[cours 2017-18] L’éloquence, théorie et pratique

« Codes et langage » S3

brando cesar
Marlon Brando dans Jules César,de Mankiewicz, MGM, 1953.

L’éloquence: des théories à la pratique

Enseignant(s) : Bernadette Morin (4H); Laurence Pradelle (8H); Antoinette Gimaret (8H); Irène Langlet (4H)

Disciplines:

Antoinette Gimaret: Langue et Littérature françaises XVIIe (9e)

Irène Langlet: Langue et Littérature françaises XXe (9e et 10e)

Bernadette Morin: Langue et Littérature grecques (8e)

Laurence Pradelle: Langue et Littérature latines (8e)

 

Ce cours se propose de retracer quelques jalons de l’histoire de l’éloquence, depuis la période antique (gréco-romaine) jusqu’à aujourd’hui, en passant par l’âge classique. Il s’élaborera en quatre temps:

1/ une première partie, introductive, retrace la naissance de l’art oratoire en Grèce : le rôle des institutions politiques ; la révolution sophistique ; les différents genres de l’éloquence;

2/ la seconde partie est consacrée à l’élaboration par Cicéron, de la notion d’éloquence (politique ou juridique), qu’il oppose à la rhétorique.

– sur le plan méthodologique: brève histoire des théories en matière oratoire (les différents types d’éloquence, les parties du discours, les topoi, etc., à partir du De oratore et de l’Orator) délimitant les champs de la « pure rhétorique » opposée à la véritable « éloquence ».

– sur le plan pratique: étude d’un discours particulier.

3/ une troisième partie est consacrée à l’éloquence au XVIIe siècle, avec un éclairage sur la prédication (foyer essentiel d’éloquence à l’âge classique) grâce à l’étude des oraisons de Bossuet: celles-ci permettent de montrer comment certaines anciennes querelles se renouvellent alors en se greffant sur des querelles religieuses (asianisme/atticisme devenant prédication réformée/catholique).

4/ la quatrième partie aborde le « retour du refoulé rhétorique » dans la littérature et la pensée du langage au XXè siècle: on s’attachera à l’année 1970, qui voit la parution de trois éléments majeurs du débat (Barthes, Genette, groupe µ). Puis on suivra le cheminement d’un textualiste dans sa ressaisie de memoria (Beaujour) et d’un philosophe dans sa tentative de repenser le système rhétorique global (Meyer).

Bibliographie:

1/ Monde grec

Corpus primaire :

DEMOSTHENE, Troisième Philippique, Paris, Garnier Flammarion, Paris, 2000

ISOCRATE, Eloge d’Hélène, Paris, Belles Lettres, 1972.

LYSIAS, Contre Eratosthène, Paris, Belles Lettres, 1992.

PLATON, Gorgias, Paris, Garnier Flammarion, 1993.

Corpus secondaire :

  1. COULET, Communiquer en Grèce ancienne, Paris, Belles Lettres, 1996.
  2. PERNOT, La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Livre de Poche, 2000.
  3. de ROMILLY, Les grands sophistes dans l’Athènes de Périclès, Paris, Livre de Poche, 1988.

2/ Rome:

Corpus primaire:

CICERON, De oratore, Les belles Lettres

CICERON, L’orateur, Les Belles Lettres

CICERON, Pro Archia, Les Belles Lettres

Corpus secondaire

  1. ACHARD, La Communication à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1991.
  2. I. MARROU, Histoire de l’Éducation dans l’Antiquité, Paris, Seuil, 1965 (6e éd.).
  3. MICHEL, Rhétorique et Philosophie chez Cicéron, Paris, Les Belles Lettres, 1960.

ID., La Parole et la Beauté. Rhétorique et esthétique dans la tradition occidentale, Paris, Les Belles Lettres, 1960.

3/XVIIe:

Corpus primaire:

BOSSUET Le Carême du Louvre (1662), édition Folio, 2001, introduction Constance Cagnat-Debœuf.

ID., Oraisons funèbres, éd. Anne Régent, Petits classiques Larousse, 2004 OU édition Folio Classiques 2004.

Lectures complémentaires (ces ouvrages n’ayant pas d’édition moderne, des extraits seront distribués) :

GRENADE Louis (de) La Rhétorique de l’Église ou l’éloquence des prédicateurs, [Ecclesiasticae Rhetoricae libri tres, 1576], Paris, Jean Villette, 1698.

PANIGAROLE François L’Art de prescher et de bien faire un sermon [Modo di comporre una predica, Milan, 1584], traduit par Gabriel Chappuys, Paris, Regnault Chaudière, 1604.

ID., Cent sermons sur la Passion de Nostre Seigneur prononcez à Milan et traduits par Gabriel Chappuys [Cento ragionamenti sopra la Passione di Nostro-Signore, fatti in Milano, Napoli, 1586], Paris, P. Cavellat, 1586.

La Rhétorique françoise contenant les principales règles de l’éloquence de la chaire tirées de Grenade et d’autres célèbres écrivains, confirmées par les exemples de l’Écriture sainte, des Pères les plus éloquents et des Auteurs modernes les plus illustres, Paris, Pierre le Monnier, 1673.

RICHESOURCE, L’Éloquence de la chaire ou la rhétorique des prédicateurs c’est-à-dire la maniere de bien prescher et de bien panégyriser, Paris, Académie des orateurs, 1673.

Lectures critiques :

CHEVALIER Françoise, Prêcher sous l’Édit de Nantes, la prédication réformée au XVIIe siècle en France, Genève, Labor et fides, 1994.

FUMAROLI Marc, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res litteraria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980, réédition, Paris, Albin Michel, 1994.

HACHE Sophie, La Langue du ciel. Le sublime au France au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2000.

Lectures de Bossuet. Le Carême du Louvre, PUR, Rennes, 2001.

MILLET Olivier, « Ethos et pathos dans la prédication ecclésiastique au XVIe siècle : l’Ecclesiastes d’Érasme entre la tradition scolastique et la réforme protestante », in Ethos et pathos, le statut du sujet rhétorique, actes du colloque de Saint Denis de juin 1997, dir. François Cornilliat et Richard Lockwood, Paris, Champion, 2000.

MOUCHEL Christian, Cicéron et Sénèque dans la rhétorique de la Renaissance, Marburg, Hitzeroth, 1990.

REGENT-SUSINI Anne, l’Eloquence de la chaire, Seuil, 2009.

Anne Régent et Nicolas Laurent, Sermons de Bossuet. Le Carême de Louvre, Atlande, Paris, 2002.

4/L’âge contemporain : de la rhétorique restreinte à la théorie générale de l’argumentation.

[Une bibliographie plus complète sera donnée au début du cours.]

Genette Gérard, « La rhétorique restreinte », in Communications, Vol.16, n°16, 1970, pp. 158-171 ; repris dans Figures III, Seuil, 1972.

Barthes Roland, « L’ancienne rhétorique. Aide-mémoire », in Communications, , Vol.16, n°16, 1970, pp. 172-233.

Groupe µ, Rhétorique générale, Larousse, 1970 ; repris en Points-Seuil, 1992.

Beaujour Michel, Miroirs d’encre. Rhétorique de l’autoportrait, Seuil, 1980.

Meyer Michel, Principia Rhetorica. Une théorie générale de l’argumentation, Fayard, 2008.

 

 

Modalités de contrôle

Contrôle continu

L’étudiant aura deux notes de CC obtenues :

  • à partir d’un travail oral (exposé en groupes) dans le cadre du cours consacré à Cicéron (L. Pradelle)
  • à partir d’un travail écrit (devoir sur table de 2h) dans le cadre du cours consacré à la prédication au 17e siècle (A. Gimaret)

Examen terminal

L’épreuve terminale sera constituée d’un 1 écrit + 1 oral.

Chaque étudiant devra rédiger un discours portant sur un sujet donné en s’aidant des techniques oratoires vues en cours (rédaction d’un discours « à la manière de » Cicéron, etc.). Le sujet sera tiré au sort par l’étudiant une semaine avant l’épreuve. Ce discours écrit sera ensuite oralisé par l’étudiant en présence des intervenants du cours. Cette actio oratoire comptera pour moitié dans la notation. La durée de la prise de parole sera de 5mn minimum (soit environ 2 pages format word) et de 10 mn maximum.

Type de cours :

Ce cours, qui mêle théories et pratiques du discours à différentes époques, s’inscrit dans l’UE « Codes et langages ». Il permet à l’étudiant de comprendre les ressorts du discours analysés et théorisés depuis l’Antiquité, d’en percevoir l’évolution à travers ses multiples variations mais aussi de développer ses propres compétences dans l’art de la parole.

Il s’agit donc d’un cours ouvert à tout étudiant désireux soit de découvrir les bases de la théorie oratoire, soit d’en approfondir les multiples directions, tout en l’aidant à expérimenter sur lui-même des outils rhétoriques efficaces.

Il prend place en seconde année de master (S3), lorsque l’étudiant est déjà en possession d’outils littéraires et linguistiques suffisants pour se lancer lui-même dans l’élaboration d’un discours, qui ne peut que lui être utile pour la rédaction de son mémoire de master.