[cours 2016-17] De la dissidence

« Littérature et idées » S2

Littérature et dissidences (XVIIe s- XXIe s)

Enseignant(s) : Antoinette Gimaret (8h) ; Chloé Ouaked (8h) ; Odile Richard Pauchet (8h)

Discipline(s):

Antoinette Gimaret : littérature du 17e siècle ; représentations et discours du corps ; histoire des idées ; littérature et questions religieuses

Chloé Ouaked: littérature comparée ; littérature contemporaine ; texte et image

Odile Richard Pauchet: littérature du 18e s

 

Ce cours se propose de réfléchir à la façon dont l’hétérodoxie, la libre pensée, le libertinage ou encore la marginalité peuvent trouver à s’exprimer dans le champ littéraire. Il cherchera à mettre en valeur à la fois les contenus, les supports et les usages de ce que l’on pourrait appeler une parole dissidente, en lien avec des contextes historiques, philosophiques et littéraires différenciés. On soulignera par exemple comment critique des mœurs, discours sur le genre ou revendication d’un rapport autre au corps supposent des pratiques de dissimulation, le recours à des dispositifs fictionnels ou à des genres hybrides. Etudier les liens entre littérature et dissidence permettra en outre de faire le lien avec l’axe 2 d’EHIC « Les lieux autres » (reprenant l’idée foucaldienne des « hétérotopies » définies comme des lieux/espaces qui échappent à la socialité dominante, lieux de contestation ou de contre-pouvoir) et de sensibiliser donc les étudiants aux activités de recherche des membres de cet axe (journées d’études, séminaires etc.).

Ce cours comporte 3 volets permettant de couvrir un champ historique assez large :

1/ Un premier volet (A. Gimaret) portera sur les expressions diverses de la libre pensée dans la première modernité (XVIIe siècle). On s’y intéressera en particulier au courant des libertins spirituels pour y repérer certaines pratiques d’écriture (écritures de la dissimulation, recours à la fiction ou au récit de soi, rhétorique de la satire…) permettant une pratique de l’écart et l’élaboration d’une parole hétérodoxe (hétérodoxie du rapport au corps, rejet des dogmes chrétiens et de la notion de péché, mise en scène de soi, réflexion sur le lieu commun) dans un contexte politique et historique pourtant risqué (traumatisme des guerres de religion, construction d’un pouvoir central fort, censure politique et religieuse…). On pourra éventuellement évoquer l’expression, à la même époque, des dissidences religieuses (le parler autre des mystiques ou des visionnaires).

Le corpus d’étude se fera à partir des œuvres suivantes (pour certaines œuvres n’ayant pas d’édition moderne, des extraits seront distribués) :

BOUCHARD Jean-Jacques, Confessions, ⦋écrit entre 1630 et 1647⦌, Paris, Le Promeneur, 2001.

Charron Pierre, De la Sagesse, Bordeaux, Simon Millanges, 1601.

Petit traité sceptique sur cette commune façon de parler : « N’avoir pas le sens commun », [Paris, A. de Sommaville, 1646], édition Lionel Leforestier, Paris, Le Promeneur, 2003.

Héxaméron rustique ou les six journées passées à la campagne avec des personnes studieuses [Paris, Thomas Joly et Louis Billaine, 1670], édition critique par Gabriel Los d’Urizen, Paris, Les Amis de Paris-Zanzibar, 1997.

Le Philosophe antichrétien [Discours sur ce qu’on appelle philosophe chrestien], Notice et postface de Jean-Pierre Cavaillé, Paris, Les amis de Paris-Zanzibar, 2001, sans nom d’auteur.

 

2/ Un second volet (O. Richard-Pauchet) sera intitulé Les textes dissidents au XVIIIe siècle et la question de la censure : écritures clandestines, masque du libertinage. Il évoquera d’abord le roman libertin, héritier des philosophes du XVIIe siècle, comme véhicule de la dissidence des mœurs et métaphore de la pensée politique (Crébillon, Les Egarements du coeur et de l’esprit ; Le Sopha ; Diderot, Les Bijoux indiscrets, le cas de la Correspondance) puis la pornographie comme alternative à la critique socio-religieuse (Boyer d’Argens : Thérèse philosophe)

 

3/ Un troisième volet « Récit photolittéraire et dissidence générique » portant sur les XXe et XXIe siècles (C. Ouaked) interrogera les objets photo-textuels et la question du genre dans une perspective de littérature comparée : il proposera une approche de la photolittérature comme un moyen d’expression hybride qui traverse les champs artistiques (arts plastiques, littérature) et les mouvements, sans s’être constitué en genre à part entière – sinon peut-être dans le cas du « roman-photo ». Les thèmes du cours seront les suivants : L’Hybridité photolittéraire, Récits de vie et marginalité, Photolittérature et document, Genre et gender.

Les artistes étudiés seront les suivants : William Boyd (Nat Tate, un artiste américain, traduit de l’anglais), Claude Cahun (des portraits, et Aveux non-avenus), Duane Michals (diverses séquences photographiques), W.G.Sebald (Les Anneaux de Saturne, traduit de l’Allemand). Autres artistes évoqués : Sophie Calle, Nan Goldin, Hervé Guibert.

Biblio (programme et/ou lectures critiques) :

La bibliographie complète sera distribuée à la réunion de rentrée.

Quelques lectures critiques pour le XVIIe s :

CAVAILLÉ Jean-Pierre, « Libertinage, irréligion, incroyance, athéisme dans l’Europe de la première modernité (XVIe–XVIIe siècles). Une approche critique des tendances actuelles de la recherche (1998-2002) », consultable sur le site internet du GRIHL (E.H.E.S.S.).

« De la construction des apparences au culte de la transparence. Simulation et dissimulation entre le XVIe et le XVIIIe siècle », Littératures Classiques, La Périodisation à l’âge classique, n° 34, 1998.

Jeanneret Michel, Éros rebelle. Littérature et dissidence à l’âge classique, Paris, Seuil, 2003.

Modalités de contrôle

Les étudiants devront réaliser un dossier de 10 pages à remettre sous forme numérique en fin de semestre. Distribution des sujets dès la première séance. Etat des lieux d’avancement à mi semestre.

Type de cours

Le cours articulera une réflexion ciblée (problématique de la dissidence) à une vision plus panoramique (évolution sur plusieurs siècles des moyens d’expression mais aussi de la nature de ce que l’on appelle dissidence).