Nina Bessaguet – Position de recherche

Contact : nina.bessaguet@etu.unilim.fr
Voir le CV sur https://fr.linkedin.com/in/nina-bessaguet-10ba85154

 

La collaboration amoureuse : force créatrice de journaux intimes « photobiographiques »

Sous la direction de Madame Chloé Ouaked (Université de Limoges)
Soutenance en Juin 2018

 

                Affectionnant tout particulièrement le cinéma, mais également l’alliance du texte et de l’image, les thèmes du temps, de la mémoire, de la mort et ayant une appétence toute particulière pour une écriture que je définis comme étant de l’ordre de la « sensibilité » et des « sentiments », mon sujet de mémoire s’est alors orienté vers ce que je nomme la « photolittérature amoureuse » dont le support qu’est le journal intime semble être l’appui idéal à la préservation des sentiments d’hommes et de femmes en couple au moment de la création. La démarche de recherche, si elle comprend un corpus mêlant de nombreux supports (livres, films, photographies, théories littéraires et philosophiques), s’appuie principalement sur les œuvres que sont Notre Antéfixe (1978) de Denis et Françoise Roche ; Journal (1979-1983) (1984 [2ͤ éd. 2009]) de Jacques et Alix Cléo Roubaud ; No sex last night (1996), film co-réalisé par Sophie Calle et Greg Shephard ; ainsi que L’usage de la photo (2005) d’Annie Ernaux et Marc Marie.

                 Qu’elles soient cinématographiques ou littéraires, ces œuvres, malgré leurs divergences, ont pour point commun une créativité multiple. Cette multiplicité, si elle est notamment due aux divers médiums que sont le journal intime, l’écriture, l’image cinématographique et/ou photographique, s’explique également par le recours à l’expression de deux voix distinctes, celles des deux collaborateurs. Ces derniers, qui visent à une apparente homogénéisation matérielle et intellectuelle de leurs productions, n’en font cependant pas moins ressortir la pluralité de leurs expressions manuscrites, vocales et artistiques.

                Si l’acte de création collaborative semble très intéressant, celui-ci a néanmoins trop souvent été banalisé et négligé au profit d’une marginalisation trahissant le mépris de sa réception critique quant à sa valeur intellectuelle. En effet, peu d’études de cas existent, comme si la pratique créative à quatre mains n’était pas digne d’intérêt scientifique. Écrire à quatre mains reviendrait alors à briser le mythe de l’ego, ici l’auteur en tant que sujet pensant exerçant une primauté intellectuelle et créative sur les œuvres qu’il produit. La collaboration amoureuse mettrait ainsi à mal cette valeur idéologique du génie unique qu’est l’ego pour au contraire mettre en avant un alter-ego, notion qui joue sur la conception d’une même identité. En effet, l’ego reconnait son alter – ici amoureux – dans la mesure qu’il témoigne de sa réalité et qu’il apparaît comme un autre soi-même. La collaboration, expérience d’un échange entre soi et l’autre serait une relation privilégiée entre ces deux entités. En effet, le dialogue serait le lieu commun où deux pensées peuvent se rencontrer et se faire face, un milieu de discussions où elles se fécondent mutuellement.

                    La force créatrice des huit artistes ne se limiterait peut-être plus seulement à une dimension artistique et intellectuelle, mais prendrait toute son ampleur grâce à l’entité abstraite mais néanmoins vécue qu’est l’amour. Mais ces collaborations affichées présentent cependant certaines limites. Tout d’abord, même si les quatre œuvres ont pour chacune d’elle deux protagonistes, le dialogue ne peut avoir lieu, du moins pas dans la forme que nous lui connaissons, à savoir une interaction directe et verbale où chacun aurait le droit à la parole pour acquiescer ou exprimer son désaccord face à son interlocuteur. Si le dialogue a pour fond commun le désir et le besoin ressenti de parler de la même chose, l’interactivité prendrait plutôt naissance grâce à un échange final indirect de pensées, matières nécessaires à la réalisation en binôme de leur œuvre.

                   De plus, ces diverses écritures à quatre mains ne sont pas toujours égalitaires et présentent au contraire une hiérarchisation au sein même de chaque duo, que cela soit au niveau de l’implication créatrice qu’au niveau des rapports humains entre un homme et une femme. Comme dans toutes relations intersubjectives et interpersonnelles, les quatre œuvres éprouvent alors leurs limites et les tensions qui en découlent se ressentent sur la forme et sur le fond des œuvres. La forme, indissociable du fond, renverrait à une conception de l’amour : les duos se veulent mis sur un même pied d’égalité mais l’on décèle dans la dimension génétique de leurs œuvres une hiérarchie créative qui renvoie à l’idée que l’amour est fait de tensions. Les collaborations se font donc non pas sur un principe d’égalité mais sur une hiérarchisation. Il résiderait alors un rapport de force reposant sur le prestige d’un créateur par rapport à son binôme, mais également par rapport à une « dissymétrie des apports ».

                    En se posant comme sujets de leur œuvre, les auteurs, narrateurs et personnages s’affirment et se racontent dans un récit qui se veut, à la lecture, rétrospectif. Ce désir de rester au plus près de la réalité n’est pas seulement dû à la seule présence d’une écriture qui se veut sincère et intime. En effet, d’autres éléments participent à cette volonté de véracité. Tout d’abord, l’écriture à quatre mains permet l’adhésion des lecteurs à ce qui est raconté, car la présence de deux témoignages, de deux points de vue en apparence différents est un gage de fiabilité. Ces « photobiographies » (Gilles Mora), contraction des mots « photographies », « biographies » voire « autobiographies » est donc le terme approprié pour indiquer le gage d’authenticité. Le journal intime semble être la forme la plus appropriée pour nos auteurs puisqu’il a pour but de consigner au jour le jour leurs réflexions, émotions et expériences.  Cependant, le paradoxe réside dans le fait qu’ils soient deux pour un seul et même journal. L’intimité ne se limiterait alors pas à celle d’une seule personne mais s’étendrait à l’intimité d’un couple. En effet si, au départ, le journal intime est de l’ordre de l’auto-destination, le lecteur est ici autorisé à en prendre connaissance.

                    Par ailleurs, les auteurs choisissent de garder les éléments de leur existence qui correspondent à une situation de crise. Ainsi, Annie Ernaux et Marc Marie prennent le parti d’écrire alors qu’elle vient d’apprendre être atteinte d’un cancer du sein, Sophie Calle et Greg Shephard se filment mutuellement lors de leur relation houleuse. Alix Cléo Roubaud se livre sur sa vie et son état de santé qui peu à peu se détériore, Denis se photographie lui et sa femme en train de vieillir. Leurs appareils photos et leurs caméras, véritables prolongements de leurs corps, leur permettent de se raccrocher à quelque chose alors que tout semble leur échapper. Fixer ainsi le vécu indiquerait une volonté d’« éterniser » les états d’âmes qu’ils ont eu à un moment donné de leur vie. Le journal intime serait donc la métaphore d’une lutte contre la mort, c’est-à-dire le combat contre la finitude de soi et d’un amour voué à disparaître. Il se fait ainsi véritable exutoire où l’épanchement des sentiments et des émotions face à la maladie, à la crise amoureuse, est permis. Sans pudeur, ni gêne, les créateurs se confient à un destinataire dont le mutisme en fait le témoin secret idéal puisqu’il n’a pas droit de réponse.

                     Enfin, l’histoire, en tant que reconstruction du passé, a toujours entretenu un lien indissociable avec la notion de temps. Mais si les historiens ont toujours visé à rendre une explication objective de la réalité, les témoins et/ou acteurs d’un événement – à l’instar des auteurs étudiés – à cause de leur subjectivité, ne permettent pas de donner l’autorité nécessaire en vue de respecter la véracité des faits. En effet, ceux-ci ne voient qu’une vision partielle de ce qu’ils ont vécu, et c’est ici que réside la différence entre le professionnel et l’amateur, entre l’histoire collective et l’histoire personnelle, intime. Le récit contiendrait alors en sa propre définition une ambiguïté entre une objectivité souhaitée et une objectivité non respectée mais de manière involontaire. Le récit est alors une interprétation personnelle bien plus qu’une analyse, ce qui serait ainsi à rapprocher du récit de soi et donc de l’autobiographie. En effet, si Annie Ernaux, Marc Marie, Sophie Calle, Greg Shephard, Denis et Françoise Roche ainsi qu’Alix Cléo et Jacques Roubaud ne sont pas des historiens à proprement parlé, ils décident d’écrire et de photographier à la fois objectivement et subjectivement, en tant qu’acteurs et que témoins, leurs propres parcours psychologiques, émotionnels et amoureux afin de parvenir à l’ « éternisation » de l’être aimé, toujours grâce au support du journal intime « photolittéraire ».

 

BIBLIOGRAPHIE

Corpus primaire

CALLE Sophie et SHEPHARD Greg, No sex last night, États-Unis : Bohen Production, Gémini Films and Paris Skyline, 1:13:16, 1996.

ERNAUX Annie et MARIE Marc, L’usage de la photo, Paris : Gallimard, Collection « Folio », 2005.

ROCHE Denis, Notre Antéfixe, Paris : Flammarion, Collection « Textes », 1978.

ROUBAUD Alix Cléo, Journal (1979-1983), Paris : Seuil, Collection « Fiction & Cie », 2009.

 

Corpus secondaire

ALQUIÉ Ferdinand, Le désir d’éternité, Paris : Puf, Collection « Quadrige », (n°50), 2014.

BADIOU Alain et TRUONG Nicolas, Éloge de l’amour, Paris : Flammarion, Collection « Champs essais », 2009.

JOPECK Sylvie, La photographie et l'(auto)biographie, Paris : Gallimard, Collection « La bibliothèque Gallimard », (n°132), 2004.

LAFON Michel et PEETERS Benoît, Nous est un autre : enquête sur les duos d’écrivains, Paris : Flammarion, 2006.

LEJEUNE Philippe, Le pacte autobiographique, Paris : Seuil, Collection « Points Essais », 1996.

SIMONET-TENANT Françoise, Le journal intime, genre littéraire et écriture ordinaire, Paris : Teraèdre, Collection « L’écriture de la vie », 2004.