Archives pour la catégorie Cours 2014-2015

[Cours 2014-15] Actualité de la recherche: Richard Hibbitt (Leeds)

HibbittRichard Hibbitt est l’invité du séminaire “Actualité de la recherche” du master Lettres.

3 séances en salle C 104:

 

mercredi 22 avril : 10h-13h
jeudi 23 : 14h-16h
vendredi 24: 10h-13h

 

 

 

Richard Hibbitt est maître de conférences en littérature française et comparée à l’Université de Leeds (Royaume-Uni), où il dirige le Centre for World Literatures. Il est également membre de l’équipe interdisciplinaire Writing 1900, du comité de la British Comparative Literature Association, et de l’équipe de rédaction de la revue Comparative Critical Studies.

Il travaille principalement sur l’échange culturel entre la littérature française, allemande et anglaise aux 19e et 20e siècles, et s’intéresse en particulier à la littérature fin-de-siècle et aux thèmes du cosmopolitisme et du dilettantisme.

Pour le détail de ses publications : http://www.leeds.ac.uk/arts/profile/40000/163/richard_hibbitt

Les huit heures de séminaire se divisent en trois parties :

I/ Représentations littéraires de Bruges : Rodenbach, Rilke et d’autres

Khnoppf
Fernand Khnoppf, Frontispice de la première édition de Bruges-la-morte (Flammarion, 1892). Source: http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Bruges-la-Morte#/media/File:Khnopff_-_Brugres-la-morte.jpeg

Le premier cours (3 heures) sera consacré à la représentation de la ville de Bruges dans la littérature des 19e et 20e siècles, et plus particulièrement au tournant du siècle. En premier lieu, nous considèrerons la représentation textuelle (c’est-à-dire linguistique et visuelle) du chronotope de Bruges dans le roman Bruges-la-morte (1892) de Georges Rodenbach, soi-disant ‘roman symboliste par excellence’. Ensuite, nous effectuerons une analyse comparative du poème ‘Quai du Rosaire: Brügge’ par Rainer Maria Rilke (dans Neue Gedichte, 1907-8). La séance se poursuivra avec les exposés individuels des membres du séminaire sur diverses représentations littéraires de Bruges ; disponibles en ligne :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

II/ Représentations littéraires des villes : Textes divers

Le deuxième cours (2 heures) s’intéressera d’abord aux représentations littéraires / visuelles des villes choisies par les membres du groupe (soit individuel, soit collectif). Les points de départ d’une réflexion sur la ville réaliste / naturaliste / symboliste / surréaliste / postmoderne / utopique / onirique / imaginaire seront d’une part les poèmes en prose ‘Villes (I)’ et ‘Villes (II)’ des Illuminations d’Arthur Rimbaud et, d’autre part, le roman Les Villes invisibles d’Italo Calvino, qui met en scène un dialogue imaginaire entre Marco Polo et l’empereur Kublai Khan.

III/ W. G. Sebald et la littérature française

Le troisième cours (3 heures) portera sur les différents liens existant entre les écrits de l’auteur allemand W. G. Sebald (1944-2001) et la littérature française. Cette intervention croise deux approches distinctes : elle analyse d’une part les influences intertextuelles spécifiquement françaises qui opèrent dans les textes de Sebald et, d’autre part, les affinités possibles de son œuvre avec certains mouvements littéraires ayant vu le jour en France, en particulier le nouveau roman et l’Oulipo. L’originalité de cette double approche réside dans le dessein de lire les œuvres de Sebald sous un jour à la fois chronologique et anachronique afin d’apporter une contribution inédite aux recherches existantes sur la lecture de certains auteurs français effectuée par Sebald. Le but est ici de proposer d’une part l’exploration d’autres sources et, d’autre part, d’analyser la présence d’éléments sebaldiens dans les écrits de certains auteurs (par exemple Michel Butor, Georges Perec et Nathalie Sarraute), ou encore dans les théories de la littérature qui étayent les deux mouvements envisagés. Dans ce sens, la volonté de Sebald d’éviter l’invention romanesque, et surtout la création de personnages ou d’une intrigue, pourrait être considérée comme un exemple du ‘roman à contraintes’ oulipien. La tension contradictoire entre narration et invention serait ainsi le labyrinthe que Sebald construirait lui-même et dont il se proposerait de sortir.

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

Séminaires I et II

Rodenbach, Georges, Bruges-la-morte (Paris: Garnier-Flammarion, 1998)

Rilke, Rainer Maria, ‘Quai du Rosaire: Brügge’, dans Neue Gedichte (1907) ; traduction française par Maurice Betz disponible ici :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

Divers auteurs : poèmes et extraits sur Bruges, disponibles ici :

http://www.ae-lib.org.ua/texts/rodenbach__villes_mortes_contextes_fr.htm

Images de Bruges (frontispice et photographies de la première édition de Bruges-la-morte)

http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Bruges-la-Morte

Rimbaud, Arthur, ‘Villes (I)’ et Villes (II)’, dans Les Illuminations (toutes éditions)

Calvino, Italo, Les Villes invisibles, trad. par Jean Thibaudeau (Paris: Folio, 2013)

Œuvres critiques

 

Berg, Christian, lecture, dans Rodenbach, Bruges-la-morte (Bruxelles : Labor, 1986), pp. 107-71. Disponible en ligne :

http://ae-lib.org.ua/texts/berg__rodenbach__fr.htm

Bertrand, Jean-Pierre and Grojnowski, Daniel, Introduction, dans Rodenbach, Bruges-la-morte (Paris, 1998: Garnier-Flammarion), pp. 7-44

Edwards, Paul, ‘The Photograph in Georges Rodenbach’s Bruges-la-morte

http://jes.sagepub.com/content/30/117/071.extract

Elkins, James, ‘Writing With Images: Rodenbach’s Bruges-la-morte

http://writingwithimages.com/?page_id=210

Hibbitt, Richard, ‘Inevitable Plots in the Symbolist Novel: Georges Rodenbach’s Bruges-la-morte’, in Finding the Plot: On the Importance of Storytelling in Popular Fictions, edited by Loïc Artiaga, Diana Holmes, Jacques Migozzi and David Platten (Newcastle-on-Tyne: Cambridge Scholars Press, 2013), pp. 218-33

Michelet Jacquod, Valérie, Le roman symboliste: un art de l’extrême conscience (Geneva: Droz, 2008)

 

Séminaire III

 

Perec, Georges, W ou le souvenir d’enfance (Paris: Gallimard, 1993)

Sebald, W. G., Austerlitz, trad. par Patrick Charbonneau (Arles: Actes Sud, 2002).

Œuvres critiques

 

Carré, Martine, W. G. Sebald. Le Retour de l’auteur (Lyon: Presses universitaires de Lyon, 2008)

Oehler, Dolf, ‘Hallucinations et Allégories: W. G. Sebald se souvient de W. Benjamin lecteur de Paris. A propos d’Austerlitz’, Le Texte étranger [en ligne], no. 8, décembre 2010 : http://www.univ-paris8.fr/dela/etranger/pages/8/oehler.html

Pic, Muriel, W. G. Sebald – L’Image papillon – suivi de W. G. Sebald: L’art de voler (Paris: Les Presses du Réel, 2009)

Ryan, Judith, ‘Sebald’s Encounters with French Narrative’, in From Kafka to Sebald: Modernism and Narrative Form, edited by Sabine Wilke (New York and London: Continuum, 2012), pp. 123-42

Vogel-Klein, Ruth, ‘Dans l’atelier de W. G. Sebald : Écriture oblique et chronotopes parisiens’, Europe, no. 1009 (mai 2013), dir. Lucie Campos et Raphaëlle Guidée, 147-56

 

 

[Cours 2014-15] Actualité de la recherche: Antoinette Gimaret (Limoges)

Antoinette Gimaret tiendra la prochaine séance du séminaire “Actualité de la recherche” du master Lettres, mercredi 18 mars 16h-18h.

« Entre science et fantasme, curiosité et vanité : l’ambivalence des représentations du corps ouvert dans les traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles »

Juan Valverde, Anatomia del corpo humano, Rome, 1560, planche I, livre II, p. 64. http://www.ibiblio.org/expo/vatican.exhibit/exhibit/f-medicine_bio/images/medbio12.jpg

Présentation de la séance

Il s’agira de proposer un parcours dans les illustrations gravées des traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles et de mettre au jour la spécificité et l’ambivalence de ces images, qui renvoient à une ambivalence plus profonde du rapport au corps.

La curiosité anatomique favorise, à la Renaissance, la mise au jour d’une nouvelle visibilité du corps par la représentation de son ouverture. L’anatomiste veut ouvrir le corps pour contempler le caché, la pratique de la dissection révélant un changement de stratégie intellectuelle en opérant le passage du texte galénique lu au corps ouvert contemplé, posture de curiosité qui garantit une dynamique de dévoilement scientifique et l’élaboration d’un discours de vérité sur le corps, comme le suggère par exemple le face à face du praticien au cadavre représenté dans les leçons d’anatomie.

Mais cette dynamique de curiosité scientifique ne parvient pas à neutraliser le pouvoir d’inquiétude de l’image du corps anatomisé, qui, en mettant en scène la dimension matérielle de l’enveloppe charnelle, la renvoie à son néant. D’où l’élaboration, à l’intérieur même des traités scientifiques, de représentations moralisées : allégories de la mort, accessoires symboliques, décors de ruines, renvoient explicitement au memento mori, faisant de la leçon d’anatomie un emblème de la vanité humaine. Par là, l’illustration anatomique semble renvoyer toute entreprise scientifique à sa vanité à l’intérieur même de sa représentation.

Plus largement, les gravures des traités anatomiques des XVIe et XVIIe siècles révèlent la difficulté de l’image anatomique à se banaliser, sa scientificité étant le plus souvent mise à mal au profit d’un effet de sidération, d’une fascination rendant vaine l’entreprise de vouloir faire de l’image du corps ouvert un outil épistémologique efficace. Par le biais d’une certaine dramaturgie, la part de transgression contenue dans le geste d’ouvrir le corps fait retour, lestant l’image d’une dimension pathétique ou fantasmatique. L’imagerie anatomique révèle de ce fait la difficulté des anatomistes de cette époque à aller au bout d’une logique mécaniste, dans un moment où le corps est regardé à la fois comme un objet de science et comme le lieu d’une individualité, ambivalence qui expliquerait « l’inquiétante étrangeté » de ces gravures.

Quelques repères bibliographiques

Traités anatomiques (ordre chronologique)

André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, Jean Oporinus, 1543.

Charles Estienne, De la dissection des parties du corps humain, Paris, Simon de Colines, 1546.

Juan Valverde, Anatomia del corpo humano, Rome, 1560.

Govaert Bidloo, Anatomia humani corporis, Amsterdam, H. et T. Boom, 1685.

Ouvrages critiques

Bodily Extremities, Preoccupations with the Human Body in Early Modern European Culture, ed. Florike Egmond and Robert Zwijnenberg, Aldershot, Ashgate, 2003.

Andrea Carlino, La Fabbrica del corpo, libri e dissezione nel Rinascimento, Turin, Einaudi, 1994.

Georges Didi-Huberman, Ouvrir Vénus. Nudité, rêve, cruauté, Paris, Gallimard, 1999.

Raphaël Mandressi, Le Regard de l’anatomiste. Dissections et inventions du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003.

Moe Harald, The Art of Anatomical Illustration in the Renaissance and Baroque Period, Danemark, Rhodos, 1995.

Premuda Loris, Storia dell’iconografia anatomica, Milan, Aldo Martello Editore, 1957.

Benjamin A. Rifkin et Michael J. Ackerman, L’Anatomie humaine, cinq siècles de sciences et d’art, Paris, La Martinière, 2006.

Antoinette Gimaret est maître de conférences en littérature française
du 17e siècle à l’Université de Limoges et membre de l’équipe de
recherches Espaces Humains et Interactions culturelles (EHIC, EA 1087)
de cette université. Elle travaille principalement sur les
représentations du corps (discours, iconographies, savoirs) aux 16e et
17e siècles. Elle s’intéresse par ailleurs aux liens entre littérature
et spiritualité, littérature et Histoire, littérature et discours
scientifiques (anatomie, mélancolie, science des passions),
littérature et image. Elle a travaillé également sur les discours de l’intime à partir de la notion de récit d’expérience. Sa thèse est parue en 2011 chez Champion sous le titre Extraordinaire et ordinaire des Croix. Les représentations du corps souffrant, 1580-1650. Elle
est actuellement engagée dans plusieurs projets collectifs : autour du
« baroque noir » (projet d’anthologie poétique européenne) ; autour de
la question des dissidences religieuses en Europe moderne (atelier
trilatéral France / Italie / Allemagne).

Pour le détail des publications: http://recherche.flsh.unilim.fr/ehic/antoinette-gimaret/

 

 

 

 

[Cours 2014-15] Actualité de la recherche: Sabrina Messing (Louvain)

MessingSabrina Messing est l’invitée du séminaire « Actualité de la recherche » du master Lettres.

3 séances en salle C 104: mardi 3 et mercredi 4 mars de 9h à 12h,  jeudi 5 mars de 10h à 12h.

Elle est doctorante en Lettres Modernes (Lille 3 et Université catholique de Louvain) – sujet de thèse : les enjeux de la représentation cartographique en littérature de jeunesse (fonds Jeanne Cappe et littérature de jeunesse contemporaine et ultra-contemporaine). Directrice de thèse : Mme Marie-Madeleine Castellani (Lille 3) ; promoteur de thèse : M. Jean-Louis Tilleuil (UCL).

Les huit heures de séminaire se proposent d’interroger, dans un corpus de littérature de jeunesse, l’analyse littéraire et le rapport texte-image autour du support particulier de la carte géographique.

I/ La carte et album : espace physique, mémoriel et intime

Orbae
PLACE François, Atlas des géographes d’Orbæ. Du Pays de Jade à l’Île Quinookta, tome 2, Tournai, Casterman/Gallimard, 1998.

Le premier cours (3 heures) sera consacré aux albums de Peter Sís, François Place et Florent Chavouet. Y seront abordées les interactions entre écriture et lecture, dessins et textes d’un point de vue matériel et sensoriel, soulignant ainsi que carte et livre sont d’abord des espaces physiques. L’importance du corps, notamment à travers la question de la littérature et de la carte comme espaces mémoriels et intimes, y sera particulièrement développée.

II/ Carte et roman : espace éducatif et culturel mais aussi démiurgique

Le deuxième cours (3 heures) s’intéressera au roman pour montrer comment carte et récit collaborent dans un souci d’éducation et d’appropriation du monde, manifestation d’un « état de la connaissance et de la pensée », pour reprendre les mots de Christian Jacob dans L’Empire des cartes. La notion d’intercartualité permettra de mettre en évidence le rôle de la carte dans la codification de certains genres littéraires. Enfin, les écrits de Robert Louis Stevenson dans Essais sur l’art de la fiction seront le point de départ d’une réflexion sur le rapport carte-texte dans le processus créatif et dans l’imaginaire de l’auteur et du lecteur. Les auteurs étudiés lors de cette deuxième séance seront Stevenson, Bruno, Verne, Tolkien et Larsen.

Carte des Terres Sauvages Tolkien
TOLKIEN J. R. R., Le Seigneur des Anneaux, tome 1 La Communauté de l’Anneau, Paris, Christian Bourgois, « Pocket » 2657, 1972.

 

III/ Questionnements sur les enjeux (formels et de contenu) de la présence cartographique en bande dessinée

Le troisième cours (2 heures) passera en revue un certain nombre de productions en bande dessinée dans lesquelles le dialogue carte-case-planche est particulièrement prégnant. L’attention se portera principalement sur les albums des Aventures d’Astérix du tandem Goscinny-Uderzo, notamment sur la page préliminaire ouvrant tous les albums. Ce cas d’étude permettra de faire la synthèse de tout ce qui aura été vu des interactions carte-texte dans le cadre d’une analyse littéraire à la fois textuelle et iconographique.

 

BIBLIOGRAPHIE

  • Monographies du corpus

BRUNO G., Le Tour de la France par deux enfants, Paris, Belin, 1977.

CHAVOUET Florent, Tokyo Sanpo, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2009.

, Manabé Shima, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2010.

, Petites coupures à Shioguni, Arles, Éditions Philippe Picquier, 2014.

FÉNELON, Les Aventures de Télémaque, Paris, Gallimard, « Folio classique » 2689, 1995.

FRED, Philémon l’intégrale, Paris, Dargaud, 2011.

GOSCINNY René et Albert UDERZO, Le tour de Gaule d’Astérix, Paris, Dargaud, 1983.

—,Astérix en Hispanie, Paris, Dargaud, 1983.

—, Astérix en Corse, Paris, Dargaud, 1983.

—, Le combat des chefs, Paris, Dargaud, 1987.

LARSEN Reif, L’Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet, Paris, NiL éditions, 2010.

PEYO, Les Schtroumpfs noirs, Bruxelles, Dupuis, 1963.

PLACE François, Atlas des géographes d’Orbæ Du Pays des Amazones aux îles Indigo, tome 1, Tournai, Casterman/Gallimard, 1996.

—, Atlas des géographes d’Orbæ. Du Pays de Jade à l’Île Quinookta, tome 2, Tournai, Casterman/Gallimard, 1998.

—, Atlas des géographes d’Orbæ De la rivière rouge au pays des Zizotls, tome 3, Tournai, Casterman/Gallimard, 2000.

—, Les Derniers Géants, Tournai, Casterman, 2008.

PRATT Hugo, La ballade de la mer salée, Tournai, Casterman, 2012.

SÍS Peter, Les trois clés d’or de Prague, Paris, Grasset Jeunesse, 2007.

STEVENSON Robert Louis, L’Île au trésor, Paris, Gallimard, « Folio classique » 3399, 2000.

TANIGUCHI Jirô, Furari, Tournai, Casterman, « écritures », 2011.

TASTU Amable, Voyage en France, Tours, Alfred Mame et fils, 1892.

TOLKIEN J. R. R., Le Seigneur des Anneaux, tome 1 La Communauté de l’Anneau, Paris, Christian Bourgois, « Pocket » 2657, 1972.

—, Le Seigneur des Anneaux, tome 2 Les Deux Tours, Paris, Christian Bourgois, « Pocket » 2658, 1972.

—, Le Seigneur des Anneaux, tome 3 Le Retour du Roi, Paris, Christian Bourgois, « Pocket » 2659, 1973.

VERNE Jules, Le Tour du monde en quatre-vingts jours, Paris, EDL pour le compte de ELCY Éditions, 2010.

—, Voyage au centre de la Terre, Paris, Hachette, « Bibliothèque verte », 1923.

—, L’Île mystérieuse, tomes 1 et 2, Paris, EDL pour le compte de ELCY Éditions, 2010.

  • Monographies des ouvrages critiques et articles

ALLÈGRE Dominique, Les astuces d’Astérix, Tome 1 – Volumes I à XII –, Agnières, Éditions             Archéos, 2011.

BÉZIAT Julien, « Cartes blanches et blanc des cartes », Cartes et plans : paysages à construire, espaces             à rêver, Arras, Cahiers Robinson 28, 2010.

CABANEL Patrick, Le Tour de la nation par des enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (XIXe XXe siècles), Paris, Belin, 2007.

DUBOIS-MARCOIN Danielle, « François Place et l’album Les Derniers Géants » in Annick Lorant-Jolly et Sophie Van der Linden (dir.), Images des livres pour la jeunesse (lire et analyser), Paris, Éditions Thierry Magnier – CRDP académie de Créteil, 2006

FERRÉ Vincent, Tolkien : sur les rivages de la Terre du Milieu, Paris, Christian Bourgois, 2011.

FRESNAULT-DERUELLE Pierre, La bande dessinée, Paris, Armand Colin, « Collection 128 », 2009.

GENETTE Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, « « Points Essais » 257, 1982.

JACOB Christian, L’Empire des cartes, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Albin Michel Histoire », 1992.

JOURDE Pierre, Géographies imaginaires de quelques inventeurs de mondes au XXe siècle (Gracq, Borges, Michaux, Tolkien), Paris, José Corti, 1991.

POMIER Frédéric, Comment lire la bande dessinée ?, Paris, Klincksieck, 2005.

ROUVIÈRE Nicolas, Astérix ou la parodie des identités, Paris, Champs-Flammarion, 2008.

STEVENSON Robert Louis, Essais sur l’art de la fiction, Paris, Éditions Payot, « Petite Bibliothèque Payot » 98, 2007.

 

 

[cours 2014-2015] M1 Langue française

langue franLangue française

Le cours de langue française permettra d’aborder, durant le 1er semestre, les trois domaines spécifiques que sont l’orthographe, la lexicologie et la morpho-syntaxe, aussi bien de manière théorique que pratique. Il s’agit là de trois composantes de l’épreuve du Capes de Lettres, c’est pourquoi ce cours s’adressera aussi aux étudiants du MEEF afin de les préparer au mieux au concours.

Lors de ce premier semestre nous nous appuierons sur les références suivantes:

  • Grammaire méthodique du français, Broché, 1 mars 2004 de Martin Riegel  Jean-Christophe Pellat et René Rioul.
  • Grammaire descriptive de la langue française, Broché, 1 novembre 2004 de Roland Eluerd.
  • La terminologie grammaticale officielle, version rééditée de 1998 par le CNDP, disponible en format pdf à: http://crdp.ac-bordeaux.fr/documentalistes/docadmin/grammaire.pdf
  • Grammaire du français,  Poche, 1 juin 1997 de Delphine Denis et Anne Sancier-Château.

MCC

L’évaluation pour les étudiants du Master Recherche prendra la forme d’une épreuve écrite d’une durée de deux heures qui viendra s’ajouter au contrôle continu.
Tandis que les étudiants du MEEF se verront proposer une épreuve écrite de 6h, telle que celle qu’ils auront au concours, avec une partie consacrée à l’étude synchronique d’un texte français. Elle sera également accompagnée au fil du semestre d’un contrôle continu.

[Séminaire 2014-15] M1 Littératures comparées

S’initier à la recherche, c’est aussi apprendre à travailler sur des
sujets nouveaux, nouveaux pas seulement pour soi mais pour la
recherche en général. C’est pourquoi nous travaillerons dans ce
séminaire sur les littératures tsiganes, encore très peu connues du
grand public et si peu étudiées par les chercheurs en littérature. Ce
corpus inédit permettra de poser plusieurs questions épistémologiques
cruciales, et notamment la question finalement la plus centrale de
notre discipline : qu’appelle-t-on « littérature »?

[cours 2014-15] M1 Le roman lyrique médiéval

51XECGPQSPL._SY300_Naissance d’un genre : 1. le roman lyrique médiéval en langue d’oïl (6 séances)

M1  LMMOC22E Littératures françaises: Milena Mikhailova  (cours partagé avec Christine de Buzon)

Corpus :

Le Lai de Narcisse : dans Pyrame et Thisbé, Narcisse. Philomena : trois contes du XIIe siècle français, présentés, éd. et trad. par Emmanuèle Baumgartner, Paris, Gallimard, 2000 (Folio classique)

Guillaume de Lorris, Jean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. Armand Strubel Paris, Le Livre de Poche, 1992 (Lettres Gothiques). (la partie de Jean de Meun et tout particulièrement v. 20787-fin).

Le Lai de l’Ombre dans Nouvelles courtoises occitanes et françaises, éd., trad. et présentées par Suzanne Méjean-Thiolier et Marie-Françoise Notz-Grob, Paris : Librairie générale française, 1997. (ouvrage épuisé, à lire en bibliothèque ; photocopies du texte peuvent être fournies à la rentrée).

Guillaume de Machaut, Le Voir dit. Le dit véridique ; éd. critique et trad. par Paul Imbs ; introd., coordination et révision, Jacqueline Cerquiglini-Toulet, Paris, Librairie Générale Française, 1999.

Jean Froissart, L’Espinette amoureuse, éd. Anthime Fourrier,  Paris : C. Klincksieck, 1963 (texte en ancien français ; un extrait sera étudié).

Lecture vivement conseillée : Wilhelm Jensen, Gradiva, fantaisie pompéienne.

[cours 2014-15] M2 Regards critiques croisés : Médée


Affiche pour MédéeRegards critiques croisés : Médée

Ce cours se propose d’étudier la figure de Médée à travers les époques et sous différents angles d’approche.

Comme il est difficile d’apprendre à cerner ce personnage sans partir des œuvres fondatrices, il importe d’étudier les deux pièces grecque et latine. Dans “Sénèque critique d’Euripide?”, la démarche est de partir de la structure spatio-temporelle de la Médée d’Euripide, et d’analyser quelle nouvelle structure lui est superposée dans celle de Sénèque, qui développe un tout autre sens du personnage et du mythe.

A partir de là, le cours s’articule autour de plusieurs lectures qui peuvent être faites du personnage :

– Une lecture psychanalytique pour présenter un autre aspect de la Médée d’Euripide.

– Une lecture classique qui analyse Médée au regard de la poétique tragique du 17e siècle : il s’agira de prolonger la réflexion autour de Médée de Sénèque en étudiant la reprise de cette figure sénéquienne par Corneille en 1635 dans sa Médée. L’angle critique sera celui de la poétique tragique et de ses contraintes (représentation des passions, bienséances).

– Une lecture contemporaine, où l’on verra comment la leçon antique s’est vue à nouveau rediscutée à travers la grille d’analyse des gender studies.

Bibliographie :

Euripide, Médée.

Sénèque, Médée.

Corneille, Médée, 1635.

Lectures conseillées :

Müller Heiner, Rivage à l’abandon, Matériau-Médée et Paysage avec Argonautes, in Germania Mort à Berlin et autres textes, trad. de l’allemand, Minuit, 1985.

Corneille, Trois discours sur la poésie dramatique, 1660, édition critique par M. Escola, Paris, Flammarion, 1999.

Delmas Christian, La Tragédie de l’Âge Classique, Seuil, 1994.

Lucie Desjardins, Le Corps parlant : savoir et représentation des passions au 17e siècle, Québec / Paris, Les Presses de l’Université de Laval / L’Harmattan, 2001.

Georges Forestier, Passions tragiques et règles classiques, PUF, 2003, réédition 2010

[cours 2014-15] Littératures françaises M2

Le roman épistolaire, naissance au XVIIIe s. et avatars contemporains (XXe, XXIe siècles)

101 - Femme ecrivantPetite bibliographie critique de départ:

CALAS Frédéric, Le Roman épistolaire, Paris, Nathan, série Nathan Université, coll. « 128 », 1996.

RICHARD-PAUCHET Odile, Des textes à l’œuvre, Français Seconde, (réforme 2000), Hachette Éducation (chapitre Le Roman, p. 114-131, et synthèse : le Roman et la Nouvelle, p. 479-480), Paris, Hachette, 2000.

ROUSSET Jean, « Une Forme littéraire : le Roman par lettres », NRF, mai-juin 1962, p.830-841 et 1010-1022 ; repris dans Forme et Signification : Essais sur les structures littéraires de Corneille à Claudel, Paris, José Corti, 1962, p.65-108.

ROUSSET Jean, Le lecteur intime – de Balzac au journal, Paris, José Corti, 1986 (Etude sur Les Liaisons Dangereuses : « Merteuil et Valmont, lecteurs indiscrets »).

VERSINI Laurent, Laclos et la tradition, Essai sur les sources et la technique des Liaisons Dangereuses, Paris, Klincksieck, 1968.

VERSINI Laurent, Le Roman épistolaire, Paris, PUF, 1979.

Corpus, bibliographie étendue, points de départ de réflexion… Télécharger le document de cours sur le roman épistolaire

[cours 2014-15] Actualité de la recherche

Ce cours se compose d’une série de conférences assurées par les spécialistes de l’université de Limoges et/ou leurs partenaires étrangers, sur leurs objets de recherche individuels ou collectifs.

Cette année 2014-15:

Conférence d’Antoinette Gimaret, sur « Le corps dans les vies de saints au 17e : preuve ou obstacle à la sainteté », ou « Réflexions autour de l’imaginaire anatomique (texte et image) aux 16e et 17e siècles ».

Conférences de Richard Hibbitt (Université de Leeds), sur les Décadents du XIXè siècle.
Conférences d’un invité du GRIT, université de Louvain-la-Neuve (Belgique).