’autre part, d’analyser la présence d’éléments sebaldiens dans les écrits de certains auteurs (par exemple Michel Butor, Georges Perec et Nathalie Sarraute), ou encore dans les théories de la littérature qui étayent les deux mouvements envisagés. Dans ce sens, la volonté de Sebald d’éviter l’invention romanesque, et surtout la création de personnages ou d’une intrigue, pourrait être considérée comme un exemple du ‘roman à contraintes’ oulipien. La tension contradictoire entre narration et invention serait ainsi le labyrinthe que Sebald construirait lui-même et dont il se proposerait de sortir.

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Séminaires I et II

Rodenbach, Georges, Bruges-la-morte (Paris: Garnier-Flammarion, 1998)

Rilke, Rainer Maria, ‘Quai du Rosaire: Brügge’, dans Neue Gedichte (1907) ; traduction française par Maurice Betz disponible ici :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

Divers auteurs : poèmes et extraits sur Bruges, disponibles ici :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

Images de Bruges (frontispice et photographies de la première édition de Bruges-la-morte)

http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Bruges-la-Morte

Rimbaud, Arthur, ‘Villes (I)’ et Villes (II)’, dans Les Illuminations (toutes éditions)

Calvino, Italo, Les Villes invisibles, trad. par Jean Thibaudeau (Paris: Folio, 2013)

Œuvres critiques

 

Berg, Christian, lecture, dans Rodenbach, Bruges-la-morte (Bruxelles : Labor, 1986), pp. 107-71. Disponible en ligne :

http://ae-lib.org.ua/texts/berg__rodenbach__fr.htm

Bertrand, Jean-Pierre and Grojnowski, Daniel, Introduction, dans Rodenbach, Bruges-la-morte (Paris, 1998: Garnier-Flammarion), pp. 7-44

Edwards, Paul, ‘The Photograph in Georges Rodenbach’s Bruges-la-morte

http://jes.sagepub.com/content/30/117/071.extract

Elkins, James, ‘Writing With Images: Rodenbach’s Bruges-la-morte

http://writingwithimages.com/?page_id=210

Hibbitt, Richard, ‘Inevitable Plots in the Symbolist Novel: Georges Rodenbach’s Bruges-la-morte’, in Finding the Plot: On the Importance of Storytelling in Popular Fictions, edited by Loïc Artiaga, Diana Holmes, Jacques Migozzi and David Platten (Newcastle-on-Tyne: Cambridge Scholars Press, 2013), pp. 218-33

Michelet Jacquod, Valérie, Le roman symboliste: un art de l’extrême conscience (Geneva: Droz, 2008)

 

Séminaire III

 

Perec, Georges, W ou le souvenir d’enfance (Paris: Gallimard, 1993)

Sebald, W. G., Austerlitz, trad. par Patrick Charbonneau (Arles: Actes Sud, 2002).

Œuvres critiques

 

Carré, Martine, W. G. Sebald. Le Retour de l’auteur (Lyon: Presses universitaires de Lyon, 2008)

Oehler, Dolf, ‘Hallucinations et Allégories: W. G. Sebald se souvient de W. Benjamin lecteur de Paris. A propos d’Austerlitz’, Le Texte étranger [en ligne], no. 8, décembre 2010 : http://www.univ-paris8.fr/dela/etranger/pages/8/oehler.html

Pic, Muriel, W. G. Sebald – L’Image papillon – suivi de W. G. Sebald: L’art de voler (Paris: Les Presses du Réel, 2009)

Ryan, Judith, ‘Sebald’s Encounters with French Narrative’, in From Kafka to Sebald: Modernism and Narrative Form, edited by Sabine Wilke (New York and London: Continuum, 2012), pp. 123-42

Vogel-Klein, Ruth, ‘Dans l’atelier de W. G. Sebald : Écriture oblique et chronotopes parisiens’, Europe, no. 1009 (mai 2013), dir. Lucie Campos et Raphaëlle Guidée, 147-56

 

 

[Cours 2014-15] Actualité de la recherche: Antoinette Gimaret (Limoges)

Antoinette Gimaret tiendra la prochaine séance du séminaire “Actualité de la recherche” du master Lettres, mercredi 18 mars 16h-18h.

« Entre science et fantasme, curiosité et vanité : l’ambivalence des représentations du corps ouvert dans les traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles »

Juan Valverde, Anatomia del corpo humano, Rome, 1560, planche I, livre II, p. 64. http://www.ibiblio.org/expo/vatican.exhibit/exhibit/f-medicine_bio/images/medbio12.jpg

Présentation de la séance

Il s’agira de proposer un parcours dans les illustrations gravées des traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles et de mettre au jour la spécificité et l’ambivalence de ces images, qui renvoient à une ambivalence plus profonde du rapport au corps.

La curiosité anatomique favorise, à la Renaissance, la mise au jour d’une nouvelle visibilité du corps par la représentation de son ouverture. L’anatomiste veut ouvrir le corps pour contempler le caché, la pratique de la dissection révélant un changement de stratégie intellectuelle en opérant le passage du texte galénique lu au corps ouvert contemplé, posture de curiosité qui garantit une dynamique de dévoilement scientifique et l’élaboration d’un discours de vérité sur le corps, comme le suggère par exemple le face à face du praticien au cadavre représenté dans les leçons d’anatomie.

Mais cette dynamique de curiosité scientifique ne parvient pas à neutraliser le pouvoir d’inquiétude de l’image du corps anatomisé, qui, en mettant en scène la dimension matérielle de l’enveloppe charnelle, la renvoie à son néant. D’où l’élaboration, à l’intérieur même des traités scientifiques, de représentations moralisées : allégories de la mort, accessoires symboliques, décors de ruines, renvoient explicitement au memento mori, faisant de la leçon d’anatomie un emblème de la vanité humaine. Par là, l’illustration anatomique semble renvoyer toute entreprise scientifique à sa vanité à l’intérieur même de sa représentation.

Plus largement, les gravures des traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles révèlent la difficulté de l’image anatomique à se banaliser, sa scientificité étant le plus souvent mise à mal au profit d’un effet de sidération, d’une fascination rendant vaine l’entreprise de vouloir faire de l’image du corps ouvert un outil épistémologique efficace. Par le biais d’une certaine dramaturgie, la part de transgression contenue dans le geste d’ouvrir le corps fait retour, lestant l’image d’une dimension pathétique ou fantasmatique. L’imagerie anatomique révèle de ce fait la difficulté des anatomistes de cette époque à aller au bout d’une logique mécaniste, dans un moment où le corps est regardé à la fois comme un objet de science et comme le lieu d’une individualité, ambivalence qui expliquerait « l’inquiétante étrangeté » de ces gravures.

Quelques repères bibliographiques

Traités anatomiques (ordre chronologique)

André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, Jean Oporinus, 1543.

Charles Estienne, De la dissection des parties du corps humain, Paris, Simon de Colines, 1546.

Juan Valverde, Anatomia del corpo humano, Rome, 1560.

Govaert Bidloo, Anatomia humani corporis, Amsterdam, H. et T. Boom, 1685.

Ouvrages critiques

Bodily Extremities, Preoccupations with the Human Body in Early Modern European Culture, ed. Florike Egmond and Robert Zwijnenberg, Aldershot, Ashgate, 2003.

Andrea Carlino, La Fabbrica del corpo, libri e dissezione nel Rinascimento, Turin, Einaudi, 1994.

Georges Didi-Huberman, Ouvrir Vénus. Nudité, rêve, cruauté, Paris, Gallimard, 1999.

Raphaël Mandressi, Le Regard de l’anatomiste. Dissections et inventions du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003.

Moe Harald, The Art of Anatomical Illustration in the Renaissance and Baroque Period, Danemark, Rhodos, 1995.

Premuda Loris, Storia dell’iconografia anatomica, Milan, Aldo Martello Editore, 1957.

Benjamin A. Rifkin et Michael J. Ackerman, L’Anatomie humaine, cinq siècles de sciences et d’art, Paris, La Martinière, 2006.

Antoinette Gimaret est maître de conférences en littérature française
du 17e siècle à l’Université de Limoges et membre de l’équipe de
recherches Espaces Humains et Interactions culturelles (EHIC, EA 1087)
de cette université. Elle travaille principalement sur les
représentations du corps (discours, iconographies, savoirs) aux 16e et
17e siècles. Elle s’intéresse par ailleurs aux liens entre littérature
et spiritualité, littérature et Histoire, littérature et discours
scientifiques (anatomie, mélancolie, science des passions),
littérature et image. Elle a travaillé également sur les discours de l’intime à partir de la notion de récit d’expérience. Sa thèse est parue en 2011 chez Champion sous le titre Extraordinaire et ordinaire des Croix. Les représentations du corps souffrant, 1580-1650. Elle
est actuellement engagée dans plusieurs projets collectifs : autour du
« baroque noir » (projet d’anthologie poétique européenne) ; autour de
la question des dissidences religieuses en Europe moderne (atelier
trilatéral France / Italie / Allemagne).

Pour le détail des publications: http://recherche.flsh.unilim.fr/ehic/antoinette-gimaret/

 

 

 

 

[Cours 2014-15] Actualité de la recherche: Sabrina Messing (Louvain)

MessingSabrina Messing est l’invitée du séminaire « Actualité de la recherche » du master Lettres.

3 séances en salle C 104: mardi 3 et mercredi 4 mars de 9h à 12h,  jeudi 5 mars de 10h à 12h.

Elle est doctorante en Lettres Modernes (Lille 3 et Université catholique de Louvain) – sujet de thèse : les enjeux de la représentation cartographique en littérature de jeunesse (fonds Jeanne Cappe et littérature de jeunesse contemporaine et ultra-contemporaine). Directrice de thèse : Mme Marie-Madeleine Castellani (Lille 3) ; promoteur de thèse : M. Jean-Louis Tilleuil (UCL).

Les huit heures de séminaire se proposent d’interroger, dans un corpus de littérature de jeunesse, l’analyse littéraire et le rapport texte-image autour du support particulier de la carte géographique.

I/ La carte et album : espace physique, mémoriel et intime

Orbae
PLACE François, Atlas des géographes d’Orbæ. Du Pays de Jade à l’Île Quinookta, tome 2, Tournai, Casterman/Gallimard, 1998.

Le premier cours (3 heures) sera consacré aux albums de Peter Sís, François Place et Florent Chavouet. Y seront abordées les interactions entre écriture et lecture, dessins et textes d’un point de vue matériel et sensoriel, soulignant ainsi que carte et livre sont d’abord des espaces physiques. L’importance du corps, notamment à travers la question de la littérature et de la carte comme espaces mémoriels et intimes, y sera particulièrement développée.

II/ Carte et roman : espace éducatif et culturel mais aussi démiurgique

Le deuxième cours (3 heures) s’intéressera au roman pour montrer comment carte et récit collaborent dans un souci d’éducation et d’appropriation du monde, manifestation d’un « état de la connaissance et de la pensée », pour reprendre les mots de Christian Jacob dans L’Empire des cartes. La notion d’intercartualité permettra de mettre en évidence le rôle de la carte dans la codification de certains genres littéraires. Enfin, les écrits de Robert Louis Stevenson dans Essais sur l’art de la fiction seront le point de départ d’une réflexion sur le rapport carte-texte dans le processus créatif et dans l’imaginaire de l’auteur et du lecteur. Les auteurs étudiés lors de cette deuxième séance seront Stevenson, Bruno, Verne, Tolkien et Larsen.

Carte des Terres Sauvages Tolkien
TOLKIEN J. R. R., Le Seigneur des Anneaux, tome 1 La Communauté de l’Anneau, Paris, Christian Bourgois, « Pocket » 2657, 1972.

 

III/ Questionnements sur les enjeux (formels et de contenu) de la présence cartographique en bande dessinée

Le troisième cours (2 heures) passera en revue un certain nombre de productions en bande dessinée dans lesquelles le dialogue carte-case-planche est particulièrement prégnant. L’attention se portera principalement sur les albums des Aventures d’Astérix du tandem Goscinny-Uderzo, notamment sur la page préliminaire ouvrant tous les albums. Ce cas d’étude permettra de faire la synthèse de tout ce qui aura été vu des interactions carte-texte dans le cadre d’une analyse littéraire à la fois textuelle et iconographique.

 

BIBLIOGRAPHIE

  • Monographies du corpus

BRUNO G., Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1977.

CHAVOUET Florent, Tokyo Sanpo, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2009.

, Manabé Shima, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2010.

, Petites coupures à Shioguni, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2014.

FÉNELON, Les Aventures de Télémaque, Paris, Gallimard, « Folio classique » 2689, 1995.

FRED, Philémon l’intégrale, Paris, Dargaud, 2011.

GOSCINNY René et Albert UDERZO, Le tour de Gaule d’Astérix, Paris, Dargaud, 1983.

—,Astérix en Hispanie, Paris, Dargaud, 1983.

—, Astérix en Corse, Paris, Dargaud, 1983.

—, Le combat des chefs, Paris, Dargaud, 1987.

LARSEN Reif, L’Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet, Paris, NiL éditions, 2010.

PEYO, Les Schtroumpfs noirs, Bruxelles, Dupuis, 1963.

PLACE François, Atlas des géographes d’Orbæ Du Pays des Amazones aux îles Indigo, tome 1, Tournai, Casterman/Gallimard, 1996.

—, Atlas des géographes d’Orbæ. Du Pays de Jade à l’Île Quinookta, tome 2, Tournai, Casterman/Gallimard, 1998.

—, Atlas des géographes d’Orbæ De la rivière rouge au pays des Zizotls, tome 3, Tournai, Casterman/Gallimard, 2000.

—, Les Derniers Géants, Tournai, Casterman, 2008.

PRATT Hugo, La ballade de la mer salée, Tournai, Casterman, 2012.

SÍS Peter, Les trois clés d’or de Prague, Paris, Grasset Jeunesse, 2007.

STEVENSON Robert Louis, L’Île au trésor, Paris, Gallimard, « Folio classique » 3399, 2000.

TANIGUCHI Jirô, Furari, Tournai, Casterman, « écritures », 2011.

TASTU Amable, Voyage en France, Tours, Alfred Mame et fils, 1892.

TOLKIEN J. R. R., Le Seigneur des Anneaux, tome 1 La Communauté de l’Anneau, Paris, Christian Bourgois, « Pocket » 2657, 1972.

—, Le Seigneur des Anneaux, tome 2 Les Deux Tours, Paris, Christian Bourgois, « Pocket » 2658, 1972.

—, Le Seigneur des Anneaux, tome 3 Le Retour du Roi, Paris, Christian Bourgois, « Pocket » 2659, 1973.

VERNE Jules, Le Tour du monde en quatre-vingts jours, Paris, EDL pour le compte de ELCY Éditions, 2010.

—, Voyage au centre de la Terre, Paris, Hachette, « Bibliothèque verte », 1923.

—, L’Île mystérieuse, tomes 1 et 2, Paris, EDL pour le compte de ELCY Éditions, 2010.

  • Monographies des ouvrages critiques et articles

ALLÈGRE Dominique, Les astuces d’Astérix, Tome 1 – Volumes I à XII –, Agnières, Éditions             Archéos, 2011.

BÉZIAT Julien, « Cartes blanches et blanc des cartes », Cartes et plans : paysages à construire, espaces             à rêver, Arras, Cahiers Robinson 28, 2010.

CABANEL Patrick, Le Tour de la nation par des enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (XIXe XXe siècles), Paris, Belin, 2007.

DUBOIS-MARCOIN Danielle, « François Place et l’album Les Derniers Géants » in Annick Lorant-Jolly et Sophie Van der Linden (dir.), Images des livres pour la jeunesse (lire et analyser), Paris, Éditions Thierry Magnier – CRDP académie de Créteil, 2006

FERRÉ Vincent, Tolkien : sur les rivages de la Terre du Milieu, Paris, Christian Bourgois, 2011.

FRESNAULT-DERUELLE Pierre, La bande dessinée, Paris, Armand Colin, « Collection 128 », 2009.

GENETTE Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, « « Points Essais » 257, 1982.

JACOB Christian, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Albin Michel Histoire », 1992.

JOURDE Pierre, Géographies imaginaires de quelques inventeurs de mondes au XXe siècle (Gracq, Borges, Michaux, Tolkien), Paris, José Corti, 1991.

POMIER Frédéric, Comment lire la bande dessinée ?, Paris, Klincksieck, 2005.

ROUVIÈRE Nicolas, Astérix ou la parodie des identités, Paris, Champs-Flammarion, 2008.

STEVENSON Robert Louis, Essais sur l’art de la fiction, Paris, Éditions Payot, « Petite Bibliothèque Payot » 98, 2007.

 

 

[cours 2014-2015] M1 Langue française

langue franLangue française

Le cours de langue française permettra d’aborder, durant le 1er semestre, les trois domaines spécifiques que sont l’orthographe, la lexicologie et la morpho-syntaxe, aussi bien de manière théorique que pratique. Il s’agit là de trois composantes de l’épreuve du Capes de Lettres, c’est pourquoi ce cours s’adressera aussi aux étudiants du MEEF afin de les préparer au mieux au concours.

Lors de ce premier semestre nous nous appuierons sur les références suivantes:

  • Grammaire méthodique du français, Broché, 1 mars 2004 de Martin Riegel  Jean-Christophe Pellat et René Rioul.
  • Grammaire descriptive de la langue française, Broché, 1 novembre 2004 de Roland Eluerd.
  • La terminologie grammaticale officielle, version rééditée de 1998 par le CNDP, disponible en format pdf à: http://crdp.ac-bordeaux.fr/documentalistes/docadmin/grammaire.pdf
  • Grammaire du français,  Poche, 1 juin 1997 de Delphine Denis et Anne Sancier-Château.

MCC

L’évaluation pour les étudiants du Master Recherche prendra la forme d’une épreuve écrite d’une durée de deux heures qui viendra s’ajouter au contrôle continu.
Tandis que les étudiants du MEEF se verront proposer une épreuve écrite de 6h, telle que celle qu’ils auront au concours, avec une partie consacrée à l’étude synchronique d’un texte français. Elle sera également accompagnée au fil du semestre d’un contrôle continu.

[Séminaire 2014-15] M1 Littératures comparées

S’initier à la recherche, c’est aussi apprendre à travailler sur des
sujets nouveaux, nouveaux pas seulement pour soi mais pour la
recherche en général. C’est pourquoi nous travaillerons dans ce
séminaire sur les littératures tsiganes, encore très peu connues du
grand public et si peu étudiées par les chercheurs en littérature. Ce
corpus inédit permettra de poser plusieurs questions épistémologiques
cruciales, et notamment la question finalement la plus centrale de
notre discipline : qu’appelle-t-on « littérature »?