AMANGOUA Loïs – Position de recherche

Les représentations de l’espace par les écrivains de la diaspora africaine dans le cadre du retour : le cas de Leonora Miano, Alain Mabanckou et Noo Saro Wiwa.

Mémoire de Master 2 en cours de rédaction dirigé par  le professeur Bertrand Westphal.

Soutenance: Courant Juin 2018.  Contact: henaba.amangoua@etu.unilim.fr

          La littérature africaine contemporaine fait l’objet d’ardentes discussions académiques depuis les travaux d’Abdourahman A. Waberi en 1998, qui signalent la naissance d’une nouvelle génération d’écrivains africains dans les années 1980. Quatrième génération de l’histoire littéraire africaine, après celle des pionniers, de la négritude et de la désillusion, Waberi les nomme « les enfants de la postcolonie ». Ce sont des auteurs d’origine africaine, installés en Europe et particulièrement en France, dont l’écriture aborde les conditions de vie de l’immigré et les questions  actuelles des pays d’accueil. Ceux-ci, refusant d’être enfermés dans le carcan stéréotypé des termes « auteurs africains, écrivains noirs, etc. », essaient de se positionner dans une littérature-monde.

Le reproche qui leur est souvent fait est le reniement de l’Afrique, reniement jugé hypocrite puisque l’Afrique reste le repère de leur écriture. Cette accusation est fallacieuse étant donné que cette distance d’avec l’Afrique n’a rien d’un renoncement. Il s’agit plutôt d’un désir d’appropriation du monde. Et puisque « ici et ailleurs » n’ont plus une très grande valeur et qu’on vit dans un « en-commun », le sujet voyageur est « un passant» (MBEMBE Achille, Politiques de l’inimitié). Il passe d’un espace à un autre et se l’approprie. Le chemin de l’immigration que ces auteurs de la diaspora africaine tracent est donc équivoque et le voyage du retour est possible. Ce sont ces retours que nous proposons d’étudier, et plus particulièrement, les conséquences sur  les représentations de l’espace qui s’ensuivent.  Notre sujet est intitulé : Les représentations de l’espace par les écrivains de la diaspora africaine dans le cadre du retour : le cas de Leonora Miano, Alain Mabanckou et Noo Saro Wiwa.

La géocritique nous servira de méthode pour analyser ces espaces textuels. Ce choix est motivé par la possibilité que la méthode offre à lire l’espace à travers les sens (polysensorialité), les strates du temps et la pluralité des regards. L’espace qui découle des reconstructions est beaucoup plus proche du réel car il tient compte du temps, de la subjectivité (différents regards et sens). Ainsi, à partir des fouilles textuelles, et reconstitutions nous proposerons une des cartographies possible de l’espace africain ; vu par des regards allogènes. Les trois romans que nous proposons d’étudier mettent en scène des personnages qui retournent en Afrique après des années passées en France et Angleterre. Aussi, nous proposons de travailler sur un corpus francophone et anglophone pour être plus représentatif de la littérature africaine subsaharienne.  Nos recherches répondront aux questions : comment l’Afrique du retour est-elle représentée par les écrivains de la diaspora ? Au vu du discours postcolonial dont ces auteurs se revendiquent, nous questionnerons, par la suite, la valeur du retour. Comment peut-on penser le retour et l’espace d’origine dans un monde globalisé ? En d’autres termes, quelle est la valeur de l’espace d’origine ? Comment circuler librement d’un espace à un autre dans la nouvelle cartographie du monde ? Les écrivains de la diaspora africaine ont-ils une manière particulière de représenter l’Afrique lors du retour?

Bibliographie

  • Corpus Primaire

MABANCKOU Alain, Lumières de Pointe-Noire, France, Points, 2013.

MIANO Léonora, L’intérieur de la nuit, Paris, Pocket, 2005.

SARO-WIWA Noo, Transwonderland retour au Nigeria, traduit par Francoise Pertat, Paris, Ed. Hoëbeke, 2013.

  • Corpus secondaire

WESTPHAL Bertrand, La Géocritique : Réel, Fiction, Espace, Paris, Ed. Minuit, 2007.

WESTPHAL Bertrand, La cage des méridiens, Paris, Ed. Minuit, 2016.

DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, Mille plateaux, Paris, Seuils, 1994.

GLISSANT Edouard, Traité du Tout-monde, Paris, Gallimard, 1997.

HOMI Bhabha [Trad.] BOUILLOT Françoise, Les lieux de la culture, Paris, Payot, 2007.