Archives pour la catégorie News

Nina Bessaguet – Position de recherche

Actuellement étudiante en Master 2 Textes et Représentations du Monde à l’Université de Limoges, mon sujet de mémoire porte sur La collaboration amoureuse : force créatrice de journaux intimes « photobiographiques ». Affectionnant tout particulièrement le cinéma, mais également l’alliance du texte et de l’image, les thèmes du temps, de la mémoire, de la mort et ayant une appétence toute particulière pour une écriture que je définis comme étant de l’ordre de la « sensibilité » et des « sentiments », mon sujet de recherche s’est alors orienté vers ce que je nomme la « photolittérature amoureuse » – mon thème de prédilection – dont le support qu’est le journal intime semble être l’appui idéal à la préservation des sentiments d’hommes et de femmes en couple au moment de la création.

 

Ma démarche de recherche, si elle comprend un corpus mêlant de nombreux supports (livres, films, photographies, théories littéraires et philosophiques), s’appuie principalement sur les œuvres que sont Notre Antéfixe (1978) de Denis et Françoise Roche ; Journal (1979-1983) (1984 [2ͤ éd. 2009]) de Jacques et Alix Cléo Roubaud ; No sex last night (1996), film co-réalisé par Sophie Calle et Greg Shephard ; ainsi que L’usage de la photo (2005) d’Annie Ernaux et Marc Marie. Quelles soient cinématographiques ou littéraires, ces œuvres, malgré leurs divergences, ont pour point commun une créativité multiple. Cette multiplicité, si elle est notamment due aux divers médiums exploités que sont le journal intime, l’écriture, l’image cinématographique et/ou photographique, s’explique également par le recours choisit à l’expression de deux voix distinctes, celles des deux collaborateurs. Ces derniers, qui visent à une apparente homogénéisation matérielle et intellectuelle de leur production respective, n’en font cependant pas moins ressortir la pluralité de leurs expressions manuscrites, vocales et artistiques.

 

Si l’acte de création collaborative semble très intéressant, celui-ci a néanmoins trop souvent été banalisé et négligé au profit d’une marginalisation trahissant le mépris de sa réception critique quant à sa valeur intellectuelle. En effet, peu d’études de cas existent, comme si la pratique créative à quatre mains n’était pas digne d’intérêt scientifique. Écrire à quatre mains reviendrait alors à briser le mythe de l’ego, ici l’auteur en tant que sujet pensant exerçant une primauté intellectuelle et créative sur les œuvres qu’il produit. La collaboration amoureuse mettrait à mal cette valeur idéologique du génie unique qu’est l’ego pour au contraire mettre en avant un alter-ego, notion qui joue sur la conception d’une même identité. En effet, l’ego reconnait son alter – ici amoureux – dans la mesure qu’il témoigne de sa réalité de sujet pensant et qu’il apparaît comme un autre soi-même. La collaboration, expérience d’un échange entre soi et l’autre serait alors une relation privilégiée entre ces deux entités. En effet, le dialogue serait un lieu commun où deux pensées peuvent se rencontrer et se faire face, un milieu de discussions où elles se fécondent mutuellement.

 

La force créatrice des huit créateurs ne se limiterait ainsi peut-être plus seulement à une dimension artistique et intellectuelle, mais prendrait toute son ampleur grâce à l’entité abstraite mais néanmoins vécue qu’est l’amour. Mais ces collaborations affichées présentent cependant certaines limites. Tout d’abord, même si les quatre œuvres ont pour chacune d’elle deux protagonistes, le dialogue ne peut avoir lieu, du moins pas dans la forme que nous lui connaissons, à savoir une interaction directe et verbale où chacun aurait le droit à la parole pour acquiescer ou exprimer son désaccord face à son interlocuteur. Si le dialogue a pour fond commun le désir et le besoin ressenti de parler de la même chose, l’interactivité prendrait plutôt naissance grâce à un échange final indirect de pensées, matière nécessaire à la réalisation en binôme de leurs œuvres.

 

De plus, ces diverses écritures à quatre mains ne sont pas toujours égalitaires et présentent au contraire une hiérarchisation au sein même de chaque duo, que cela soit au niveau de l’implication créatrice qu’au niveau des rapports humains entre homme et femme. Comme dans toutes relations intersubjectives et interpersonnelles, les quatre œuvres éprouvent alors leurs limites et les tensions qui en découlent se ressentent sur la forme et sur le fond des œuvres. La forme, indissociable du fond, renverrait ainsi à une conception de l’amour : les duos se veulent mis sur un même pied d’égalité mais l’on décèle dans la dimension génétique de leurs œuvres une hiérarchie créative qui renvoie à l’idée que l’amour est fait de tensions. Les collaborations se font donc ici n’ont pas sur un principe d’égalité mais sur une hiérarchisation. Il résiderait alors un rapport de force reposant sur le prestige d’un créateur par rapport à son binôme, mais également par rapport à une « dissymétrie des apports ».

 

En se posant comme sujets de leur œuvre, les auteurs, narrateurs et personnages s’affirment et se racontent dans un récit qui se veut, à la lecture, rétrospectif. Ce désir de rester au plus près de la réalité n’est pas seulement dû à la seule présence d’une écriture qui se veut sincère et intime. En effet, d’autres éléments participent à cette volonté de véracité. Tout d’abord, l’écriture à quatre mains permet l’adhésion des lecteurs à ce qui est raconté, car la présence de deux témoignages, de deux points de vue en apparence différents est un gage de fiabilité. Ces « photobiographies » (Gilles Mora), contraction des mots « photographies », « biographies » voire « autobiographies » est donc le terme approprié pour indiquer le gage d’authenticité et les huit créateurs créent un pacte implicite avec les lecteurs, en leur promettant que tout ce qu’ils liront est véridique. Le journal intime semble être la forme la plus appropriée pour nos auteurs puisqu’il a pour but de consigner au jour le jour ses réflexions, ses émotions et ses expériences intimes. Cependant, le paradoxe réside dans le fait qu’ils soient deux pour un seul et même journal. L’intimité ne se limiterait alors pas à celle d’une seule personne mais s’étendrait à l’intimité d’un couple. En effet si, au départ, le journal intime est de l’ordre de l’auto-destination, le lecteur est ici autorisé à en prendre connaissance.

 

Par ailleurs, les auteurs choisissent de garder les éléments de leur existence qui correspondent à une situation de crise. Ainsi Annie Ernaux et Marc Marie prennent le parti d’écrire alors qu’elle vient d’apprendre être atteinte d’un cancer du sein, Sophie Calle et Greg Shephard se filment mutuellement lors de leur relation houleuse. Alix Cléo Roubaud se livre sur sa vie et son état de santé qui peu à peu se détériore, Denis se photographie lui et sa femme en train de vieillir. Leurs appareils photos et leurs caméras, véritables prolongements de leurs corps, leur permettent de se raccrocher à quelque chose alors que tout semble leur échapper. Fixer ainsi le vécu indiquerait une volonté d’« éterniser » les états d’âmes qu’ils ont eu à un moment donné de leur vie. Le journal intime serait donc la métaphore d’une lutte contre la mort, c’est-à-dire le combat contre la finitude de soi et d’un amour voué à disparaître. Le journal intime se fait ainsi véritable exutoire où l’épanchement des sentiments et des émotions face à la maladie, à la crise amoureuse, est permis. Sans pudeur, ni gêne, ils se confient à un destinataire dont le mutisme en fait le témoin secret idéal puisqu’il n’a pas droit de réponse.

 

La photographie se fait alors trace du photographe mais également trace de l’objet photographié. Elle serait, pour nos protagonistes, une interprétation personnelle de la réalité. Il n’y aurait alors pas de photographies objectives. Dans le cadre des œuvres littéraires, l’écriture, qui accompagne la photographie, est alors un supplément de réel à ce qui l’imite. L’écrit vient appuyer la véracité des images que le lecteur regarde. Les images ne sont alors pas une illustration du texte mais une histoire à part entière puisque c’est à partir d’elles que les textes se créent. Le texte entre alors en phase avec l’image afin d’activer un rapport entre un signifiant et un signifié. Les photographies sont ainsi prises en charge par un processus de communication puisque, associées à la légende, elles constituent un nouveau niveau de compréhension. Le texte de la légende va alors s’engager à faire passer des éléments d’informations de façon subjective ou objective. La légende va ainsi orienter le message de ce que l’image donne à voir. Le discours se dote ainsi d’un pouvoir de signification sur l’image.

 

Enfin, l’histoire, en tant que reconstruction du passé, a toujours entretenu un lien indissociable avec la notion de temps. Mais si les historiens ont toujours visé à rendre une explication objective de la réalité, les témoins et/ou acteurs d’un événement – à l’instar des auteurs étudiés – à cause de leur subjectivité, ne permettent pas de donner l’autorité nécessaire en vue de respecter la véracité des faits. En effet, ceux-ci ne voient qu’une vision partielle de ce qu’ils ont vécu, et c’est ici que réside la différence entre le professionnel et l’amateur, entre l’histoire collective et l’histoire personnelle, intime. Le récit contiendrait alors en sa propre définition une ambiguïté entre une objectivité souhaitée et une objectivité non respectée mais de manière involontaire. Cette dernière possibilité serait alors à rapprocher du récit amateur, qui, lui, narre d’une manière tout à fait subjective son propre vécu, sans se préoccuper d’atteindre une vérité universellement applicable tout en contribuant à faire du récit une interprétation personnelle bien plus qu’une analyse, qui serait ainsi à rapprocher du récit de soi et donc de l’autobiographie. En effet, si Annie Ernaux, Marc Marie, Sophie Calle, Greg Shephard, Denis et Françoise Roche ainsi qu’Alix Cléo et Jacques Roubaud ne sont pas des historiens à proprement parlé, ils décident, dans une optique d’ « éternisation » de leur existence commune, d’écrire et de photographier à la fois objectivement et subjectivement, en tant qu’acteurs et que témoins, leurs propres parcours psychologiques, émotionnels et amoureux afin de parvenir à l’ « éternisation » de l’être aimé, toujours grâce au support du journal intime « photolittéraire ».

 

 

Bibliographie indicative

ALQUIÉ Ferdinand, Le désir d’éternité, Paris : Puf, Collection « Quadrige », (n°50), 2014.

BADIOU Alain et TRUONG Nicolas, Éloge de l’amour, Paris : Flammarion, Collection « Champs essais », 2009.

JOPECK Sylvie, La photographie et l'(auto)biographie, Paris : Gallimard, Collection « La bibliothèque Gallimard », (n°132), 2004.

LAFON Michel et PEETERS Benoît, Nous est un autre : enquête sur les duos d’écrivains, Paris : Flammarion, 2006.

LEJEUNE Philippe, Le pacte autobiographique : Nouvelle édition augmentée, Paris : Seuil, Collection « Points Essais », 1996.

ROCHE Denis, La disparition des lucioles (réflexions sur l’acte photographique), Paris : Seuil, Collection « Fiction & Cie », 2016.

SIMONET-TENANT Françoise, Le journal intime, genre littéraire et écriture ordinaire, Paris : Teraèdre, Collection « L’écriture de la vie », 2004.

CFP – Vers un nouvel imaginaire du Grand Nord

Université de Limoges

FLSH

Master Lettres et Arts

Journée d’études organisée par les étudiants du master

Vers un nouvel imaginaire du Grand Nord

Mercredi 4 avril 2018

Cette journée d’étude, ouverte à l’interdisciplinarité, aura pour but de s’interroger à l’heure actuelle sur l’existence d’un imaginaire lié au Grand Nord qui prendrait en considération les réalités scientifiques, culturelles, humaines et écologiques de ce territoire. Elle mettra en perspective d’une part les enjeux actuels de cet espace et d’autre part les représentations fantasmées de l’occident pour ce lieu. Il s’agira aussi de comprendre comment coexistent et interagissent les productions sur le Grand Nord issues de l’extérieur avec celles provenant de l’intérieur, c’est à dire produites par les autochtones.

Argumentaire

Depuis plusieurs siècles, les voyages vers le Grand Nord sont construits par l’imaginaire. Toujours représentés par un point de vue extérieur et occidental, le Grand Nord et les stéréotypes qui lui sont associés tels que l’inaccessibilité, le froid, l’hostilité, la très faible densité humaine constituent un espace privilégié et fantasmé par les récits fictionnels et notamment par la littérature populaire qui contribue à diffuser largement l’imaginaire lié au Grand Nord. L’Appel de la forêt de Jack London est représentatif des récits de la ruée vers l’or dans le Grand Nord canadien et dévoile un lieu propice au déroulement de l’Aventure.

Le Grand Nord est une notion très peu définie aux contours géographiques flous dans l’imaginaire collectif. Le Nord évoque une notion géographique par opposition au Sud , le froid opposé à la chaleur. Cependant, l’aspect « froid », la neige et l’hiver dominent, puisqu’il est parfois question d’intégrer l’Antarctique au Grand Nord . Il apparaît que dès la dénomination, la notion est source d’imaginaire. Les populations locales sont bien souvent écartées de ce fantasme d’une nature sauvage et toute puissante. Les autochtones des différents territoires canadiens, états-uniens, groenlandais, fenno-scandiens, russes et japonais – qui sont caractérisés, d’après Louis-Edmond Hamelin, par la nordicité – sont vus comme des peuplades indifférenciées, à l’écart du monde et des enjeux de la mondialisation. Pourtant le contact entre ces populations et le reste du monde est établi depuis des siècles. Du XVIIe au XIXe siècle, l’évangélisation joue un rôle important dans les rapports entre Samis et scandinaves, et entre Inuit et Canadiens. Cependant, la majorité des occidentaux accède à la connaissance de ces territoires à la fin du XIXe siècle, par l’intermédiaire des découvertes scientifiques et des récits de voyage. Les explorateurs donnent à voir des représentations réelles mais partielles et subjectives du Grand Nord qui continuent de structurer l’imaginaire de cet espace géographique. Le Grand Nord est toujours vu et décrit par opposition à la réalité connue des européens. Par ailleurs, le développement d’un voyage intérieur est indissociable de la réalité matérielle du voyage. Dans des contrées immenses et inhabitées, l’expérience de la solitude rejoint une forme de spiritualité.

Pourtant, à l’aube du 21e siècle, l’inaccessibilité du Grand Nord s’affaiblit. Les progrès technologiques rapides et importants ont permis de développer une mobilité accrue vers le territoire nordique. Intégré à la mondialisation, le Grand Nord ne peut ignorer les flux migratoires et le développement du tourisme en son sein. Le territoire devient accessible pour des personnes extérieures en tant que terrain propice à l’inspiration artistique. C’est notamment le cas en musique avec les compositions Intuition, Vol. 1 de NSDOS ou bien 60°43’Nord de Molécule, dans lesquelles l’environnement devient l’objet d’une captation phonique. Cette plus grande accessibilité va de pair avec une connaissance plus approfondie du territoire que par le passé. La définition de ce qui est communément appelé « Le Grand Nord » tend aujourd’hui à différencier un ensemble de lieux et de peuples en interaction constante mais qui possèdent également une autonomie culturelle, politique, linguistique et géographique. Désormais, le Grand Nord n’est plus seulement représenté par un point de vue extérieur mais également par un point de vue intérieur comme en témoignent les films de fiction inuit du réalisateur Zacharias Kunuk Atanarjuat paru en 2001, Le journal de Knud Rasmussen ou Maliglutit récemment paru en 2016. Le premier roman inuit Sanaaq publié en 2002 et les romans de l’auteur Don Rearden Le présage du corbeau, Un dimanche soir en Alaska sont aussi révélateurs d’une parole inhérente au territoire. La sensibilisation croissante à la nécessité de conserver le patrimoine culturel des autochtones permet une redécouverte et une conservation de l’art local ancestral comme au Japon où sont exposées les gravures du sculpteur d’origine aïnou de Bikki. L’art autochtone et la visibilité qui lui est progressivement accordée sont peut-être un moyen de réflexion et de conservation des traditions, ainsi qu’ une ouverture sur la culture des différentes populations du Grand Nord. Enfin, le territoire nordique n’échappe pas au problème écologique de notre planète puisque son écosystème est progressivement menacé par le réchauffement climatique.

Pour ces différentes raisons, cette journée d’étude aura pour but de s’interroger à l’heure actuelle sur l’existence d’un imaginaire lié au Grand Nord qui prendrait en considération les réalités scientifiques, culturelles, humaines et écologiques de ce territoire. Elle mettra en perspective d’une part les enjeux actuels de cet espace et d’autre part les représentations fantasmées de l’occident pour ce lieu. Il s’agira aussi de comprendre comment coexistent et interagissent les productions sur le Grand Nord issues de l’extérieur avec celles produites par les autochtones.

Axes de recherche :

L’origine de l’imaginaire

Fiction du Grand-Nord

La littérature du Grand Nord autrefois écrite pour le public adulte s’adresse aujourd’hui également au public jeunesse. Liée à l’aventure, cette littérature semble être appropriée au développement cognitif de l’enfant — tant dans son exploration émotionnelle de l’Homme que dans sa compréhension du monde. Elle est l’objet d’un transmission affective et didactique. Les propositions pourront s’interroger sur le rôle et l’influence de l’imaginaire narratif lié au Grand Nord dans notre perception et nos représentations mentales de cet espace.

Les conséquences des perceptions de l’espace sur l’imaginaire artistique

Les représentations du Grand Nord

Les mythes et cosmogonies permettent aux sociétés de développer un propos sur l’environnement dans lequel elles évoluent. Ces éléments socialement structurants font lien avec les différentes représentations artistiques relatives au Grand Nord dans tous les domaines. Ils montrent un dépassement de la compréhension du monde pour tendre davantage vers son interprétation. On pourra se demander en quoi la religion permet le développement de formes artistiques et de cultures distinctes mais également comment la création, notamment contemporaine, peut naître de la confrontation entre imaginaire et réalité du Grand Nord.

Les réalités sociales, économiques et environnementales d’un territoire

Les réalités du Grand Nord

En tant que territoire identifié, le Grand Nord s’inscrit dans une dynamique mondiale : le tourisme, alternatif ou traditionnel, est vecteur de brassage social et culturel, mais aussi de déséquilibres écologiques d’importance dus aux flux et au développement des transports. De plus, l’adoption d’un modèle économique global et la préservation de modes économiques restreints sont également des enjeux du Grand Nord. Il sera possible de réfléchir aux conditions d’administration du développement durable dans les pays du Grand Nord.

Références

KUNUK, Zacharias. Atanarjuat (la légende de l’homme rapide) Long métrage canado-inuit : Igloolik Isuma Productions, Office national du film du Canada. 2001.

KUNUK, Zacharias, COHN, Norman. Le journal de Knud Rasmussen. Nunavut : Igloolik Isuma Productions. 2006.

KUNUK, Zacharias, UNGALAAQ, Natar. Maliglutit. Kinguliit Productions. 2016.

LONDON, Jack. The call of the wild (L’appel de la forêt). Etats-Unis : Editions Macmillan. 1903.

MOLECULE. Album 60°43’ Nord. Label Mille Feuilles. 2015.

NAPPAALUK, Mitiarjuk. Sanaaq. Région de Nunavik au Nord du Québec : Editions du Stanké. 2002.

NSDOS. Album Intuition Vol. 1. Labels : ClekClekBoom, Standalone Complex, Upton Park. 2017.

REARDEN, Don. Le présage du corbeau. France : Fleuve Editions. 2013.

REARDEN, Don. Un dimanche soir en Alaska. France : 12-21. 2015.

SUNAZAWA, Bikky. Listening to Wind [sculpture]. Sapporo Art Museum. 1986.

Orientations de lecture

BATTAIL, Jean-François. L’Appel du Grand Nord. Entre fascination exotique et curiosité scientifique. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 235 49. https://doi.org/10.3917/eger.282.0235.

BERTRAND, Gilles (dir.) « Voyages illustrés aux pays froids ». 14-17 juin 2017. Université de Lorraine : http://www.crilcq.org/actualites/item/colloque-voyages-illustres-aux-pays-froids-16e-19e-siecles-de-linvention-de-limprimerie-a-cel/

BRETON, Jean-Jacques. Le Grand Nord. Que sais-je ?, 5 juillet 2012. https://www.cairn.info/les-arts-premiers–9782130592525-p-41.htm.

VICTOR Paul-Emile, Apoutsiak le petit flocon de neige, Paris, Editions Flammarion, 1992.

BRIENS, Sylvain. Boréalisme. Le Nord comme espace discursif. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 179 88. https://doi.org/10.3917/eger.282.0179.

CHARTIER, Daniel. Qu’est-ce que l’imaginaire du Nord. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 189 200. https://doi.org/10.3917/eger.282.0189.

CLAINCHE, Mathilde Le, et PESME, Frédéric. Arctique : une traversée stratégique. Politique étrangère, Hiver, no 4 (14 janvier 2011): 857 70. https://doi.org/10.3917/pe.104.0857.

GACHET, Delphine (dir.) «  Voyages intérieurs et espaces clos ». 4-6 octobre 2017. Université Bordeaux Montaigne : http://clare.u-bordeaux3.fr/colloques-manifestations/manifestations-a-venir/650-voyages-interieurs-espaces-clos

GLØERSEN, Erik. Chapitre 14 – L’aménagement dans les espaces nordiques de faible densité. In : L’Europe – Aménager les territoires, 254 67. Armand Colin, 2016. https://www.cairn.info/l-europe-amenager-les-territoires–9782200244194-p-254.htm.

HAMELIN, Louis Edmond. Nordicité canadienne. Montréal : Hurtubise Hmh, 1980.

KYLHAMMAR, Martin. Le nouvel homme du Nord : amoureux de la nature, heureux de vivre et profondément démocrate. Analyse de l’image de la Suède dans les récits de voyages français 1945-1980. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 283 94. https://doi.org/10.3917/eger.282.0283.

LÉ. J. Canadian Population and Northern Colonization. La population canadienne et la colonisation du Grand Nord. In: Population, 19ᵉ année, n°4, 1964. p. 760; http://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1964_num_19_4_8469

LEGUY, Anne-Estelle. Les peintres nordiques et la « lumière du Nord » au tournant du XXe siècle. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 269 81. https://doi.org/10.3917/eger.282.0269.

RENETEAUD, Gaëlle. L’Islande et la France. Construction d’un espace rêvé et fantasmé du Grand Nord dans la littérature française au XIXe siècle. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 251 67. https://doi.org/10.3917/eger.282.0251.

SCHAEFER, Jean-Marie. Pourquoi la fiction ? ; Paris : Le Seuil. 1999.

SCHNAKENBOURG, Éric. L’île des confins : les représentations de l’Islande et des Islandais dans la France moderne (XVIIe-XVIIIe siècles). Histoire, économie & société 29e année, no 1 (31 mars 2010): 24 38. https://doi.org/10.3917/hes.101.0024.

Sitographie

GNAF (Great Northern Arts Festival) Festival des Arts du Grand Nord. Inuvik, Canada. 2017. https://www.gnaf.org/

UCA, Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages. Université Clermont Auvergne : http://crlv.org/

UQAM, Laboratoire international d’étude multidisciplinaire comparée des représentations du Nord (1969). http://www.imaginairedunord.uqam.ca/

Comité scientifique

Loïc Artiaga, professeur et maître de conférence à l’Université de Limoges et responsable du Master Création Contemporaine et Industries Culturelles.

http://www.unilim.fr/ehic/wp-content/uploads/sites/24/2016/09/CV-EHIC-ARTIAGA.pdf

Irène L anglet, professeure et maître de conférence à l’Université de Limoges et responsable du Master Textes et Représentations du Monde.

http://www.unilim.fr/ehic/wp-content/uploads/sites/24/2016/09/EHIC-CV-LANGLET.pdf

Bertrand Westphal, directeur de l’EHIC, professeur à l’Université de Limoges et spécialiste de la géocritique.

http://www.unilim.fr/ehic/wp-content/uploads/sites/24/2016/09/CV-Bertrand-Westphal.pdf

Jamie Linton, responsable de la chaire d’excellence «  Capital Environnemental et Gestion Durable des Cours d’Eau , spécialiste de l’histoire, de la gestion de l’eau et de l’hydrologie en France et au Canada.

http://www.unilim.fr/geolab/wp-content/uploads/sites/18/2015/04/CV_James_Linton.pdf

Simon Maraud, doctorant et chargé de cours à l’Université de Limoges, sa thèse porte sur les mobilisations de la Nature en Territoires autochtones en comparant le Sápmi (Suède) et Eeyou Istchee (Québec, Canada).

http://www.unilim.fr/geolab/wp-content/uploads/sites/18/2015/04/CV-_Simon_Maraud.pdf

Guy Bordin, docteur en océanographie à l’Université de Bretagne occidentale et en ethnologie à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, chargé de cours à l’Inalco en ethnologie inuit.

http://www.mae.u-paris10.fr/lesc/IMG/pdf/CV_Bordin_web.pdf

Maria Walecka-Garbalinska, professeure à l’Université de Stockholm et spécialiste du voyage et de l’imaginaire nordique  en littérature.

http://www.imaginairedunord.uqam.ca/index.php?section=cherch_walecka

Per Pippin Aspaas, docteur en histoire et bibliothécaire scientifique à l’Université de Tromsø, l’Université arctique de la Norvège, spécialiste du voyage d’exploration scientifique en Europe, Scandinavie et Laponie.

https://uit.no/om/enhet/ansatte/person?p_document_id=44289&p_dimension_id=88185

Véronique Antomarchi, enseignante à l’IUT Paris Descartes, membre du laboratoire CERLOM (INALCO) et chercheuse associée au CANTHEL ( Paris 5)

http://canthel.shs.parisdescartes.fr/mad-copy/

Comité de sélection

Anaïs Pascal, étudiante Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Yvan Chasson, étudiant Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Sabine Gadrat, étudiante Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Paul Theil, étudiant Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Marika Chauvet, étudiante Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Nour Slimani, étudiante Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Thomas Molizon, étudiant Master 1 TRM, Faculté des Lettres et des sciences humaines, Limoges.

Ambre Calafuri, étudiante Master 1 TRM, Faculté des Lettres et des sciences humaines, Limoges.

Modalités de soumission

Les propositions (autour de 400 mots) accompagnées d’une courte biographie seront à envoyer avant le 19 janvier 2018 à anais.pascal@etu.unilim.fr en français.

Lieu

Université de Limoges

39E rue Camille-Guérin 87036 LIMOGES Cedex

Date

Mercredi 4 avril 2018

Contact

anais.pascal@etu.unilim.fr

Journée d’étude: conduite de projet

Le master Lettres et Arts invite ses étudiants de première année à organiser une journée d’études sur un thème de leur choix. Ils sont guidés dans la conception et la réalisation du projet par des enseignants-tuteurs.

Choix du thème, invitation de conférenciers, élaboration du programme et du budget, organigramme et communication, animation des conférences: tout se fait en équipe.

La JE 2016 sur le thème de l’illusion: https://ccic.hypotheses.org/866

La JE 2013 sur le thèmede l’innovation: https://ccic.hypotheses.org/584

Rentrée 2017 – les cours et les syllabus

Cliquez pour lire les sujets et bibliographies. On vous accueille le 19 septembre à 10h30 à la FLSH. Bonnes lectures!

Au semestre 1

U.E. 1 Spé. Lettres Littérature et idées: Le récit à la première personne 24
Cultures médiatiques: L’Antiquité dans la publicité 24
Codes et langages:Les arts poétiques d’Aristote au creative writing 24
U.E. 2 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique: Sémiotique et sciences humaines 24 x2
 Options (liste à choix)  24×2
U.E. 3 Projet tutoré Journée d’études
(conduite du projet: conception)
18
U.E. 4 Outils Méthodes 20
Recherche documentaire (SCD) 4
Langue vivante  18

Au semestre 2

U.E. 6 Spé. Lettres Littérature et idées: Littérature et dissidences 24
Cultures médiatiques: La sérialité 24
Codes et langages: Le rapport au pouvoir et à la Francophonie des écrivains africains 24
U.E. 7 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique: Sémiologie des médias 24 x2
 Options (liste à choix)  24×2
U.E. 8 Projet tutoré Journée d’études
(conduite du projet: réalisation, valorisation)
18
U.E. 9 Outils Atelier de recherche
Langue vivante  12

Au semestre 3

U.E. 1 Spé. Lettres Littérature et idées: Représentation des espaces humains 24
Cultures médiatiques: Enquête sur Fred Vargas 24
Codes et langages: L’éloquence, théorie et pratique 24
U.E. 2 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique 24 x2
 Options (liste à choix)  24×2
U.E. 3 Outils Rédaction, édition, valorisation de la recherche 12
Langue vivante  18

Au semestre 4

U.E. 4 Spécialité Actualité de la recherche 18
U.E. 5 Recherche tutorée Mémoire et soutenance 12
Stage tutoré 18
U.E. 6 LV Langue vivante

 

Bibliothèque de Recherche – Horaires

HORAIRES – DU 22 AU 26/01

Bibliothèque de Recherche Lettres Modernes C109

 

Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

9h-10h

10h-11h

Fiona

11h-12h

Fiona

12h-13h

13h-14h

14h-15h

Fiona Fiona

15h-16h

 Fiona Fiona

16h-17h

17h-18h

Coordonnées de Madame Pauchet, à contacter si besoin:

  • odile.pauchet@unilim.fr

  • Bureau B102

Journée d’études, «L’illusion entre formes et effets».

Photo journée d'étude

Au lendemain de la journée d’étude, l’ensemble du master lettre et CCIC vous remercie de votre présence et de vos interventions. Nous remercions aussi l’ensemble des intervenants, qui nous ont fait part de leurs savoirs, sur la thématique de « l’illusion, entre formes et effets. »

M. Andrew Stafford. <<Barthes, mythologies et l’idéologie allemande>>.

Mme Antoinette Gimaret. <<La possession diabolique au XVIIème siècle: expérience surnaturelle véritable ou théâtre d’illusion?>>

Mme Chantal Wood. <<Hypnose: Bluff ou véritable outil thérapèutique?>>.

M. Paul Golub. <<L’illusion et le théâtre>>

Pour plus d’information, visiter les pages Facebook et Twitter

 

Le programme et l’affiche de la journée d’étude sont téléchargeables ici, vous pouvez visionner toute l’actualité de la journée d’étude sur la page Facebook et le compte Twitter. 

Affiche_web-01

Programme-page-001

 

 

MarqueIllusion-06

Les étudiants du Master Lettres et Art de Limoges, parcours «Création contemporaine et industries culturelles» et parcours «Lettres» organisent une journée d’études portant sur le thème de l’illusion entre formes et effets, le 27 avril 2016.

L’appel à communication est téléchargeable ici  : Appel à communications pour la Journée d’études L’illusion entre formes et effets.

A l’occasion de cette journée d’étude, une projection d’œuvres vidéo en partenariat avec le FRAC Limoges est proposée dans le hall de la FLSH. Elle est accessible du 29 mars au 9 avril, et du 25 au 27 avril.

Localisation : 39E, rue Camille-Guérin, 87036 Limoges, FLSH Limoges, Amphi 4

Accueil à partir de 13h45.

Contact : illusion.flsh.limoges@gmail.com

Participer à l’événement sur la page Facebook.

Rentrée 2015 – Biblios et syllabus en ligne

Capture d’écran 2015-06-25 à 16.02.41

Fraîchement postés: les syllabus des prochains cours. Cliquez pour lire les sujets et bibliographies. Bonnes lectures d’été!

 

Au semestre 1

U.E. 1 Spé. Lettres Littérature et idées: Le roman à la première personne 24
Cultures médiatiques: L’Antiquité dans la publicité 24
Codes et langages: Littérature, théorie et critique 24
U.E. 2 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique: Sémiotique et sciences humaines 24 x2
U.E. 3 Projet tutoré Journée d’études
(conduite du projet: conception)
18
U.E. 4 Outils Méthodes 20
Recherche documentaire (SCD) 4
Langue vivante  18

Au semestre 2

U.E. 6 Spé. Lettres Littérature et idées: Littérature et dissidences 24
Cultures médiatiques: La sérialité 24
Codes et langages: Rythmes jazzés de la Négritude 24
U.E. 7 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique: Sémiologie des médias 24 x2
U.E. 8 Projet tutoré Journée d’études
(conduite du projet: réalisation, valorisation)
18
U.E. 9 Outils Atelier de recherche
Langue vivante  12

Au semestre 3

U.E. 1 Spé. Lettres Littérature et idées: Représentation des espaces humains 24
Cultures médiatiques: Enquête sur Fred Vargas 24
Codes et langages: L’éloquence, théorie et pratique 24
U.E. 2 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique 24 x2
U.E. 3 Outils Rédaction, édition, valorisation de la recherche 12
Langue vivante  18

Au semestre 4

U.E. 4 Spécialité Actualité de la recherche 18
U.E. 5 Recherche tutorée Mémoire et soutenance 12
Stage tutoré 18
U.E. 6 LV Langue vivante

 

Rentrée 2014 – dates et réunions

detail cal

Les inscriptions sont ouvertes depuis le 8 juillet: toutes les infos sur la page:
http://lettunilim.hypotheses.org/sinscrire

La réunion de rentrée aura lieu le vendredi 5 septembre, à 9h, salle C 104. Pour consulter tout le calendrier des réunions de rentrée:
http://www.flsh.unilim.fr/2014/07/reunions-rentree-universitaire-2014-2015/

Le carnet du master vous indique déjà quelques programmes de cours et lectures d’été. Bonnes vacances!

 

 

Année 2014-2015: rénovation du master

Capture d’écran 2014-06-15 à 23.53.28Le master Textes et Représentations rénove progressivement sa maquette de formation. Le projet a été acté par le conseil d’UFR du 12 juin 2014.

Un fort accent sera porté sur les compétences, en particulier numériques, dès l’année 1.
Les parcours « Lettres Classiques » et « Lettres Modernes » sont fusionnés.
Le mémoire de recherches est désormais unique et soutenu en année 2; le projet de recherches est dirigé par un directeur dès le premier semestre de l’année 1. Il donne lieu, à la fin de l’année 1, à un dossier de bilan complet avec programmation de l’année 2.
Le stage long (3 à 6 mois) est encouragé dès cette rentrée 2014: programmez-le pour le semestre 4 (deuxième semestre de l’année 2), le plus proche possible de votre sujet de recherche. On prévoit de le rendre obligatoire à la rentrée 2015.

Les démarches et calendriers seront connus début juillet. Restez connectés!

Pour toute question: irene.langlet@unilim.fr