Nina Bessaguet – Position de recherche

Contact : nina.bessaguet@etu.unilim.fr
Voir le CV sur https://fr.linkedin.com/in/nina-bessaguet-10ba85154

 

La création amoureuse dans les  journaux intimes photolittéraires et photocinématographiques

Sophie Calle et Greg Shephard, Annie Ernaux et Marc Marie, Denis et Françoise Roche, Jacques et Alix Cléo Roubaud : des collaborateurs amoureux.

Sous la direction de Madame Chloé Ouaked (Université de Limoges)
Soutenance le Vendredi 15 juin 2018

 

                      Affectionnant tout particulièrement le cinéma, mais également l’alliance du texte et de l’image, les thèmes du temps, de la mémoire, de la mort et ayant une appétence toute particulière pour une écriture que je définis comme étant de l’ordre de la « sensibilité » et des « sentiments », mon sujet de mémoire s’est alors orienté vers ce que je nomme la « photolittérature amoureuse » dont le support qu’est le journal intime semble être l’appui idéal à la préservation des sentiments d’hommes et de femmes en couple au moment de la création. La démarche de recherche, si elle comprend un corpus mêlant de nombreux supports (livres, films, photographies, théories littéraires et philosophiques), s’appuie principalement sur les œuvres que sont Notre Antéfixe (1978) de Denis et Françoise Roche ; Journal (1979-1983) (1984 [2ͤ éd. 2009]) de Jacques et Alix Cléo Roubaud ; No sex last night (1996), film co-réalisé par Sophie Calle et Greg Shephard ; ainsi que L’usage de la photo (2005) d’Annie Ernaux et Marc Marie.

                        « Qu’elles soient cinématographiques ou littéraires, les œuvres de Sophie Calle et Greg Shephard avec No sex last night, d’Annie Ernaux et Marc Marie avec L’usage de la photo, de Denis Roche dans Notre antéfixe ainsi que de Alix Cléo Roubaud dans Journal (1979-1983), malgré leurs divergences, ont en commun une créativité multiple. Cette multiplicité, si elle est notamment due à la diversité des médiums que sont l’écriture, l’image cinématographique et/ou photographique, s’explique également par le recours choisi à l’expression amoureuse et sentimentale de deux voix distinctes, celles de deux collaborateurs, qui n’est de prime abord pas toujours explicite. Ces artistes, photographes et écrivains qui visent à une relative homogénéisation matérielle et intellectuelle de leur production respective, puisque l’aboutissement final est la création d’une seule et même œuvre, n’en font cependant pas moins ressortir la pluralité de leurs expressions artistiques car la composition en binôme de leur création permet d’exprimer leur individualité.

                     Les huit diaristes semblent se servir de leurs histoires d’amour afin de se raconter à deux. Si l’exploration de leur relation est au cœur de leurs récits respectifs, la question du « comment » s’écrire à deux et du « pourquoi » écrire sur le deux au travers d’un journal intime photolittéraire et photocinématographique semble tout aussi fondamentale. N’y aurait-il en effet pas un but à cela ? Ce corpus de quatre œuvres, loin d’être exhaustif sur ces interrogations, peut néanmoins démontrer ce à quoi la collaboration amoureuse peut amener en termes de création littéraire et artistique.

              Tout d’abord, il s’agira de montrer que dans chacune des œuvres, le questionnement quant à un relatif renoncement à l’ego des créateurs se pose, puisque leur création est issue d’une collaboration plastique et/ou littéraire entre un homme et une femme en couple au moment de la création. La collaboration, expérience d’un échange, serait de ce fait une relation privilégiée entre l’écriture, la photographie et le cinéma, mais également entre un ego et son alter amoureux. De plus les diaristes, en raison de leurs histoires d’amour respectives, travaillent en collaboration amoureuse. Leurs récits seraient alors le reflet de leur liaison sentimentale, sorte de création artistique « en abyme » :  l’amour qu’ils éprouvent dans la réalité n’est d’autre que le sujet au cœur de leurs journaux intimes. Ceux-ci, grâce à l’alliance texte et photo, de la parole et du cinéma, renvoient à l’idée du sentiment amoureux. Cependant, ces quatre compositions en binôme ne sont pas toujours égalitaires, puisqu’elles sous-entendent, au niveau de l’implication créative et des rapports au sein du couple, une hiérarchisation. La collaboration amoureuse, qui pourrait s’apparenter à une synergie parfaite, laisserait ainsi voir, en raison de la hiérarchie entre chaque protagoniste, des tensions et des désaccords, ce qui expliquerait pourquoi la signature de chacune des œuvres se fait soit unique, soit double. Les quatre « histoires » d’amour seraient peut-être le récit de ce qui se passe dans leurs vies. Une possibilité qu’il conviendra cependant de nuancer. En effet, Notre antéfixe et Journal (1979-1983), qui ne font mention que d’un unique auteur, ne sont pas les journaux intimes qui laissent percevoir un jeu de force entre les membres des couples et sont au contraire les plus représentatifs du stéréotype de l’histoire d’amour romantique. À l’inverse, No sex last night et L’usage de la photo, œuvres pour lesquelles toutes les créatrices et tous les créateurs sont mentionnés, seraient les journaux intimes les plus empreints d’une critique des stéréotypes des rapports de domination entre homme et femme.

                    Dans un deuxième temps, il faudra penser les œuvres par le prisme de la « double autobiographie ». En effet, en raison de la présence de deux protagonistes, la narration se trouve redoublée. En raison de la coprésence des auteurs, photographes et plasticiens, le « je » est présent par deux fois, un « je » qui se veut également textuel et/ou visuel. Un double « je » qui est donc à définir dans des œuvres qui opèrent une transgression en ne correspondant pas à la forme traditionnelle du journal intime clos aux regards extérieurs puisqu’ils sont publiés. Il conviendra de ce fait de distinguer les « vrais » des « faux » journaux intimes. La promesse photobiographique des œuvres serait alors à nuancer. Si les huit protagonistes assurent l’authenticité de leurs récits respectifs, il y aurait tout de même un recours à la mise en scène de leurs histoires, puisqu’ils ne montrent que ce qu’ils veulent. De plus, les divers médiums utilisés seraient une façon de plus pour (re)construire leurs histoires, tout en étant de multiples miroir du « je » qui se veut de ce fait « je » écrit ou parlé, photographié ou cinématographié, vu par l’alter amoureux, dans l’espace et dans le temps. La mise « en abyme » des couples qui s’opèrent au sein des quatre journaux intimes photolittéraires et photocinématographique, semble tout d’abord préserver cette intimité du « nous » amoureux. Cependant, l’exclusivité du « nous » ne vaut alors plus puisqu’il s’opère, en raison de leur publication, une acceptation du regard du lecteur et spectateur. L’expression de l’intime ne se fait alors plus seulement de l’ordre de l’auto-destination, puisque dans un premier temps, la lecture est permise par l’alter ego amoureux, et dans un deuxième temps, par un public extérieur à la relation amoureuse. Livrer leur vie de couple placerait le lecteur/spectateur en position d’intrus voire de voyeur, puisqu’il a accès à ce qui, normalement, lui est interdit, à savoir l’intimité d’un couple.

                Enfin, il conviendra de démontrer que Sophie Calle et Greg Shephard, Annie Ernaux et Marc Marie, Denis et Françoise Roche ainsi que Jacques et Alix Cléo Roubaud créent leurs journaux intimes respectifs afin de répondre à une situation de crise. Leurs journaux intimes photobiographiques et photocinémagraphique leur permettraient, grâce à la mise en mots de leurs pensées et à la mise en images de leurs corps, de procéder à un diagnostic, qui du  physique s’étend au psychologique. Les récits de leurs histoires d’amour, sorte de voyage de rémission, les mèneraient sur le chemin de la guérison. Mais leurs œuvres seraient peut-être également un remède contre l’idée de mort. Une peur qui serait engendrée en raison de la maladie dont certains d’entre eux sont atteints, mais également en raison de la peur d’une séparation qu’elle soit causée par des désaccords amoureux ou par la fin inéluctable d’une mort « physique » de l’un des membres du couple. Le temps, entité dont la principale difficulté est de la définir, serait alors une donnée liée à l’amour et à réfléchir aussi bien sur le plan de la Photolittérature que de la philosophie. » ⌈1⌋

 

BIBLIOGRAPHIE

Corpus primaire

CALLE Sophie et SHEPHARD Greg, No sex last night, États-Unis : Bohen Production, Gémini Films and Paris Skyline, 1:13:16, 1996.

ERNAUX Annie et MARIE Marc, L’usage de la photo, Paris : Gallimard, Collection « Folio », 2005.

ROCHE Denis, Notre Antéfixe, Paris : Flammarion, Collection « Textes », 1978.

ROUBAUD Alix Cléo, Journal (1979-1983), Paris : Seuil, Collection « Fiction & Cie », 2009.

 

Corpus secondaire

ALQUIÉ Ferdinand, Le désir d’éternité, Paris : Puf, Collection « Quadrige », (n°50), 2014.

BADIOU Alain et TRUONG Nicolas, Éloge de l’amour, Paris : Flammarion, Collection « Champs essais », 2009.

JOPECK Sylvie, La photographie et l'(auto)biographie, Paris : Gallimard, Collection « La bibliothèque Gallimard », (n°132), 2004.

LAFON Michel et PEETERS Benoît, Nous est un autre : enquête sur les duos d’écrivains, Paris : Flammarion, 2006.

LEJEUNE Philippe, Le pacte autobiographique, Paris : Seuil, Collection « Points Essais », 1996.

SIMONET-TENANT Françoise, Le journal intime, genre littéraire et écriture ordinaire, Paris : Teraèdre, Collection « L’écriture de la vie », 2004.

 

⌈1⌋ Introduction extraite du Mémoire de recherche