[Cours 2017-2018] Le Rapport au pouvoir et à la Francophonie des écrivains africains

M1 : UE 1 « Code et langage » (S2)

Le Rapport au pouvoir et à la Francophonie des écrivains africains

Jean-Michel DEVESA

Objectifs de l’enseignement

En 2015, l’écrivain togolais Théo Ananissoh publie Le Soleil sans se brûler, un roman. Ce livre pose, sur le mode de la fiction, qu’un écrivain et/ou un intellectuel africain pour exister dans le monde, et d’abord dans le sien, celui des livres ou celui de la communauté académique, n’a pas d’autre choix que d’être pris en tenaille entre les exigences dérisoires mais pourtant bien sourcilleuses des pouvoirs en place et l’instrumentation par la Francophonie.

Il peint l’extrême détresse morale et donc humaine des plus fragiles d’entre eux, lesquels vivent comme une continue humiliation le fait d’être utilisés par les uns et les autres, et finissent broyés, quand ils constatent, après avoir essayé de « déborder » l’étau dans lequel ils étaient pris, qu’ils ont échoué, à la fois à se libérer de l’emprise de leurs maîtres (du « Sud » et du « Nord »), et à atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixés (une œuvre littéraire ou universitaire, toujours à valeur critique, combinée à une action génératrice d’effets politiques).

Ce que l’écrivain Théo Anonissoh nous « dit » peut-être, c’est que les plus humains des intellectuels africains, comme son professeur Yao Edo Améla et l’écrivain Sony Labou Tansi, meurent de cette Afrique aux mains des dictateurs et de leurs parrains du Nord, même quand ceux-ci se drapent dans les oripeaux du progressisme et de l’anticolonialisme, et ce, parce qu’ils sont malgré tout les agents du néocolonialisme, de la domination et de l’échange inégal : pour paraphraser une formule célèbre, la barque de l’amitié se brise hélas contre la vie courante.

Il s’agira tout au long du présent séminaire, et à travers le rapport des écrivains et des intellectuels au pouvoir, d’aborder la question du discours, dans ses versants politique, historique et littéraire : en effet, dans son roman, Théo Ananissoh mobilise la fiction pour à la fois « dire » sa relation à son « maître » (l’universitaire togolais Amela) et sa relation intellectuelle, esthétique et critique à Sony Labou Tansi (auquel il a consacré sa thèse) ; dans son essai, Bernard Mouralis s’efforce de « retrouver » son ami (et collègue) Amela et de le préserver de la plume acerbe de son élève Ananissoh, ce qui le conduit à une réévaluation des oeuvres de Sony Labou Tansi et d’Ahmadou Kourouma.

Il conviendra donc, sans forcer le trait, d’examiner différentes manières de « dire » et d’écrire le vécu, le souvenir, l’analyse, l’opinion, l’imaginé, etc., en privilégiant l’écriture, sa matérialité, ses procédés et ses techniques, les aspects idéologiques n’intervenant dans et pour l’analyse que de façon secondaire.

Œuvres au programme

Théo Ananissoh, Le Soleil sans se brûler (Elisad, 2015)

Bernard Mouralis, Théo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi (L’Harmattan, 2017) 

Nombre d’heures

Douze séances de deux heures. 

Bibliographie

Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, L’Empire vous répond. Théorie et pratiques des littératures post-coloniales, [The Empire Writes Back], Trad. de Jean-Yves Serra et Martine Job, Bordeaux, P..U.B., 2012.

John Maxwell Coetzee, Elizabeth Costello, (2004), Coll. « Points », n° P 1454, Paris, Seuil, 2006, pp. 51-81 [« Le Roman en Afrique »].

Jean-Michel Devésa, « Le Jeune Leiris en Afrique : Entre Fantômes et fantasmes », in Littérature et sociétés africaines : Regards comparatistes et perspectives interculturelles : Mélanges offerts à Janos Riesz à l’occasion de son soixantième anniversaire, Tübingen, G. Narr, 2001, pp. 255-264.

Jean-Michel Devésa et Alexandre Maujean, « L’Afrique dans la littérature : Un continent en son miroir, Introduction thématique », Afrique contemporaine, n° 241, 2012, pp. 31-42.

Lise Gauvin, « Petites littératures, littératures mineures, littératures minoritaires : réflexions sur la situation des littératures francophones », in Traversées francophones, Genève, Ed. Suzanne Hurter, 2010, pp. 204-211.

Pierre Halen, « Le « Système littéraire francophone » : quelques réflexions complémentaires », in Lieven D’Hulst et Jean-Marc Moura, Les Études littéraires francophones : état des lieux, Université Lille III, « Travaux et recherches », 2004, pp. 25-37.

Nathalie Heinich, Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000.

Bernard Mouralis, Littérature et développement : essai sur le statut, la fonction et la représentation de la littérature négro-africaine d’expression française, Paris, Silex, 1981.

Patrice Nganang, Manifeste pour une nouvelle littérature africaine, Pour une écriture préemptive, (2007), suivi de Nou (2013), Préface de Daniel Delas, Coll. « L’Un et l’autre en Français », Limoges, PULIM, 2017.

Edward W. Said, « Introduction » et « Pèlerins et pèlerinages, anglais et français », in L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Coll. « Points-Essais », n° 710, Paris, Seuil, 2005, pp. 29-79, pp. 279-281 et pp. 297-334.

Les étudiant(e)s sont encouragé(e)s à fréquenter la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges.

Évaluation :

Un dossier : A partir d’un sujet de synthèse, (à remettre lors de la 9e séance du séminaire, le sujet ayant été donné lors de la 6e séance).