[Cours 2014-15] Actualité de la recherche: Antoinette Gimaret (Limoges)

Antoinette Gimaret tiendra la prochaine séance du séminaire “Actualité de la recherche” du master Lettres, mercredi 18 mars 16h-18h.

« Entre science et fantasme, curiosité et vanité : l’ambivalence des représentations du corps ouvert dans les traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles »

Juan Valverde, Anatomia del corpo humano, Rome, 1560, planche I, livre II, p. 64. http://www.ibiblio.org/expo/vatican.exhibit/exhibit/f-medicine_bio/images/medbio12.jpg

Présentation de la séance

Il s’agira de proposer un parcours dans les illustrations gravées des traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles et de mettre au jour la spécificité et l’ambivalence de ces images, qui renvoient à une ambivalence plus profonde du rapport au corps.

La curiosité anatomique favorise, à la Renaissance, la mise au jour d’une nouvelle visibilité du corps par la représentation de son ouverture. L’anatomiste veut ouvrir le corps pour contempler le caché, la pratique de la dissection révélant un changement de stratégie intellectuelle en opérant le passage du texte galénique lu au corps ouvert contemplé, posture de curiosité qui garantit une dynamique de dévoilement scientifique et l’élaboration d’un discours de vérité sur le corps, comme le suggère par exemple le face à face du praticien au cadavre représenté dans les leçons d’anatomie.

Mais cette dynamique de curiosité scientifique ne parvient pas à neutraliser le pouvoir d’inquiétude de l’image du corps anatomisé, qui, en mettant en scène la dimension matérielle de l’enveloppe charnelle, la renvoie à son néant. D’où l’élaboration, à l’intérieur même des traités scientifiques, de représentations moralisées : allégories de la mort, accessoires symboliques, décors de ruines, renvoient explicitement au memento mori, faisant de la leçon d’anatomie un emblème de la vanité humaine. Par là, l’illustration anatomique semble renvoyer toute entreprise scientifique à sa vanité à l’intérieur même de sa représentation.

Plus largement, les gravures des traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles révèlent la difficulté de l’image anatomique à se banaliser, sa scientificité étant le plus souvent mise à mal au profit d’un effet de sidération, d’une fascination rendant vaine l’entreprise de vouloir faire de l’image du corps ouvert un outil épistémologique efficace. Par le biais d’une certaine dramaturgie, la part de transgression contenue dans le geste d’ouvrir le corps fait retour, lestant l’image d’une dimension pathétique ou fantasmatique. L’imagerie anatomique révèle de ce fait la difficulté des anatomistes de cette époque à aller au bout d’une logique mécaniste, dans un moment où le corps est regardé à la fois comme un objet de science et comme le lieu d’une individualité, ambivalence qui expliquerait « l’inquiétante étrangeté » de ces gravures.

Quelques repères bibliographiques

Traités anatomiques (ordre chronologique)

André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, Jean Oporinus, 1543.

Charles Estienne, De la dissection des parties du corps humain, Paris, Simon de Colines, 1546.

Juan Valverde, Anatomia del corpo humano, Rome, 1560.

Govaert Bidloo, Anatomia humani corporis, Amsterdam, H. et T. Boom, 1685.

Ouvrages critiques

Bodily Extremities, Preoccupations with the Human Body in Early Modern European Culture, ed. Florike Egmond and Robert Zwijnenberg, Aldershot, Ashgate, 2003.

Andrea Carlino, La Fabbrica del corpo, libri e dissezione nel Rinascimento, Turin, Einaudi, 1994.

Georges Didi-Huberman, Ouvrir Vénus. Nudité, rêve, cruauté, Paris, Gallimard, 1999.

Raphaël Mandressi, Le Regard de l’anatomiste. Dissections et inventions du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003.

Moe Harald, The Art of Anatomical Illustration in the Renaissance and Baroque Period, Danemark, Rhodos, 1995.

Premuda Loris, Storia dell’iconografia anatomica, Milan, Aldo Martello Editore, 1957.

Benjamin A. Rifkin et Michael J. Ackerman, L’Anatomie humaine, cinq siècles de sciences et d’art, Paris, La Martinière, 2006.

Antoinette Gimaret est maître de conférences en littérature française
du 17e siècle à l’Université de Limoges et membre de l’équipe de
recherches Espaces Humains et Interactions culturelles (EHIC, EA 1087)
de cette université. Elle travaille principalement sur les
représentations du corps (discours, iconographies, savoirs) aux 16e et
17e siècles. Elle s’intéresse par ailleurs aux liens entre littérature
et spiritualité, littérature et Histoire, littérature et discours
scientifiques (anatomie, mélancolie, science des passions),
littérature et image. Elle a travaillé également sur les discours de l’intime à partir de la notion de récit d’expérience. Sa thèse est parue en 2011 chez Champion sous le titre Extraordinaire et ordinaire des Croix. Les représentations du corps souffrant, 1580-1650. Elle
est actuellement engagée dans plusieurs projets collectifs : autour du
« baroque noir » (projet d’anthologie poétique européenne) ; autour de
la question des dissidences religieuses en Europe moderne (atelier
trilatéral France / Italie / Allemagne).

Pour le détail des publications: http://recherche.flsh.unilim.fr/ehic/antoinette-gimaret/