[cours 2014-15] M2 Regards critiques croisés : Médée


Affiche pour MédéeRegards critiques croisés : Médée

Ce cours se propose d’étudier la figure de Médée à travers les époques et sous différents angles d’approche.

Comme il est difficile d’apprendre à cerner ce personnage sans partir des œuvres fondatrices, il importe d’étudier les deux pièces grecque et latine. Dans “Sénèque critique d’Euripide?”, la démarche est de partir de la structure spatio-temporelle de la Médée d’Euripide, et d’analyser quelle nouvelle structure lui est superposée dans celle de Sénèque, qui développe un tout autre sens du personnage et du mythe.

A partir de là, le cours s’articule autour de plusieurs lectures qui peuvent être faites du personnage :

– Une lecture psychanalytique pour présenter un autre aspect de la Médée d’Euripide.

– Une lecture classique qui analyse Médée au regard de la poétique tragique du 17e siècle : il s’agira de prolonger la réflexion autour de Médée de Sénèque en étudiant la reprise de cette figure sénéquienne par Corneille en 1635 dans sa Médée. L’angle critique sera celui de la poétique tragique et de ses contraintes (représentation des passions, bienséances).

– Une lecture contemporaine, où l’on verra comment la leçon antique s’est vue à nouveau rediscutée à travers la grille d’analyse des gender studies.

Bibliographie :

Euripide, Médée.

Sénèque, Médée.

Corneille, Médée, 1635.

Lectures conseillées :

Müller Heiner, Rivage à l’abandon, Matériau-Médée et Paysage avec Argonautes, in Germania Mort à Berlin et autres textes, trad. de l’allemand, Minuit, 1985.

Corneille, Trois discours sur la poésie dramatique, 1660, édition critique par M. Escola, Paris, Flammarion, 1999.

Delmas Christian, La Tragédie de l’Âge Classique, Seuil, 1994.

Lucie Desjardins, Le Corps parlant : savoir et représentation des passions au 17e siècle, Québec / Paris, Les Presses de l’Université de Laval / L’Harmattan, 2001.

Georges Forestier, Passions tragiques et règles classiques, PUF, 2003, réédition 2010