Archives pour la catégorie Cours 2017-2018

[Cours 2017-2018] Littérature et dissidences (XVIIe s- XVIIIe s)

M1, semestre 2 : Littérature et idées

Littérature et dissidences (XVIIe s- XVIIIe s)

Enseignantes: Antoinette Gimaret ; Odile Pauchet

Descriptif

Ce cours se propose de réfléchir à la façon dont l’hétérodoxie, la libre pensée, le libertinage ou encore la marginalité peuvent trouver à s’exprimer dans le champ littéraire. Il cherchera à mettre en valeur à la fois les contenus, les supports et les usages de ce que l’on pourrait appeler une parole dissidente, en lien avec des contextes historiques, philosophiques et littéraires différenciés. On soulignera par exemple comment critique des mœurs, discours sur le genre ou revendication d’un rapport autre au corps supposent des pratiques de dissimulation, le recours à des dispositifs fictionnels ou à des genres hybrides.

Ce cours comporte 2 volets

1/ Un premier volet (A. Gimaret) portera sur les expressions diverses de la libre pensée dans la première modernité (XVIIe siècle). On s’y intéressera en particulier au courant des libertins spirituels pour y repérer certaines pratiques d’écriture (écritures de la dissimulation, recours à la fiction ou au récit de soi, rhétorique de la satire…) permettant une pratique de l’écart et l’élaboration d’une parole hétérodoxe (hétérodoxie du rapport au corps, rejet des dogmes chrétiens et de la notion de péché, mise en scène de soi, réflexion sur le lieu commun) dans un contexte politique et historique pourtant risqué (traumatisme des guerres de religion, construction d’un pouvoir central fort, censure politique et religieuse…). On pourra en outre évoquer l’expression, à la même époque, de dissidences religieuses tout aussi censurées (à travers le parler autre des mystiques ou des visionnaires), surtout quand elles permettent l’expression d’une voix féminine.

Le corpus d’étude sera le suivant (pour certaines œuvres n’ayant pas d’édition moderne, des extraits seront distribués) :

BOUCHARD Jean-Jacques, Confessions, ⦋écrit entre 1630 et 1647⦌, Paris, Le Promeneur, 2001 (l’édition de 1881 est disponible et téléchargeable sur Gallica à partir du site www.bnf.fr)

CYRANO de BERGERAC, L’Autre monde ou les États et Empires de la Lune, ⦋écrit vers 1649, 1ère édition censurée 1657⦌, édition conseillée : Folio Classique ou GF

MADAME GUYON, Récits de captivité ⦋1709⦌, Grenoble, Millon, 1992

2/ Un second volet (O. Richard-Pauchet) sera intitulé Les textes dissidents au XVIIIe siècle et la question de la censure : écritures clandestines, masque du libertinage. Il évoquera d’abord le roman libertin, héritier des philosophes du XVIIe siècle, comme véhicule de la dissidence des mœurs et métaphore de la pensée politique (Crébillon, Les Egarements du coeur et de l’esprit ; Le Sopha ; Diderot, Les Bijoux indiscrets, le cas de la Correspondance) puis la pornographie comme alternative à la critique socio-religieuse (Boyer d’Argens : Thérèse philosophe)

Référence bibliographique principale:
Romans libertins du XVIIIe siècle, textes établis, présentés et annotés par Raymond Trousson, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1993.

Modalités de contrôle des connaissances

Pour le contrôle continu :

-rédaction d’un compte rendu d’événement scientifique (colloque, conférence, séminaire, journée d’études…) valant pour 20% de la note finale

-examen terminal : écrit de 3h valant pour 80% de la note finale

Pour les ponctuels : écrit de 3h

Bibliographie critique

CAVAILLÉ Jean-Pierre, « Libertinage, irréligion, incroyance, athéisme dans l’Europe de la première modernité (XVIe–XVIIe siècles). Une approche critique des tendances actuelles de la recherche (1998-2002) », consultable sur le site internet du GRIHL (E.H.E.S.S.).

« De la construction des apparences au culte de la transparence. Simulation et dissimulation entre le XVIe et le XVIIIe siècle », Littératures Classiques, La Périodisation à l’âge classique, n° 34, 1998.

CHARLES-DAUBERT Françoise, Les Libertins érudits en France au XVIIe siècle, Paris, PUF, 1998.

DELON Michel, Le Savoir-vivre libertin, Paris, Hachette Littératures, 2000

JEANNERET Michel, Éros rebelle. Littérature et dissidence à l’âge classique, Paris, Seuil, 2003.

La Littérature libertine au XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2004

LOUDE Michel, Littérature érotique et libertine au XVIIe siècle, Lyon, Aléas, 1994.

PINTARD René, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, 1ère édition 1943, Genève, Slatkine, 2000.

 

[Cours 2017-2018] Le Rapport au pouvoir et à la Francophonie des écrivains africains

M1 : UE 1 « Code et langage » (S2)

Le Rapport au pouvoir et à la Francophonie des écrivains africains

Jean-Michel DEVESA

Objectifs de l’enseignement

En 2015, l’écrivain togolais Théo Ananissoh publie Le Soleil sans se brûler, un roman. Ce livre pose, sur le mode de la fiction, qu’un écrivain et/ou un intellectuel africain pour exister dans le monde, et d’abord dans le sien, celui des livres ou celui de la communauté académique, n’a pas d’autre choix que d’être pris en tenaille entre les exigences dérisoires mais pourtant bien sourcilleuses des pouvoirs en place et l’instrumentation par la Francophonie.

Il peint l’extrême détresse morale et donc humaine des plus fragiles d’entre eux, lesquels vivent comme une continue humiliation le fait d’être utilisés par les uns et les autres, et finissent broyés, quand ils constatent, après avoir essayé de « déborder » l’étau dans lequel ils étaient pris, qu’ils ont échoué, à la fois à se libérer de l’emprise de leurs maîtres (du « Sud » et du « Nord »), et à atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixés (une œuvre littéraire ou universitaire, toujours à valeur critique, combinée à une action génératrice d’effets politiques).

Ce que l’écrivain Théo Anonissoh nous « dit » peut-être, c’est que les plus humains des intellectuels africains, comme son professeur Yao Edo Améla et l’écrivain Sony Labou Tansi, meurent de cette Afrique aux mains des dictateurs et de leurs parrains du Nord, même quand ceux-ci se drapent dans les oripeaux du progressisme et de l’anticolonialisme, et ce, parce qu’ils sont malgré tout les agents du néocolonialisme, de la domination et de l’échange inégal : pour paraphraser une formule célèbre, la barque de l’amitié se brise hélas contre la vie courante.

Il s’agira tout au long du présent séminaire, et à travers le rapport des écrivains et des intellectuels au pouvoir, d’aborder la question du discours, dans ses versants politique, historique et littéraire : en effet, dans son roman, Théo Ananissoh mobilise la fiction pour à la fois « dire » sa relation à son « maître » (l’universitaire togolais Amela) et sa relation intellectuelle, esthétique et critique à Sony Labou Tansi (auquel il a consacré sa thèse) ; dans son essai, Bernard Mouralis s’efforce de « retrouver » son ami (et collègue) Amela et de le préserver de la plume acerbe de son élève Ananissoh, ce qui le conduit à une réévaluation des oeuvres de Sony Labou Tansi et d’Ahmadou Kourouma.

Il conviendra donc, sans forcer le trait, d’examiner différentes manières de « dire » et d’écrire le vécu, le souvenir, l’analyse, l’opinion, l’imaginé, etc., en privilégiant l’écriture, sa matérialité, ses procédés et ses techniques, les aspects idéologiques n’intervenant dans et pour l’analyse que de façon secondaire.

Œuvres au programme

Théo Ananissoh, Le Soleil sans se brûler (Elisad, 2015)

Bernard Mouralis, Théo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi (L’Harmattan, 2017) 

Nombre d’heures

Douze séances de deux heures. 

Bibliographie

Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, L’Empire vous répond. Théorie et pratiques des littératures post-coloniales, [The Empire Writes Back], Trad. de Jean-Yves Serra et Martine Job, Bordeaux, P..U.B., 2012.

John Maxwell Coetzee, Elizabeth Costello, (2004), Coll. « Points », n° P 1454, Paris, Seuil, 2006, pp. 51-81 [« Le Roman en Afrique »].

Jean-Michel Devésa, « Le Jeune Leiris en Afrique : Entre Fantômes et fantasmes », in Littérature et sociétés africaines : Regards comparatistes et perspectives interculturelles : Mélanges offerts à Janos Riesz à l’occasion de son soixantième anniversaire, Tübingen, G. Narr, 2001, pp. 255-264.

Jean-Michel Devésa et Alexandre Maujean, « L’Afrique dans la littérature : Un continent en son miroir, Introduction thématique », Afrique contemporaine, n° 241, 2012, pp. 31-42.

Lise Gauvin, « Petites littératures, littératures mineures, littératures minoritaires : réflexions sur la situation des littératures francophones », in Traversées francophones, Genève, Ed. Suzanne Hurter, 2010, pp. 204-211.

Pierre Halen, « Le « Système littéraire francophone » : quelques réflexions complémentaires », in Lieven D’Hulst et Jean-Marc Moura, Les Études littéraires francophones : état des lieux, Université Lille III, « Travaux et recherches », 2004, pp. 25-37.

Nathalie Heinich, Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000.

Bernard Mouralis, Littérature et développement : essai sur le statut, la fonction et la représentation de la littérature négro-africaine d’expression française, Paris, Silex, 1981.

Patrice Nganang, Manifeste pour une nouvelle littérature africaine, Pour une écriture préemptive, (2007), suivi de Nou (2013), Préface de Daniel Delas, Coll. « L’Un et l’autre en Français », Limoges, PULIM, 2017.

Edward W. Said, « Introduction » et « Pèlerins et pèlerinages, anglais et français », in L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Coll. « Points-Essais », n° 710, Paris, Seuil, 2005, pp. 29-79, pp. 279-281 et pp. 297-334.

Les étudiant(e)s sont encouragé(e)s à fréquenter la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges.

Évaluation :

Un dossier : A partir d’un sujet de synthèse, (à remettre lors de la 9e séance du séminaire, le sujet ayant été donné lors de la 6e séance).

[Cours 2017-18] Les arts poétiques d’Aristote au creative writing

« Codes et langages » S1

Les arts poétiques d’Aristote au creative writing

 

Enseignants Vivien Bessières et Irène Langlet

Descriptif (argument et organisation)

Ce séminaire aborde les théories de la langue et de l’écriture par l’angle des arts poétiques et de leur variation à travers les âges en Occident. On montrera comment les modèles descriptifs et prescriptifs de l’Antiquité et de l’âge classique ont peu à peu éclaté dans la Modernité. On fournira ainsi les repères historiques et théoriques destinés à comprendre pourquoi les arts poétiques ont été éclipsés par le cadre moderne de la poétique. On observera enfin que cette éclipse est loin d’avoir fait disparaître les manuels prescriptifs, et on passera en revue quelques-unes de leurs redistributions contemporaines savantes ou populaires (manuels d’argumentation ou d’ateliers d’écriture créative).

Dans un second temps, l’accent sera mis sur le test pratique de ces modèles anciens ou contemporains à travers un TD d’écriture créative. Le personnage, l’intrigue, le world building ou la question du style y seront expérimentés à travers des prescriptions célèbres (par exemple l’opposition entre character-driven story et plot-driven story, les formes à contraintes, ou les visions du style de Flaubert à Anne Roche et François Bon).

Modalités de contrôle des connaissances

Le « dossier » consistera en la réalisation et développement de l’un des exercices testés en TD, assorti d’une brève analyse théorique.

A lire avant le début du cours

Platon, République, III et X

Aristote, Poétique

Horace, Art poétique

Pseudo-Longin, Du sublime

en ligne sur le site de Philippe Remacle, URL : http://remacle.org

 

Boileau, Art poétique

en ligne sur le site de la fondation Wikisource, URL : https://fr.wikisource.org/wiki/Boileau_-_%C5%92uvres_po%C3%A9tiques/L%E2%80%99Art_po%C3%A9tique

 

Bibliographie critique

(à venir)

[cours 2017-18] Le récit à la première personne

M1, semestre 1 : Littérature et idées

Du mythe au thème littéraire et cinématographique : Narcisse et Pygmalion

(nouveau cours)

Enseignante: Milena Mikhailova

Descriptif et objectifs du cours

Ce séminaire aborde l’évolution et la réécriture de mythes antiques dans la littérature médiévale ainsi que dans le cinéma contemporain et leur transformation en symboles. Les différentes versions du mythe de Narcisse (Ovide, Pausanias) et le mythe de Pygmalion  sont utilisés dans la littérature comme instruments de connaissance et de réflexion sur l’identité et l’altérité (le moi et l’autre), sur la conciliation de l’analogie et de la différence, du réel et de l’irréel, sur le statut du fantasme.

Le Moyen Âge littéraire a construit des fables variées qui contribuent non seulement à la conservation et à l’évolution de ces légendes, mais également à leur incarnation en thèmes et motifs narratifs qui irriguent l’imaginaire littéraire bien au delà de l’époque médiévale. Ainsi les différentes exploitations du miroir, les reflets et portraits peints, l’orgueil et la métamorphose, le travestissement, la gémellité, l’inceste, les statues et les fausses mortes sont autant d’aspects présents dans ces mythes polysémiques que les écrivains ont transformés en éléments d’intrigue. Quelques textes médiévaux (photocopies fournies aux étudiants) serviront de support pour illustrer cette exploitation des mythes :

Soeur de Joie et Frère de Plaisir (nouvelle occitane)

Roman de Renart : branche IV, Renart dans le puits

Jean Renart, Guillaume de Dole (extraits)

Nous retrouverons ces motifs et figures dans le cinéma contemporain qui, sans citer explicitement les figures mythologiques, exploite leur potentiel symbolique :

Romer, Les Amours d’Astrée et de Céladon

Pedro Almodovar, Parle avec elle

François Ozon, Une nouvelle amie

Roman Polanski, Vénus à la fourrure

Modalités de contrôle des connaissances

Rédaction d’un dossier sur une œuvre littéraire (médiévale ou non) ou cinématographique, en rapport avec le sujet du cours.

Bibliographie critique

Ovide, Les Métamorphoses, éd. et trad. G. Lefaye, Paris, Les Belles Lettres, 1928-30.

Pausanias, Descriptio Graeca, IX, 31, 7-8. 

Agamben, Giorgio, Stanze, trad. Y. Hersant, Paris, Christian Bourgois, 1981 [éd. italienne : 1977].

Hadot, Pierre, « Le mythe de Narcisse et son interprétation par Plotin », dans Narcisses, Nouvelle Revue de Psychanalyse, 13, 1976, Paris, Folio/Gallimard, 2000, pp. 127-60.

Mikhaïlova Makarius, Milena, Amour au miroir. Les fables du fantasme ou la voie lyrique du roman médiéval, Genève, Droz, 2016.

Narcisses, Nouvelle Revue de Psychanalyse, 13, 1976, Paris, Folio/Gallimard, 2000, pp. 161-214.

Subrenat, Jean, « Le reflet dans l’eau (à propos de la branche IV du Roman de Renart) », dans L’eau au Moyen Age, Senefiance, 15, 1985, pp. 350-60.

[cours 2017-18] Méthodes (S1)

Master Lettres et CCIC, 1e année, semestre 1, septembre-décembre 2016 (Chloé OUAKED) (20h)

Objectifs et évaluation

Descriptif : Séminaire de méthodologie de la recherche qui vise à faire comprendre les fondements de la recherche en Lettres et Arts, de la lecture et de la rédaction scientifique. Les séances sont fondées sur les besoins des étudiants en termes d’élaboration d’un sujet de recherche et de documentation.

Objectifs des séances (à titre indicatif) :

1) Premières explorations autour d’un sujet : les différences sujet-corpus-problématique, la formulation d’une hypothèse de recherche et l’identification des premières ressources ;

2) Lancement de « l’état des connaissances » ou « état de la question » : commencer la veille documentaire en lien avec le cours du SCD ;

3) Conception des parties du mémoire y compris introduction, conclusion, table des matières, éventuellement illustrations et leurs légendes, index et annexes ;

4) Initiation à l’écriture scientifique :

4.1 pour tendre à la réalisation d’un travail scientifiquement créatif, en se plaçant en position de trouver et de communiquer quelque chose de nouveau : objectivité, dimension argumentative, application de méthodes critiques, sources et citations, niveau de langue, clarté de la présentation et de la rédaction, etc.

4.2 pour situer sa recherche personnelle par rapport à celle de la communauté des chercheurs ; apprendre à citer les travaux consultés en évitant deux écueils : la paraphrase et le plagiat.

5) Quelques outils essentiels : savoir prendre des notes en évitant le plagiat ; savoir utiliser des bibliographies et sitographies (classées) ; savoir élaborer les différents types de notes de bas de page, savoir présenter une bibliographie classée.

 

Modalités de contrôle

[écrit + oral] Écrit = réalisation d’une série d’exercices, à rendre VERS MI-DECEMBRE sous format papier (+ envoi en pièce jointe). Oral = entretien de 10 minutes sur les exercices (cf. planning des examens).

– Exercice n°1 : bref compte rendu de lecture d’un article ou extrait d’ouvrage scientifique, axé sur la démarche scientifique de l’auteur.

– Exercice n°2 : rédaction d’un projet de recherche d’une à deux pages visant à convaincre le lecteur de son intérêt, de sa faisabilité et de son importance, avec une bibliographie critique d’au moins quatre titres.

– Exercice n°3 (3 pages) AU CHOIX :

Sujet 3-1 : commencer l’état de la question en proposant le compte rendu de trois publications qui figureront dans la bibliographie du mémoire.

Sujet 3-2 : proposer une analyse d’un élément du corpus primaire (= objet d’étude). L’introduction précisera le sujet choisi.

– Exercice n°4 (1 page) : rédiger le compte rendu d’une visite dans un lieu de ressources.

[cours 2017-18] Enquête sur Fred Vargas

 « Cultures Médiatiques » S3

Fred Vargas : enquête sur une œuvre de grande consommation en régime médiatique

Enseignant(s) : Irène Langlet, Jacques Migozzi

 

On se proposera de questionner le succès éclatant de Fred Vargas comme un cas d’école de récit contemporain de grande consommation Continuer la lecture de [cours 2017-18] Enquête sur Fred Vargas 

[cours 2017-18] De la sérialité

« Cultures Médiatiques » S2 

Cultures Médiatiques : la sérialité

Enseignant(s) : Irène Langlet (12h), Natacha Levet (12h)

Le cours s’attache à mettre en place, à travers un certain nombre d’approches théoriques et de cas d’étude, la notion de sérialité, centrale dans la production et la réception des récits médiatiques contemporains. Saisie dans sa mise en place dans les industries culturelles du 19ème siècle jusque dans ses avatars les plus immédiatement contemporains, la sérialité permet de caractériser les modes de production des œuvres littéraires, graphiques, cinématographiques, viédoludiques et télévisuelles. Du roman-feuilleton du 19ème siècle ou de la Belle-Epoque à la convergence culturelle (Jenkins), du crossmédia au transmédia, ce seront différentes facettes de la sérialité qui seront abordées ici, à travers différents genres, tels que la science-fiction ou le noir, et différents médias, littérature, arts graphiques, séries télévisées, entre autres.

Biblio (programme et/ou lectures critiques) :

Bernard LAHIRE, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris : La Découverte, 2004.

BESSON, Constellations, Paris, CNRS éditions, 2015.

BLETON, « Une forte impression : recit paralittéraire, imprime et culture médiatique », in Belphégor, vol.I, n°2, 2002. URL : http://etc.dal.ca/belphegor/vol1_no2/articles/01_02_Bleton_Impres_fr.html

BLETON, Ca se lit comme un roman policier, Québec : Nota Bene, Etudes culturelles, 1999.

KALIFA, La culture de masse en France. 1. 1860-1930., Paris : La Découverte, Repères, 2001.

LE GUERN (dir), Les Cultes médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2002.

LETOURNEUX, « Répétition, variation… et autoplagiat, la question des stéréotypes dans les genres populaires », Loxias n°17, juin 2007, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=1699.

LETOURNEUX, « Les Formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse », Strenae, n° 2, 2011, http://strenae.revues.org/264 (notamment l’introduction : http://strenae.revues.org/434)

LETOURNEUX, « Culture médiatique », revue Compar(a)ison, Peter Lang, Genève, 2005.

LITS, « De l’importance du genre en culture médiatique », in Belphégor, vol. III, n°1, 2003. URL : http://etc.dal.ca/belphegor/vol3_no1/articles/03_01_Lits_culmed_fr.html

LITS, « L’impossible clôture des récits médiatiques », A contrario 2010/1 : https://www.cairn.info/revue-a-contrario-2010-1.htm

LITS, « Le concept de culture médiatique », in La Culture médiatique aux XIXe et XXe siècles, Louvain : Les Dossiers de l’ORM, COMU n° 6, novembre 1999.

MAIGRET, MACE (dir), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Armand Colin et INA, 2005.

MARTEL Mainstream. Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde, Paris : Flammarion, 2010 ; avec nouveau sous-titre Enquête sur la guerre globale de la culture et des médias, Paris : Champs Flammarion, 2012.

MIGOZZI, Boulevards du populaire, Limoges : PULIM, Médiatextes, 2005.

Modalités de contrôle

Dossier numérique (blog) et présentation orale en séance collective, avec conduite de projet :

  • remise d’un projet à mi-semestre, évaluation et validation du sujet par les 2 enseignants
  • suivi méthodologique de la réalisation sur Moodle et dans au moins 1 cours
  • remise du dossier sous forme numérique
  • oral de soutenance, séance collective, en janvier.

Type de cours :

Séminaire théorique et pratique.

[cours 2017-18] L’éloquence, théorie et pratique

« Codes et langage » S3

brando cesar
Marlon Brando dans Jules César,de Mankiewicz, MGM, 1953.

L’éloquence: des théories à la pratique

Enseignant(s) : Bernadette Morin (4H); Laurence Pradelle (8H); Antoinette Gimaret (8H); Irène Langlet (4H)

Disciplines:

Antoinette Gimaret: Langue et Littérature françaises XVIIe (9e)

Irène Langlet: Langue et Littérature françaises XXe (9e et 10e)

Bernadette Morin: Langue et Littérature grecques (8e)

Laurence Pradelle: Langue et Littérature latines (8e)

 

Ce cours se propose de retracer quelques jalons de l’histoire de l’éloquence, depuis la période antique (gréco-romaine) jusqu’à aujourd’hui, en passant par l’âge classique. Il s’élaborera en quatre temps:

1/ une première partie, introductive, retrace la naissance de l’art oratoire en Grèce : le rôle des institutions politiques ; la révolution sophistique ; les différents genres de l’éloquence;

2/ la seconde partie est consacrée à l’élaboration par Cicéron, de la notion d’éloquence (politique ou juridique), qu’il oppose à la rhétorique.

– sur le plan méthodologique: brève histoire des théories en matière oratoire (les différents types d’éloquence, les parties du discours, les topoi, etc., à partir du De oratore et de l’Orator) délimitant les champs de la « pure rhétorique » opposée à la véritable « éloquence ».

– sur le plan pratique: étude d’un discours particulier.

3/ une troisième partie est consacrée à l’éloquence au XVIIe siècle, avec un éclairage sur la prédication (foyer essentiel d’éloquence à l’âge classique) grâce à l’étude des oraisons de Bossuet: celles-ci permettent de montrer comment certaines anciennes querelles se renouvellent alors en se greffant sur des querelles religieuses (asianisme/atticisme devenant prédication réformée/catholique).

4/ la quatrième partie aborde le « retour du refoulé rhétorique » dans la littérature et la pensée du langage au XXè siècle: on s’attachera à l’année 1970, qui voit la parution de trois éléments majeurs du débat (Barthes, Genette, groupe µ). Puis on suivra le cheminement d’un textualiste dans sa ressaisie de memoria (Beaujour) et d’un philosophe dans sa tentative de repenser le système rhétorique global (Meyer).

Bibliographie:

1/ Monde grec

Corpus primaire :

DEMOSTHENE, Troisième Philippique, Paris, Garnier Flammarion, Paris, 2000

ISOCRATE, Eloge d’Hélène, Paris, Belles Lettres, 1972.

LYSIAS, Contre Eratosthène, Paris, Belles Lettres, 1992.

PLATON, Gorgias, Paris, Garnier Flammarion, 1993.

Corpus secondaire :

  1. COULET, Communiquer en Grèce ancienne, Paris, Belles Lettres, 1996.
  2. PERNOT, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Livre de Poche, 2000.
  3. de ROMILLY, Les grands sophistes dans l’Athènes de Périclès, Paris, Livre de Poche, 1988.

2/ Rome:

Corpus primaire:

CICERON, De oratore, Les belles Lettres

CICERON, L’orateur, Les Belles Lettres

CICERON, Pro Archia, Les Belles Lettres

Corpus secondaire

  1. ACHARD, La Communication à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1991.
  2. I. MARROU, Histoire de l’Éducation dans l’Antiquité, Paris, Seuil, 1965 (6e éd.).
  3. MICHEL, Rhétorique et Philosophie chez Cicéron, Paris, Les Belles Lettres, 1960.

ID., La Parole et la Beauté. Rhétorique et esthétique dans la tradition occidentale, Paris, Les Belles Lettres, 1960.

3/XVIIe:

Corpus primaire:

BOSSUET Le Carême du Louvre (1662), édition Folio, 2001, introduction Constance Cagnat-Debœuf.

ID., Oraisons funèbres, éd. Anne Régent, Petits classiques Larousse, 2004 OU édition Folio Classiques 2004.

Lectures complémentaires (ces ouvrages n’ayant pas d’édition moderne, des extraits seront distribués) :

GRENADE Louis (de) La Rhétorique de l’Église ou l’éloquence des prédicateurs, [Ecclesiasticae Rhetoricae libri tres, 1576], Paris, Jean Villette, 1698.

PANIGAROLE François L’Art de prescher et de bien faire un sermon [Modo di comporre una predica, Milan, 1584], traduit par Gabriel Chappuys, Paris, Regnault Chaudière, 1604.

ID., Cent sermons sur la Passion de Nostre Seigneur prononcez à Milan et traduits par Gabriel Chappuys [Cento ragionamenti sopra la Passione di Nostro-Signore, fatti in Milano, Napoli, 1586], Paris, P. Cavellat, 1586.

La Rhétorique françoise contenant les principales règles de l’éloquence de la chaire tirées de Grenade et d’autres célèbres écrivains, confirmées par les exemples de l’Écriture sainte, des Pères les plus éloquents et des Auteurs modernes les plus illustres, Paris, Pierre le Monnier, 1673.

RICHESOURCE, L’Éloquence de la chaire ou la rhétorique des prédicateurs c’est-à-dire la maniere de bien prescher et de bien panégyriser, Paris, Académie des orateurs, 1673.

Lectures critiques :

CHEVALIER Françoise, Prêcher sous l’Édit de Nantes, la prédication réformée au XVIIe siècle en France, Genève, Labor et fides, 1994.

FUMAROLI Marc, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res litteraria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980, réédition, Paris, Albin Michel, 1994.

HACHE Sophie, La Langue du ciel. Le sublime au France au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2000.

Lectures de Bossuet. Le Carême du Louvre, PUR, Rennes, 2001.

MILLET Olivier, « Ethos et pathos dans la prédication ecclésiastique au XVIe siècle : l’Ecclesiastes d’Érasme entre la tradition scolastique et la réforme protestante », in Ethos et pathos, le statut du sujet rhétorique, actes du colloque de Saint Denis de juin 1997, dir. François Cornilliat et Richard Lockwood, Paris, Champion, 2000.

MOUCHEL Christian, Cicéron et Sénèque dans la rhétorique de la Renaissance, Marburg, Hitzeroth, 1990.

REGENT-SUSINI Anne, l’Eloquence de la chaire, Seuil, 2009.

Anne Régent et Nicolas Laurent, Sermons de Bossuet. Le Carême de Louvre, Atlande, Paris, 2002.

4/L’âge contemporain : de la rhétorique restreinte à la théorie générale de l’argumentation.

[Une bibliographie plus complète sera donnée au début du cours.]

Genette Gérard, « La rhétorique restreinte », in Communications, Vol.16, n°16, 1970, pp. 158-171 ; repris dans Figures III, Seuil, 1972.

Barthes Roland, « L’ancienne rhétorique. Aide-mémoire », in Communications, , Vol.16, n°16, 1970, pp. 172-233.

Groupe µ, Rhétorique générale, Larousse, 1970 ; repris en Points-Seuil, 1992.

Beaujour Michel, Miroirs d’encre. Rhétorique de l’autoportrait, Seuil, 1980.

Meyer Michel, Principia Rhetorica. Une théorie générale de l’argumentation, Fayard, 2008.

 

 

Modalités de contrôle

Contrôle continu

L’étudiant aura deux notes de CC obtenues :

  • à partir d’un travail oral (exposé en groupes) dans le cadre du cours consacré à Cicéron (L. Pradelle)
  • à partir d’un travail écrit (devoir sur table de 2h) dans le cadre du cours consacré à la prédication au 17e siècle (A. Gimaret)

Examen terminal

L’épreuve terminale sera constituée d’un 1 écrit + 1 oral.

Chaque étudiant devra rédiger un discours portant sur un sujet donné en s’aidant des techniques oratoires vues en cours (rédaction d’un discours « à la manière de » Cicéron, etc.). Le sujet sera tiré au sort par l’étudiant une semaine avant l’épreuve. Ce discours écrit sera ensuite oralisé par l’étudiant en présence des intervenants du cours. Cette actio oratoire comptera pour moitié dans la notation. La durée de la prise de parole sera de 5mn minimum (soit environ 2 pages format word) et de 10 mn maximum.

Type de cours :

Ce cours, qui mêle théories et pratiques du discours à différentes époques, s’inscrit dans l’UE « Codes et langages ». Il permet à l’étudiant de comprendre les ressorts du discours analysés et théorisés depuis l’Antiquité, d’en percevoir l’évolution à travers ses multiples variations mais aussi de développer ses propres compétences dans l’art de la parole.

Il s’agit donc d’un cours ouvert à tout étudiant désireux soit de découvrir les bases de la théorie oratoire, soit d’en approfondir les multiples directions, tout en l’aidant à expérimenter sur lui-même des outils rhétoriques efficaces.

Il prend place en seconde année de master (S3), lorsque l’étudiant est déjà en possession d’outils littéraires et linguistiques suffisants pour se lancer lui-même dans l’élaboration d’un discours, qui ne peut que lui être utile pour la rédaction de son mémoire de master.