Tous les articles par resf

CFP – Vers un nouvel imaginaire du Grand Nord

Université de Limoges

FLSH

Master Lettres et Arts

Journée d’études organisée par les étudiants du master

Vers un nouvel imaginaire du Grand Nord

Mercredi 4 avril 2018

Cette journée d’étude, ouverte à l’interdisciplinarité, aura pour but de s’interroger à l’heure actuelle sur l’existence d’un imaginaire lié au Grand Nord qui prendrait en considération les réalités scientifiques, culturelles, humaines et écologiques de ce territoire. Elle mettra en perspective d’une part les enjeux actuels de cet espace et d’autre part les représentations fantasmées de l’occident pour ce lieu. Il s’agira aussi de comprendre comment coexistent et interagissent les productions sur le Grand Nord issues de l’extérieur avec celles provenant de l’intérieur, c’est à dire produites par les autochtones.

Argumentaire

Depuis plusieurs siècles, les voyages vers le Grand Nord sont construits par l’imaginaire. Toujours représentés par un point de vue extérieur et occidental, le Grand Nord et les stéréotypes qui lui sont associés tels que l’inaccessibilité, le froid, l’hostilité, la très faible densité humaine constituent un espace privilégié et fantasmé par les récits fictionnels et notamment par la littérature populaire qui contribue à diffuser largement l’imaginaire lié au Grand Nord. L’Appel de la forêt de Jack London est représentatif des récits de la ruée vers l’or dans le Grand Nord canadien et dévoile un lieu propice au déroulement de l’Aventure.

Le Grand Nord est une notion très peu définie aux contours géographiques flous dans l’imaginaire collectif. Le Nord évoque une notion géographique par opposition au Sud , le froid opposé à la chaleur. Cependant, l’aspect « froid », la neige et l’hiver dominent, puisqu’il est parfois question d’intégrer l’Antarctique au Grand Nord . Il apparaît que dès la dénomination, la notion est source d’imaginaire. Les populations locales sont bien souvent écartées de ce fantasme d’une nature sauvage et toute puissante. Les autochtones des différents territoires canadiens, états-uniens, groenlandais, fenno-scandiens, russes et japonais – qui sont caractérisés, d’après Louis-Edmond Hamelin, par la nordicité – sont vus comme des peuplades indifférenciées, à l’écart du monde et des enjeux de la mondialisation. Pourtant le contact entre ces populations et le reste du monde est établi depuis des siècles. Du XVIIe au XIXe siècle, l’évangélisation joue un rôle important dans les rapports entre Samis et scandinaves, et entre Inuit et Canadiens. Cependant, la majorité des occidentaux accède à la connaissance de ces territoires à la fin du XIXe siècle, par l’intermédiaire des découvertes scientifiques et des récits de voyage. Les explorateurs donnent à voir des représentations réelles mais partielles et subjectives du Grand Nord qui continuent de structurer l’imaginaire de cet espace géographique. Le Grand Nord est toujours vu et décrit par opposition à la réalité connue des européens. Par ailleurs, le développement d’un voyage intérieur est indissociable de la réalité matérielle du voyage. Dans des contrées immenses et inhabitées, l’expérience de la solitude rejoint une forme de spiritualité.

Pourtant, à l’aube du 21e siècle, l’inaccessibilité du Grand Nord s’affaiblit. Les progrès technologiques rapides et importants ont permis de développer une mobilité accrue vers le territoire nordique. Intégré à la mondialisation, le Grand Nord ne peut ignorer les flux migratoires et le développement du tourisme en son sein. Le territoire devient accessible pour des personnes extérieures en tant que terrain propice à l’inspiration artistique. C’est notamment le cas en musique avec les compositions Intuition, Vol. 1 de NSDOS ou bien 60°43’Nord de Molécule, dans lesquelles l’environnement devient l’objet d’une captation phonique. Cette plus grande accessibilité va de pair avec une connaissance plus approfondie du territoire que par le passé. La définition de ce qui est communément appelé « Le Grand Nord » tend aujourd’hui à différencier un ensemble de lieux et de peuples en interaction constante mais qui possèdent également une autonomie culturelle, politique, linguistique et géographique. Désormais, le Grand Nord n’est plus seulement représenté par un point de vue extérieur mais également par un point de vue intérieur comme en témoignent les films de fiction inuit du réalisateur Zacharias Kunuk Atanarjuat paru en 2001, Le journal de Knud Rasmussen ou Maliglutit récemment paru en 2016. Le premier roman inuit Sanaaq publié en 2002 et les romans de l’auteur Don Rearden Le présage du corbeau, Un dimanche soir en Alaska sont aussi révélateurs d’une parole inhérente au territoire. La sensibilisation croissante à la nécessité de conserver le patrimoine culturel des autochtones permet une redécouverte et une conservation de l’art local ancestral comme au Japon où sont exposées les gravures du sculpteur d’origine aïnou de Bikki. L’art autochtone et la visibilité qui lui est progressivement accordée sont peut-être un moyen de réflexion et de conservation des traditions, ainsi qu’ une ouverture sur la culture des différentes populations du Grand Nord. Enfin, le territoire nordique n’échappe pas au problème écologique de notre planète puisque son écosystème est progressivement menacé par le réchauffement climatique.

Pour ces différentes raisons, cette journée d’étude aura pour but de s’interroger à l’heure actuelle sur l’existence d’un imaginaire lié au Grand Nord qui prendrait en considération les réalités scientifiques, culturelles, humaines et écologiques de ce territoire. Elle mettra en perspective d’une part les enjeux actuels de cet espace et d’autre part les représentations fantasmées de l’occident pour ce lieu. Il s’agira aussi de comprendre comment coexistent et interagissent les productions sur le Grand Nord issues de l’extérieur avec celles produites par les autochtones.

Axes de recherche :

L’origine de l’imaginaire

Fiction du Grand-Nord

La littérature du Grand Nord autrefois écrite pour le public adulte s’adresse aujourd’hui également au public jeunesse. Liée à l’aventure, cette littérature semble être appropriée au développement cognitif de l’enfant — tant dans son exploration émotionnelle de l’Homme que dans sa compréhension du monde. Elle est l’objet d’un transmission affective et didactique. Les propositions pourront s’interroger sur le rôle et l’influence de l’imaginaire narratif lié au Grand Nord dans notre perception et nos représentations mentales de cet espace.

Les conséquences des perceptions de l’espace sur l’imaginaire artistique

Les représentations du Grand Nord

Les mythes et cosmogonies permettent aux sociétés de développer un propos sur l’environnement dans lequel elles évoluent. Ces éléments socialement structurants font lien avec les différentes représentations artistiques relatives au Grand Nord dans tous les domaines. Ils montrent un dépassement de la compréhension du monde pour tendre davantage vers son interprétation. On pourra se demander en quoi la religion permet le développement de formes artistiques et de cultures distinctes mais également comment la création, notamment contemporaine, peut naître de la confrontation entre imaginaire et réalité du Grand Nord.

Les réalités sociales, économiques et environnementales d’un territoire

Les réalités du Grand Nord

En tant que territoire identifié, le Grand Nord s’inscrit dans une dynamique mondiale : le tourisme, alternatif ou traditionnel, est vecteur de brassage social et culturel, mais aussi de déséquilibres écologiques d’importance dus aux flux et au développement des transports. De plus, l’adoption d’un modèle économique global et la préservation de modes économiques restreints sont également des enjeux du Grand Nord. Il sera possible de réfléchir aux conditions d’administration du développement durable dans les pays du Grand Nord.

Références

KUNUK, Zacharias. Atanarjuat (la légende de l’homme rapide) Long métrage canado-inuit : Igloolik Isuma Productions, Office national du film du Canada. 2001.

KUNUK, Zacharias, COHN, Norman. Le journal de Knud Rasmussen. Nunavut : Igloolik Isuma Productions. 2006.

KUNUK, Zacharias, UNGALAAQ, Natar. Maliglutit. Kinguliit Productions. 2016.

LONDON, Jack. The call of the wild (L’appel de la forêt). Etats-Unis : Editions Macmillan. 1903.

MOLECULE. Album 60°43’ Nord. Label Mille Feuilles. 2015.

NAPPAALUK, Mitiarjuk. Sanaaq. Région de Nunavik au Nord du Québec : Editions du Stanké. 2002.

NSDOS. Album Intuition Vol. 1. Labels : ClekClekBoom, Standalone Complex, Upton Park. 2017.

REARDEN, Don. Le présage du corbeau. France : Fleuve Editions. 2013.

REARDEN, Don. Un dimanche soir en Alaska. France : 12-21. 2015.

SUNAZAWA, Bikky. Listening to Wind [sculpture]. Sapporo Art Museum. 1986.

Orientations de lecture

BATTAIL, Jean-François. L’Appel du Grand Nord. Entre fascination exotique et curiosité scientifique. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 235 49. https://doi.org/10.3917/eger.282.0235.

BERTRAND, Gilles (dir.) « Voyages illustrés aux pays froids ». 14-17 juin 2017. Université de Lorraine : http://www.crilcq.org/actualites/item/colloque-voyages-illustres-aux-pays-froids-16e-19e-siecles-de-linvention-de-limprimerie-a-cel/

BRETON, Jean-Jacques. Le Grand Nord. Que sais-je ?, 5 juillet 2012. https://www.cairn.info/les-arts-premiers–9782130592525-p-41.htm.

VICTOR Paul-Emile, Apoutsiak le petit flocon de neige, Paris, Editions Flammarion, 1992.

BRIENS, Sylvain. Boréalisme. Le Nord comme espace discursif. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 179 88. https://doi.org/10.3917/eger.282.0179.

CHARTIER, Daniel. Qu’est-ce que l’imaginaire du Nord. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 189 200. https://doi.org/10.3917/eger.282.0189.

CLAINCHE, Mathilde Le, et PESME, Frédéric. Arctique : une traversée stratégique. Politique étrangère, Hiver, no 4 (14 janvier 2011): 857 70. https://doi.org/10.3917/pe.104.0857.

GACHET, Delphine (dir.) «  Voyages intérieurs et espaces clos ». 4-6 octobre 2017. Université Bordeaux Montaigne : http://clare.u-bordeaux3.fr/colloques-manifestations/manifestations-a-venir/650-voyages-interieurs-espaces-clos

GLØERSEN, Erik. Chapitre 14 – L’aménagement dans les espaces nordiques de faible densité. In : L’Europe – Aménager les territoires, 254 67. Armand Colin, 2016. https://www.cairn.info/l-europe-amenager-les-territoires–9782200244194-p-254.htm.

HAMELIN, Louis Edmond. Nordicité canadienne. Montréal : Hurtubise Hmh, 1980.

KYLHAMMAR, Martin. Le nouvel homme du Nord : amoureux de la nature, heureux de vivre et profondément démocrate. Analyse de l’image de la Suède dans les récits de voyages français 1945-1980. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 283 94. https://doi.org/10.3917/eger.282.0283.

LÉ. J. Canadian Population and Northern Colonization. La population canadienne et la colonisation du Grand Nord. In: Population, 19ᵉ année, n°4, 1964. p. 760; http://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1964_num_19_4_8469

LEGUY, Anne-Estelle. Les peintres nordiques et la « lumière du Nord » au tournant du XXe siècle. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 269 81. https://doi.org/10.3917/eger.282.0269.

RENETEAUD, Gaëlle. L’Islande et la France. Construction d’un espace rêvé et fantasmé du Grand Nord dans la littérature française au XIXe siècle. Études Germaniques, no 282 (1 avril 2016): 251 67. https://doi.org/10.3917/eger.282.0251.

SCHAEFER, Jean-Marie. Pourquoi la fiction ? ; Paris : Le Seuil. 1999.

SCHNAKENBOURG, Éric. L’île des confins : les représentations de l’Islande et des Islandais dans la France moderne (XVIIe-XVIIIe siècles). Histoire, économie & société 29e année, no 1 (31 mars 2010): 24 38. https://doi.org/10.3917/hes.101.0024.

Sitographie

GNAF (Great Northern Arts Festival) Festival des Arts du Grand Nord. Inuvik, Canada. 2017. https://www.gnaf.org/

UCA, Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages. Université Clermont Auvergne : http://crlv.org/

UQAM, Laboratoire international d’étude multidisciplinaire comparée des représentations du Nord (1969). http://www.imaginairedunord.uqam.ca/

Comité scientifique

Loïc Artiaga, professeur et maître de conférence à l’Université de Limoges et responsable du Master Création Contemporaine et Industries Culturelles.

http://www.unilim.fr/ehic/wp-content/uploads/sites/24/2016/09/CV-EHIC-ARTIAGA.pdf

Irène L anglet, professeure et maître de conférence à l’Université de Limoges et responsable du Master Textes et Représentations du Monde.

http://www.unilim.fr/ehic/wp-content/uploads/sites/24/2016/09/EHIC-CV-LANGLET.pdf

Bertrand Westphal, directeur de l’EHIC, professeur à l’Université de Limoges et spécialiste de la géocritique.

http://www.unilim.fr/ehic/wp-content/uploads/sites/24/2016/09/CV-Bertrand-Westphal.pdf

Jamie Linton, responsable de la chaire d’excellence «  Capital Environnemental et Gestion Durable des Cours d’Eau , spécialiste de l’histoire, de la gestion de l’eau et de l’hydrologie en France et au Canada.

http://www.unilim.fr/geolab/wp-content/uploads/sites/18/2015/04/CV_James_Linton.pdf

Simon Maraud, doctorant et chargé de cours à l’Université de Limoges, sa thèse porte sur les mobilisations de la Nature en Territoires autochtones en comparant le Sápmi (Suède) et Eeyou Istchee (Québec, Canada).

http://www.unilim.fr/geolab/wp-content/uploads/sites/18/2015/04/CV-_Simon_Maraud.pdf

Guy Bordin, docteur en océanographie à l’Université de Bretagne occidentale et en ethnologie à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, chargé de cours à l’Inalco en ethnologie inuit.

http://www.mae.u-paris10.fr/lesc/IMG/pdf/CV_Bordin_web.pdf

Maria Walecka-Garbalinska, professeure à l’Université de Stockholm et spécialiste du voyage et de l’imaginaire nordique  en littérature.

http://www.imaginairedunord.uqam.ca/index.php?section=cherch_walecka

Per Pippin Aspaas, docteur en histoire et bibliothécaire scientifique à l’Université de Tromsø, l’Université arctique de la Norvège, spécialiste du voyage d’exploration scientifique en Europe, Scandinavie et Laponie.

https://uit.no/om/enhet/ansatte/person?p_document_id=44289&p_dimension_id=88185

Véronique Antomarchi, enseignante à l’IUT Paris Descartes, membre du laboratoire CERLOM (INALCO) et chercheuse associée au CANTHEL ( Paris 5)

http://canthel.shs.parisdescartes.fr/mad-copy/

Comité de sélection

Anaïs Pascal, étudiante Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Yvan Chasson, étudiant Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Sabine Gadrat, étudiante Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Paul Theil, étudiant Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Marika Chauvet, étudiante Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Nour Slimani, étudiante Master 1 CCIC, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Limoges.

Thomas Molizon, étudiant Master 1 TRM, Faculté des Lettres et des sciences humaines, Limoges.

Ambre Calafuri, étudiante Master 1 TRM, Faculté des Lettres et des sciences humaines, Limoges.

Modalités de soumission

Les propositions (autour de 400 mots) accompagnées d’une courte biographie seront à envoyer avant le 19 janvier 2018 à anais.pascal@etu.unilim.fr en français.

Lieu

Université de Limoges

39E rue Camille-Guérin 87036 LIMOGES Cedex

Date

Mercredi 4 avril 2018

Contact

anais.pascal@etu.unilim.fr

Journée d’étude: conduite de projet

Le master Lettres et Arts invite ses étudiants de première année à organiser une journée d’études sur un thème de leur choix. Ils sont guidés dans la conception et la réalisation du projet par des enseignants-tuteurs.

Choix du thème, invitation de conférenciers, élaboration du programme et du budget, organigramme et communication, animation des conférences: tout se fait en équipe.

La JE 2016 sur le thème de l’illusion: https://ccic.hypotheses.org/866

La JE 2013 sur le thèmede l’innovation: https://ccic.hypotheses.org/584

[Cours 2017-2018] Littérature et dissidences (XVIIe s- XVIIIe s)

M1, semestre 2 : Littérature et idées

Littérature et dissidences (XVIIe s- XVIIIe s)

Enseignantes: Antoinette Gimaret ; Odile Pauchet

Descriptif

Ce cours se propose de réfléchir à la façon dont l’hétérodoxie, la libre pensée, le libertinage ou encore la marginalité peuvent trouver à s’exprimer dans le champ littéraire. Il cherchera à mettre en valeur à la fois les contenus, les supports et les usages de ce que l’on pourrait appeler une parole dissidente, en lien avec des contextes historiques, philosophiques et littéraires différenciés. On soulignera par exemple comment critique des mœurs, discours sur le genre ou revendication d’un rapport autre au corps supposent des pratiques de dissimulation, le recours à des dispositifs fictionnels ou à des genres hybrides.

Ce cours comporte 2 volets

1/ Un premier volet (A. Gimaret) portera sur les expressions diverses de la libre pensée dans la première modernité (XVIIe siècle). On s’y intéressera en particulier au courant des libertins spirituels pour y repérer certaines pratiques d’écriture (écritures de la dissimulation, recours à la fiction ou au récit de soi, rhétorique de la satire…) permettant une pratique de l’écart et l’élaboration d’une parole hétérodoxe (hétérodoxie du rapport au corps, rejet des dogmes chrétiens et de la notion de péché, mise en scène de soi, réflexion sur le lieu commun) dans un contexte politique et historique pourtant risqué (traumatisme des guerres de religion, construction d’un pouvoir central fort, censure politique et religieuse…). On pourra en outre évoquer l’expression, à la même époque, de dissidences religieuses tout aussi censurées (à travers le parler autre des mystiques ou des visionnaires), surtout quand elles permettent l’expression d’une voix féminine.

Le corpus d’étude sera le suivant (pour certaines œuvres n’ayant pas d’édition moderne, des extraits seront distribués) :

BOUCHARD Jean-Jacques, Confessions, ⦋écrit entre 1630 et 1647⦌, Paris, Le Promeneur, 2001 (l’édition de 1881 est disponible et téléchargeable sur Gallica à partir du site www.bnf.fr)

CYRANO de BERGERAC, L’Autre monde ou les États et Empires de la Lune, ⦋écrit vers 1649, 1ère édition censurée 1657⦌, édition conseillée : Folio Classique ou GF

MADAME GUYON, Récits de captivité ⦋1709⦌, Grenoble, Millon, 1992

2/ Un second volet (O. Richard-Pauchet) sera intitulé Les textes dissidents au XVIIIe siècle et la question de la censure : écritures clandestines, masque du libertinage. Il évoquera d’abord le roman libertin, héritier des philosophes du XVIIe siècle, comme véhicule de la dissidence des mœurs et métaphore de la pensée politique (Crébillon, Les Egarements du coeur et de l’esprit ; Le Sopha ; Diderot, Les Bijoux indiscrets, le cas de la Correspondance) puis la pornographie comme alternative à la critique socio-religieuse (Boyer d’Argens : Thérèse philosophe)

Référence bibliographique principale:
Romans libertins du XVIIIe siècle, textes établis, présentés et annotés par Raymond Trousson, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1993.

Modalités de contrôle des connaissances

Pour le contrôle continu :

-rédaction d’un compte rendu d’événement scientifique (colloque, conférence, séminaire, journée d’études…) valant pour 20% de la note finale

-examen terminal : écrit de 3h valant pour 80% de la note finale

Pour les ponctuels : écrit de 3h

Bibliographie critique

CAVAILLÉ Jean-Pierre, « Libertinage, irréligion, incroyance, athéisme dans l’Europe de la première modernité (XVIe–XVIIe siècles). Une approche critique des tendances actuelles de la recherche (1998-2002) », consultable sur le site internet du GRIHL (E.H.E.S.S.).

« De la construction des apparences au culte de la transparence. Simulation et dissimulation entre le XVIe et le XVIIIe siècle », Littératures Classiques, La Périodisation à l’âge classique, n° 34, 1998.

CHARLES-DAUBERT Françoise, Les Libertins érudits en France au XVIIe siècle, Paris, PUF, 1998.

DELON Michel, Le Savoir-vivre libertin, Paris, Hachette Littératures, 2000

JEANNERET Michel, Éros rebelle. Littérature et dissidence à l’âge classique, Paris, Seuil, 2003.

La Littérature libertine au XVIIIe siècle, Paris, Desjonquères, 2004

LOUDE Michel, Littérature érotique et libertine au XVIIe siècle, Lyon, Aléas, 1994.

PINTARD René, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, 1ère édition 1943, Genève, Slatkine, 2000.

 

[Cours 2017-2018] Le Rapport au pouvoir et à la Francophonie des écrivains africains

M1 : UE 1 « Code et langage » (S2)

Le Rapport au pouvoir et à la Francophonie des écrivains africains

Jean-Michel DEVESA

Objectifs de l’enseignement

En 2015, l’écrivain togolais Théo Ananissoh publie Le Soleil sans se brûler, un roman. Ce livre pose, sur le mode de la fiction, qu’un écrivain et/ou un intellectuel africain pour exister dans le monde, et d’abord dans le sien, celui des livres ou celui de la communauté académique, n’a pas d’autre choix que d’être pris en tenaille entre les exigences dérisoires mais pourtant bien sourcilleuses des pouvoirs en place et l’instrumentation par la Francophonie.

Il peint l’extrême détresse morale et donc humaine des plus fragiles d’entre eux, lesquels vivent comme une continue humiliation le fait d’être utilisés par les uns et les autres, et finissent broyés, quand ils constatent, après avoir essayé de « déborder » l’étau dans lequel ils étaient pris, qu’ils ont échoué, à la fois à se libérer de l’emprise de leurs maîtres (du « Sud » et du « Nord »), et à atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixés (une œuvre littéraire ou universitaire, toujours à valeur critique, combinée à une action génératrice d’effets politiques).

Ce que l’écrivain Théo Anonissoh nous « dit » peut-être, c’est que les plus humains des intellectuels africains, comme son professeur Yao Edo Améla et l’écrivain Sony Labou Tansi, meurent de cette Afrique aux mains des dictateurs et de leurs parrains du Nord, même quand ceux-ci se drapent dans les oripeaux du progressisme et de l’anticolonialisme, et ce, parce qu’ils sont malgré tout les agents du néocolonialisme, de la domination et de l’échange inégal : pour paraphraser une formule célèbre, la barque de l’amitié se brise hélas contre la vie courante.

Il s’agira tout au long du présent séminaire, et à travers le rapport des écrivains et des intellectuels au pouvoir, d’aborder la question du discours, dans ses versants politique, historique et littéraire : en effet, dans son roman, Théo Ananissoh mobilise la fiction pour à la fois « dire » sa relation à son « maître » (l’universitaire togolais Amela) et sa relation intellectuelle, esthétique et critique à Sony Labou Tansi (auquel il a consacré sa thèse) ; dans son essai, Bernard Mouralis s’efforce de « retrouver » son ami (et collègue) Amela et de le préserver de la plume acerbe de son élève Ananissoh, ce qui le conduit à une réévaluation des oeuvres de Sony Labou Tansi et d’Ahmadou Kourouma.

Il conviendra donc, sans forcer le trait, d’examiner différentes manières de « dire » et d’écrire le vécu, le souvenir, l’analyse, l’opinion, l’imaginé, etc., en privilégiant l’écriture, sa matérialité, ses procédés et ses techniques, les aspects idéologiques n’intervenant dans et pour l’analyse que de façon secondaire.

Œuvres au programme

Théo Ananissoh, Le Soleil sans se brûler (Elisad, 2015)

Bernard Mouralis, Théo Ananissoh, Sony Labou Tansi, Améla et moi (L’Harmattan, 2017) 

Nombre d’heures

Douze séances de deux heures. 

Bibliographie

Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, L’Empire vous répond. Théorie et pratiques des littératures post-coloniales, [The Empire Writes Back], Trad. de Jean-Yves Serra et Martine Job, Bordeaux, P..U.B., 2012.

John Maxwell Coetzee, Elizabeth Costello, (2004), Coll. « Points », n° P 1454, Paris, Seuil, 2006, pp. 51-81 [« Le Roman en Afrique »].

Jean-Michel Devésa, « Le Jeune Leiris en Afrique : Entre Fantômes et fantasmes », in Littérature et sociétés africaines : Regards comparatistes et perspectives interculturelles : Mélanges offerts à Janos Riesz à l’occasion de son soixantième anniversaire, Tübingen, G. Narr, 2001, pp. 255-264.

Jean-Michel Devésa et Alexandre Maujean, « L’Afrique dans la littérature : Un continent en son miroir, Introduction thématique », Afrique contemporaine, n° 241, 2012, pp. 31-42.

Lise Gauvin, « Petites littératures, littératures mineures, littératures minoritaires : réflexions sur la situation des littératures francophones », in Traversées francophones, Genève, Ed. Suzanne Hurter, 2010, pp. 204-211.

Pierre Halen, « Le « Système littéraire francophone » : quelques réflexions complémentaires », in Lieven D’Hulst et Jean-Marc Moura, Les Études littéraires francophones : état des lieux, Université Lille III, « Travaux et recherches », 2004, pp. 25-37.

Nathalie Heinich, Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000.

Bernard Mouralis, Littérature et développement : essai sur le statut, la fonction et la représentation de la littérature négro-africaine d’expression française, Paris, Silex, 1981.

Patrice Nganang, Manifeste pour une nouvelle littérature africaine, Pour une écriture préemptive, (2007), suivi de Nou (2013), Préface de Daniel Delas, Coll. « L’Un et l’autre en Français », Limoges, PULIM, 2017.

Edward W. Said, « Introduction » et « Pèlerins et pèlerinages, anglais et français », in L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Coll. « Points-Essais », n° 710, Paris, Seuil, 2005, pp. 29-79, pp. 279-281 et pp. 297-334.

Les étudiant(e)s sont encouragé(e)s à fréquenter la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges.

Évaluation :

Un dossier : A partir d’un sujet de synthèse, (à remettre lors de la 9e séance du séminaire, le sujet ayant été donné lors de la 6e séance).

[Cours 2017-18] Les arts poétiques d’Aristote au creative writing

« Codes et langages » S1

Les arts poétiques d’Aristote au creative writing

 

Enseignants Vivien Bessières et Irène Langlet

Descriptif (argument et organisation)

Ce séminaire aborde les théories de la langue et de l’écriture par l’angle des arts poétiques et de leur variation à travers les âges en Occident. On montrera comment les modèles descriptifs et prescriptifs de l’Antiquité et de l’âge classique ont peu à peu éclaté dans la Modernité. On fournira ainsi les repères historiques et théoriques destinés à comprendre pourquoi les arts poétiques ont été éclipsés par le cadre moderne de la poétique. On observera enfin que cette éclipse est loin d’avoir fait disparaître les manuels prescriptifs, et on passera en revue quelques-unes de leurs redistributions contemporaines savantes ou populaires (manuels d’argumentation ou d’ateliers d’écriture créative).

Dans un second temps, l’accent sera mis sur le test pratique de ces modèles anciens ou contemporains à travers un TD d’écriture créative. Le personnage, l’intrigue, le world building ou la question du style y seront expérimentés à travers des prescriptions célèbres (par exemple l’opposition entre character-driven story et plot-driven story, les formes à contraintes, ou les visions du style de Flaubert à Anne Roche et François Bon).

Modalités de contrôle des connaissances

Le « dossier » consistera en la réalisation et développement de l’un des exercices testés en TD, assorti d’une brève analyse théorique.

A lire avant le début du cours

Platon, République, III et X

Aristote, Poétique

Horace, Art poétique

Pseudo-Longin, Du sublime

en ligne sur le site de Philippe Remacle, URL : http://remacle.org

 

Boileau, Art poétique

en ligne sur le site de la fondation Wikisource, URL : https://fr.wikisource.org/wiki/Boileau_-_%C5%92uvres_po%C3%A9tiques/L%E2%80%99Art_po%C3%A9tique

 

Bibliographie critique

(à venir)

[cours 2017-18] Le récit à la première personne

M1, semestre 1 : Littérature et idées

Du mythe au thème littéraire et cinématographique : Narcisse et Pygmalion

(nouveau cours)

Enseignante: Milena Mikhailova

Descriptif et objectifs du cours

Ce séminaire aborde l’évolution et la réécriture de mythes antiques dans la littérature médiévale ainsi que dans le cinéma contemporain et leur transformation en symboles. Les différentes versions du mythe de Narcisse (Ovide, Pausanias) et le mythe de Pygmalion  sont utilisés dans la littérature comme instruments de connaissance et de réflexion sur l’identité et l’altérité (le moi et l’autre), sur la conciliation de l’analogie et de la différence, du réel et de l’irréel, sur le statut du fantasme.

Le Moyen Âge littéraire a construit des fables variées qui contribuent non seulement à la conservation et à l’évolution de ces légendes, mais également à leur incarnation en thèmes et motifs narratifs qui irriguent l’imaginaire littéraire bien au delà de l’époque médiévale. Ainsi les différentes exploitations du miroir, les reflets et portraits peints, l’orgueil et la métamorphose, le travestissement, la gémellité, l’inceste, les statues et les fausses mortes sont autant d’aspects présents dans ces mythes polysémiques que les écrivains ont transformés en éléments d’intrigue. Quelques textes médiévaux (photocopies fournies aux étudiants) serviront de support pour illustrer cette exploitation des mythes :

Soeur de Joie et Frère de Plaisir (nouvelle occitane)

Roman de Renart : branche IV, Renart dans le puits

Jean Renart, Guillaume de Dole (extraits)

Nous retrouverons ces motifs et figures dans le cinéma contemporain qui, sans citer explicitement les figures mythologiques, exploite leur potentiel symbolique :

Romer, Les Amours d’Astrée et de Céladon

Pedro Almodovar, Parle avec elle

François Ozon, Une nouvelle amie

Roman Polanski, Vénus à la fourrure

Modalités de contrôle des connaissances

Rédaction d’un dossier sur une œuvre littéraire (médiévale ou non) ou cinématographique, en rapport avec le sujet du cours.

Bibliographie critique

Ovide, Les Métamorphoses, éd. et trad. G. Lefaye, Paris, Les Belles Lettres, 1928-30.

Pausanias, Descriptio Graeca, IX, 31, 7-8. 

Agamben, Giorgio, Stanze, trad. Y. Hersant, Paris, Christian Bourgois, 1981 [éd. italienne : 1977].

Hadot, Pierre, « Le mythe de Narcisse et son interprétation par Plotin », dans Narcisses, Nouvelle Revue de Psychanalyse, 13, 1976, Paris, Folio/Gallimard, 2000, pp. 127-60.

Mikhaïlova Makarius, Milena, Amour au miroir. Les fables du fantasme ou la voie lyrique du roman médiéval, Genève, Droz, 2016.

Narcisses, Nouvelle Revue de Psychanalyse, 13, 1976, Paris, Folio/Gallimard, 2000, pp. 161-214.

Subrenat, Jean, « Le reflet dans l’eau (à propos de la branche IV du Roman de Renart) », dans L’eau au Moyen Age, Senefiance, 15, 1985, pp. 350-60.

Rentrée 2017 – les cours et les syllabus

Cliquez pour lire les sujets et bibliographies. On vous accueille le 19 septembre à 10h30 à la FLSH. Bonnes lectures!

Au semestre 1

U.E. 1 Spé. Lettres Littérature et idées: Le récit à la première personne 24
Cultures médiatiques: L’Antiquité dans la publicité 24
Codes et langages:Les arts poétiques d’Aristote au creative writing 24
U.E. 2 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique: Sémiotique et sciences humaines 24 x2
 Options (liste à choix)  24×2
U.E. 3 Projet tutoré Journée d’études
(conduite du projet: conception)
18
U.E. 4 Outils Méthodes 20
Recherche documentaire (SCD) 4
Langue vivante  18

Au semestre 2

U.E. 6 Spé. Lettres Littérature et idées: Littérature et dissidences 24
Cultures médiatiques: La sérialité 24
Codes et langages: Le rapport au pouvoir et à la Francophonie des écrivains africains 24
U.E. 7 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique: Sémiologie des médias 24 x2
 Options (liste à choix)  24×2
U.E. 8 Projet tutoré Journée d’études
(conduite du projet: réalisation, valorisation)
18
U.E. 9 Outils Atelier de recherche
Langue vivante  12

Au semestre 3

U.E. 1 Spé. Lettres Littérature et idées: Représentation des espaces humains 24
Cultures médiatiques: Enquête sur Fred Vargas 24
Codes et langages: L’éloquence, théorie et pratique 24
U.E. 2 Parcours
(au choix)
 Lettres anciennes  24 x2
Sémiotique 24 x2
 Options (liste à choix)  24×2
U.E. 3 Outils Rédaction, édition, valorisation de la recherche 12
Langue vivante  18

Au semestre 4

U.E. 4 Spécialité Actualité de la recherche 18
U.E. 5 Recherche tutorée Mémoire et soutenance 12
Stage tutoré 18
U.E. 6 LV Langue vivante

 

[2016-17] Actualité de la recherche: Adriana Romedea (université de Bacau, Roumanie)

Adriana-Gertruda ROMEDEA est professeure à l’Université « Vasile Alecsandri » de Bacau, Roumanie, Faculté des Lettres, Département de Langues et Littératures Étrangères. Licenciée en philologie (français-roumain) et docteur en philosophie, elle assure, depuis de nombreuses années, des cours et des séminaires de langue française contemporaine (Phonétique et Lexicologie) et de l’étude des Formes discursives. Elle a publié plus de 50 articles dans des revues nationales et internationales et aussi des ouvrages destinés à la formation des étudiants : Les actes de discours : une perspective sémiotique (thèse de doctorat – 1999), Leçons d’orthographe française (2001), … la science des mots… Cours pratique de Lexicologie (2002), Parler français en hommes d’affaires (2005), Cours pratique de prononciation du français (2006), La morphosyntaxe du français: notes de cours (2007), Formes discursives (2007), Guide de difficultés orthographiques des mots du français (2009), Apprendre le vocabulaire français 2013, Initiation aux figures du discours, 2016.

Elle donnera 4 mini-conférences sur les sujets-clés de sa recherche:

  1.    Versification  (Les sonnets d’Arthur Rimbaud)
  1.    Les déictiques en français contemporain
  1.   La polyphonie dans le discours (Candide ou l’optimismede Voltaire)
  1.    Le mode d’organisation du discours descriptif

[cours 2016-17] Rédaction, Édition et Valorisation de la Recherche (S3)

Odile Richard-Pauchet (MCF Littérature de l’âge classique)

6 séances de 2h chacune.

Séance 1 :

A/ Évaluation du travail de recherche déjà effectué par les étudiants.

B/ Expertise du sens de ce travail à la fois en terme de contenu de recherche et dans la perspective d’un projet professionnel.

C/ Examen d’un TER ancien (2010) : analyse d’un introduction fautive. Les présupposés d’une introduction.

 

Séance 2 :

Réflexion sur la problématique individuelle de chaque TER.

Reprise de cette problématique sous une forme condensée : présentation orale.

Rédaction de l’introduction (amorce).

 

Séance 3 :

Rédaction de l’introduction (fin).

Bilan concernant les tâches restant à mener dans le TER : réalisation d’un tableau de bord et d’un échéancier.

 

Séance 4 :

Mise en forme du TER : les questions d’édition.

Notes de bas de page, annexes.

Table des matières automatisée, index, glossaire, remerciements.

 

Séance 5 :

Valorisation de la Recherche :

A/ réflexion sur l’utilité du travail en terme de savoir-faire et de savoir-être.

(démarche / objectifs / résultats / difficultés).

Rédaction d’un bilan personnel d’une page.

 

Séance 6

(2h en temps limité : évaluation comptant pour le Contrôle continu) :

Rédaction d’un document de synthèse faisant le tour du projet de recherche.

I Cadre général et enjeux

II Déroulement et gestion de votre projet.

III Compétences, savoir-faire, qualités et compétences.

 

L’examen consiste en un oral de 30 minutes présentant l’ensemble de la démarche de recherche (placé au mois de janvier).

[cours 2017-18] Méthodes (S1)

Master Lettres et CCIC, 1e année, semestre 1, septembre-décembre 2016 (Chloé OUAKED) (20h)

Objectifs et évaluation

Descriptif : Séminaire de méthodologie de la recherche qui vise à faire comprendre les fondements de la recherche en Lettres et Arts, de la lecture et de la rédaction scientifique. Les séances sont fondées sur les besoins des étudiants en termes d’élaboration d’un sujet de recherche et de documentation.

Objectifs des séances (à titre indicatif) :

1) Premières explorations autour d’un sujet : les différences sujet-corpus-problématique, la formulation d’une hypothèse de recherche et l’identification des premières ressources ;

2) Lancement de « l’état des connaissances » ou « état de la question » : commencer la veille documentaire en lien avec le cours du SCD ;

3) Conception des parties du mémoire y compris introduction, conclusion, table des matières, éventuellement illustrations et leurs légendes, index et annexes ;

4) Initiation à l’écriture scientifique :

4.1 pour tendre à la réalisation d’un travail scientifiquement créatif, en se plaçant en position de trouver et de communiquer quelque chose de nouveau : objectivité, dimension argumentative, application de méthodes critiques, sources et citations, niveau de langue, clarté de la présentation et de la rédaction, etc.

4.2 pour situer sa recherche personnelle par rapport à celle de la communauté des chercheurs ; apprendre à citer les travaux consultés en évitant deux écueils : la paraphrase et le plagiat.

5) Quelques outils essentiels : savoir prendre des notes en évitant le plagiat ; savoir utiliser des bibliographies et sitographies (classées) ; savoir élaborer les différents types de notes de bas de page, savoir présenter une bibliographie classée.

 

Modalités de contrôle

[écrit + oral] Écrit = réalisation d’une série d’exercices, à rendre VERS MI-DECEMBRE sous format papier (+ envoi en pièce jointe). Oral = entretien de 10 minutes sur les exercices (cf. planning des examens).

– Exercice n°1 : bref compte rendu de lecture d’un article ou extrait d’ouvrage scientifique, axé sur la démarche scientifique de l’auteur.

– Exercice n°2 : rédaction d’un projet de recherche d’une à deux pages visant à convaincre le lecteur de son intérêt, de sa faisabilité et de son importance, avec une bibliographie critique d’au moins quatre titres.

– Exercice n°3 (3 pages) AU CHOIX :

Sujet 3-1 : commencer l’état de la question en proposant le compte rendu de trois publications qui figureront dans la bibliographie du mémoire.

Sujet 3-2 : proposer une analyse d’un élément du corpus primaire (= objet d’étude). L’introduction précisera le sujet choisi.

– Exercice n°4 (1 page) : rédiger le compte rendu d’une visite dans un lieu de ressources.