[Cours 2014-15] Actualité de la recherche: Richard Hibbitt (Leeds)

HibbittRichard Hibbitt est l’invité du séminaire “Actualité de la recherche” du master Lettres.

3 séances en salle C 104:

 

mercredi 22 avril : 10h-13h
jeudi 23 : 14h-16h
vendredi 24: 10h-13h

 

 

 

Richard Hibbitt est maître de conférences en littérature française et comparée à l’Université de Leeds (Royaume-Uni), où il dirige le Centre for World Literatures. Il est également membre de l’équipe interdisciplinaire Writing 1900, du comité de la British Comparative Literature Association, et de l’équipe de rédaction de la revue Comparative Critical Studies.

Il travaille principalement sur l’échange culturel entre la littérature française, allemande et anglaise aux 19e et 20e siècles, et s’intéresse en particulier à la littérature fin-de-siècle et aux thèmes du cosmopolitisme et du dilettantisme.

Pour le détail de ses publications : http://www.leeds.ac.uk/arts/profile/40000/163/richard_hibbitt

Les huit heures de séminaire se divisent en trois parties :

I/ Représentations littéraires de Bruges : Rodenbach, Rilke et d’autres

Khnoppf
Fernand Khnoppf, Frontispice de la première édition de Bruges-la-morte (Flammarion, 1892). Source: http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Bruges-la-Morte#/media/File:Khnopff_-_Brugres-la-morte.jpeg

Le premier cours (3 heures) sera consacré à la représentation de la ville de Bruges dans la littérature des 19e et 20e siècles, et plus particulièrement au tournant du siècle. En premier lieu, nous considèrerons la représentation textuelle (c’est-à-dire linguistique et visuelle) du chronotope de Bruges dans le roman Bruges-la-morte (1892) de Georges Rodenbach, soi-disant ‘roman symboliste par excellence’. Ensuite, nous effectuerons une analyse comparative du poème ‘Quai du Rosaire: Brügge’ par Rainer Maria Rilke (dans Neue Gedichte, 1907-8). La séance se poursuivra avec les exposés individuels des membres du séminaire sur diverses représentations littéraires de Bruges ; disponibles en ligne :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

II/ Représentations littéraires des villes : Textes divers

Le deuxième cours (2 heures) s’intéressera d’abord aux représentations littéraires / visuelles des villes choisies par les membres du groupe (soit individuel, soit collectif). Les points de départ d’une réflexion sur la ville réaliste / naturaliste / symboliste / surréaliste / postmoderne / utopique / onirique / imaginaire seront d’une part les poèmes en prose ‘Villes (I)’ et ‘Villes (II)’ des Illuminations d’Arthur Rimbaud et, d’autre part, le roman Les Villes invisibles d’Italo Calvino, qui met en scène un dialogue imaginaire entre Marco Polo et l’empereur Kublai Khan.

III/ W. G. Sebald et la littérature française

Le troisième cours (3 heures) portera sur les différents liens existant entre les écrits de l’auteur allemand W. G. Sebald (1944-2001) et la littérature française. Cette intervention croise deux approches distinctes : elle analyse d’une part les influences intertextuelles spécifiquement françaises qui opèrent dans les textes de Sebald et, d’autre part, les affinités possibles de son œuvre avec certains mouvements littéraires ayant vu le jour en France, en particulier le nouveau roman et l’Oulipo. L’originalité de cette double approche réside dans le dessein de lire les œuvres de Sebald sous un jour à la fois chronologique et anachronique afin d’apporter une contribution inédite aux recherches existantes sur la lecture de certains auteurs français effectuée par Sebald. Le but est ici de proposer d’une part l’exploration d’autres sources et, d’autre part, d’analyser la présence d’éléments sebaldiens dans les écrits de certains auteurs (par exemple Michel Butor, Georges Perec et Nathalie Sarraute), ou encore dans les théories de la littérature qui étayent les deux mouvements envisagés. Dans ce sens, la volonté de Sebald d’éviter l’invention romanesque, et surtout la création de personnages ou d’une intrigue, pourrait être considérée comme un exemple du ‘roman à contraintes’ oulipien. La tension contradictoire entre narration et invention serait ainsi le labyrinthe que Sebald construirait lui-même et dont il se proposerait de sortir.

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Séminaires I et II

Rodenbach, Georges, Bruges-la-morte (Paris: Garnier-Flammarion, 1998)

Rilke, Rainer Maria, ‘Quai du Rosaire: Brügge’, dans Neue Gedichte (1907) ; traduction française par Maurice Betz disponible ici :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

Divers auteurs : poèmes et extraits sur Bruges, disponibles ici :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

Images de Bruges (frontispice et photographies de la première édition de Bruges-la-morte)

http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Bruges-la-Morte

Rimbaud, Arthur, ‘Villes (I)’ et Villes (II)’, dans Les Illuminations (toutes éditions)

Calvino, Italo, Les Villes invisibles, trad. par Jean Thibaudeau (Paris: Folio, 2013)

Œuvres critiques

 

Berg, Christian, lecture, dans Rodenbach, Bruges-la-morte (Bruxelles : Labor, 1986), pp. 107-71. Disponible en ligne :

http://ae-lib.org.ua/texts/berg__rodenbach__fr.htm

Bertrand, Jean-Pierre and Grojnowski, Daniel, Introduction, dans Rodenbach, Bruges-la-morte (Paris, 1998: Garnier-Flammarion), pp. 7-44

Edwards, Paul, ‘The Photograph in Georges Rodenbach’s Bruges-la-morte

http://jes.sagepub.com/content/30/117/071.extract

Elkins, James, ‘Writing With Images: Rodenbach’s Bruges-la-morte

http://writingwithimages.com/?page_id=210

Hibbitt, Richard, ‘Inevitable Plots in the Symbolist Novel: Georges Rodenbach’s Bruges-la-morte’, in Finding the Plot: On the Importance of Storytelling in Popular Fictions, edited by Loïc Artiaga, Diana Holmes, Jacques Migozzi and David Platten (Newcastle-on-Tyne: Cambridge Scholars Press, 2013), pp. 218-33

Michelet Jacquod, Valérie, Le roman symboliste: un art de l’extrême conscience (Geneva: Droz, 2008)

 

Séminaire III

 

Perec, Georges, W ou le souvenir d’enfance (Paris: Gallimard, 1993)

Sebald, W. G., Austerlitz, trad. par Patrick Charbonneau (Arles: Actes Sud, 2002).

Œuvres critiques

 

Carré, Martine, W. G. Sebald. Le Retour de l’auteur (Lyon: Presses universitaires de Lyon, 2008)

Oehler, Dolf, ‘Hallucinations et Allégories: W. G. Sebald se souvient de W. Benjamin lecteur de Paris. A propos d’Austerlitz’, Le Texte étranger [en ligne], no. 8, décembre 2010 : http://www.univ-paris8.fr/dela/etranger/pages/8/oehler.html

Pic, Muriel, W. G. Sebald – L’Image papillon – suivi de W. G. Sebald: L’art de voler (Paris: Les Presses du Réel, 2009)

Ryan, Judith, ‘Sebald’s Encounters with French Narrative’, in From Kafka to Sebald: Modernism and Narrative Form, edited by Sabine Wilke (New York and London: Continuum, 2012), pp. 123-42

Vogel-Klein, Ruth, ‘Dans l’atelier de W. G. Sebald : Écriture oblique et chronotopes parisiens’, Europe, no. 1009 (mai 2013), dir. Lucie Campos et Raphaëlle Guidée, 147-56