Recommandations pour le mémoire de recherches

1)    Consignes générales

En accord avec votre directeur de recherche, vous veillerez particulièrement à :

  1. choisir et justifier votre corpus de recherche ainsi qu’à lui donner une dimension adéquate ;
  2. procéder à un état des connaissances à obtenir par une recherche bibliographique et webographique ainsi que par des questions posées aux spécialistes de leur sujet ;
  3. identifier précisément votre domaine de recherche et compléter vos connaissances dans ce domaine précis ou à vous initier à la nouvelle approche pressentie comme pertinente pour traiter le sujet, par exemple, en choisissant de manière cohérente les enseignements optionnels de master ;
  4. élaborer progressivement une problématique qu’il faut articuler avec d’éventuelles problématiques secondaires. Le T.E.I.R est la démonstration d’une hypothèse clairement formulée.
  5. appliquer une méthode de travail et d’analyse du corpus ou à la constituer empiriquement. Vous réfléchirez à la compatibilité des différentes méthodes ponctuelles s’il se révèle nécessaire d’en adopter plusieurs.
  6. tendre à la réalisation d’un travail scientifiquement créatif, en se plaçant en position de trouver, d’écrire, quelque chose de nouveau.
  7. à communiquer aussi complètement et clairement que possible la démarche de recherche et ses résultats, entre autres par une rédaction rigoureuse et par le respect des normes de présentation des textes scientifiques.

2)    Composition des T.E.I.R

Le T.E.I.R doit comporter une étude (avec introduction et conclusion) une bibliographie, un index (de préférence) et une table analytique des matières. Celle-ci permet de localiser l’introduction et la conclusion, les titres des chapitres, parties et sous-parties, la bibliographie et l’index s’il y a lieu.

Vous pouvez éventuellement ajouter la liste des illustrations avec les indications sur leur provenance, la liste des abréviations si vous en utilisez et, d’une façon générale, en annexe, tout document qui vous semble utile. Chacun de ces éléments de votre T.E.I.R. figure nécessairement dans la table des matières. Si vous avez utilisé les styles titre1, titre2, etc., , la réalisation du sommaire sera automatique. Il suffit d’aller dans Insertion – Tables et index – Table des matières.

 

La préparation du mémoire suppose le repérage des passages et des oeuvres à citer avec leurs références exactes et l’élaboration d’une problématique qui vous permettra de définir un plan de travail distinct du plan d’exposition de votre mémoire. Cette problématique met en jeu une hypothèse formulée en introduction et que vous avez à argumenter.

 

Le plan sommaire de votre mémoire soit être soumis à votre directeur avant un plan détaillé, préalable à la rédaction.

2) Présentation du mémoire

Vous trouverez des conseils et des compléments utiles dans les ouvrages spécialisés par exemple dans L’Art de la thèse de Michel Beaud, ouvrage d’un Professeur d’économie, traduit en une douzaine de langues et récemment mis « à l’heure du Net ».

Beaud Michel, L’art de la thèse. Comment préparer et rédiger un mémoire de master, une thèse de doctorat ou tout autre travail universitaire à l’ère du Net (1958), Paris : La Découverte, coll. « Grands repères / Guides », 2006, 208 p.

Chevrel Yves, L’Étudiant chercheur en littérature (1992), Paris, Hachette, 2003, 160 p. (6e édition ).

Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, 2002, 200 p.

Frécon, Guy, Formuler une problématique dissertation, mémoire, thèse, rapport de stage, Paris : Dunod, 2006 (VI-153 p.)

Vairel Hélène, La présentation d’un manuscrit dactylographié, Nathan, Paris, 1992, coll. Nathan université, 159 p.

 

Les exemplaires (un pour chaque membre du jury) doivent être remis dactylographiés N’entreprenez surtout pas de faire photocopier votre mémoire avant d’avoir l’accord de votre directeur.

Les normes habituelles de présentation sont les suivantes :

– format de page 21×29 cm (A4) dactylographiée ou imprimée au recto seulement ; 25 lignes par page environ ; corps 12 pour le texte et 10 ou 11 pour les notes

– interligne : 1, 5 ou 2 pour le texte et 1 pour les notes ; marge gauche d’environ 5 cm;

– nombre de pages : consultez votre directeur.

La page de titre doit mentionner le nom complet de l’Université, de la Faculté, du département, l’année universitaire, la nature du diplôme (le nom précis du master et l’année : 1e ou 2e), le nom de l’auteur et le nom du directeur de recherche ainsi que le nom de l’équipe de recherche.

3) Notes de bas de page, citations et références

Les notes de bas de page servent à éclairer le texte de l’étude, le plus souvent en précisant les références. Elles sont signalées dans le texte par un chiffre arabe («l’appel de note») qui suit immédiatement l’expression à préciser ou à éclairer. Ce chiffre est repris au bas de la page. Les notes sont présentées en interligne simple, et en caractères plus petits que le corps de l’étude.

 

Aucun emprunt ne doit être fait à une publication antérieure sans être mentionné de façon précise.

Les citations sont toujours exactes au détail près (majuscules, ponctuation, etc.) et munies de leurs guillemets et de leurs références. Elles ne doivent pas être altérées. Toute suppression, même d’un seul mot, dans une citation doit être signalée par des points entre crochets droits. Tout ajout à une citation, par exemple à titre de commentaire, doit être signalé entre crochets droits.

Lorsque les citations sont courtes (quelques mots), elles sont intégrées à la phrase de l’étude, entre guillemets.

– Lorsqu’elles sont longues, elles doivent être présentées en simple interligne, décalées de 2 cm sur la droite par rapport à la marge ordinaire du texte, sans guillemets.

– Les citations en langues autres que le français sont accompagnées de traduction. Précisez le nom du traducteur ou indiquez : « Nous traduisons ».

 

Les références accompagnent toute citation, toute mention d’un texte, d’un ouvrage, d’un document. Elles ne se bornent pas à indiquer le titre d’un ouvrage. Elles doivent faire connaître l’édition consultée, la page de cette édition, et, dans les ouvrages où ils sont numérotés, le chapitre et le paragraphe.

Le titre d’un ouvrage doit être en italiques. Le prénom de l’auteur est en minuscules, le nom de l’auteur est en petites capitales ou en capitales (Ex. Paul Eluard ou Paul ELUARD). On doit mentionner dans l’ordre, le lieu d’édition, le nom de la maison d’édition, la collection, la série et le tome éventuels, la date d’édition, la page ou les pages utilisée(s).

Dans le cas d’un article de périodique ou d’une contribution à un ouvrage collectif, le titre de l’article ou de la contribution est en caractères romains et entre guillemets. Le titre de l’ouvrage collectif ou du périodique est en italiques ou souligné. On doit mentionner le tome, le numéro, la date, la page ou les pages utilisée(s).

Exemples :

Paul Ricoeur, Temps et Récit III, Le Temps raconté, Paris : Seuil, 1985, p. 235.

Dora and Erwin Panofsky, Pandora’s Box : The Changing Aspects of a Mythical Symbol, Princeton, Ill. : Princeton University Press, 1956; deuxième édition révisée : 1978 ; traduction française par Maud Sissung, La Boîte de Pandore, Paris : Hazan, 1990, p. 30.

Pour un article :

Gérard Genette, «Le statut pragmatique de la fiction narrative», Poétique, no78, Paris : Seuil, avril 1989, p. 237.

 

Il y a plusieurs façons de citer. Votre directeur de T.E.I.R. vous indiquera ses préférences s’il en a. Le principal est la cohérence de l’ensemble. Pour l’article de G. Genette cité supra, vous pouvez aussi indiquer :

GENETTE 1989, p. 237.

Dans ce cas, la bibliographie en fin de T.E.I.R. indiquera dans cet ordre :

GENETTE Gérard (1989), «Le statut pragmatique de la fiction narrative», Poétique, no78, Paris : Seuil, avril, p. 237.

4) Recherche documentaire et bibliographie

Recherche documentaire : Il est impératif de constituer, dès le début de votre recherche, une bibliographie de base recensant à la fois votre corpus et les ouvrages et articles qui se rapportent à votre sujet et à votre méthode. Ensuite, il vous faudra accéder aux documents eux-mêmes.

A ces fins, vous pouvez vous rendre à la bibliothèque universitaire, section Lettres, 1er étage. Vous y trouverez le Service de recherche documentaire informatisée qui s’occupe aussi des prêts entre bibliothèques (PEB).

a) Il est conseillé de prendre rendez-vous pour les questions concernant plus particulièrement les bases de données ou la rédaction de bibliographie avec Mme Jouanneaud (marie-claire.jouanneaud@unilim.fr ; 05 55 43 57 18) ou le responsable de la formation, M. Pirault (frederic.pirault@unilim.fr)

b) Renseignez-vous sur la permanence qui vous est offerte.

Vous trouverez les manuels bibliographiques en salle de bibliographie au 2e étage du bâtiment de la B. U. Lettres.

L’organigramme mis à jour en 2013 de la section Lettres et sciences humaines et du Pôle « Fonds patrimoniaux » est accessible sur la page : http://www.scd.unilim.fr/infos-pratiques/nous-contacter.html

 

Vous pouvez préparer votre recherche :

1)                 en consultant le site site www.scd.unilim.fr

Explorez les rubriques « catalogues », « e-ressources », et surtout « aide à la recherche » (http://www.scd.unilim.fr/aide-a-la-recherche.html)

Testez les bases offertes : revues numérisées (Jstor, CAIRN, etc.) et les bases bibliographiques.

L’accès aux ressources électroniques de la BU est désormais simplifié. Depuis chez vous, vous pouvez passer par l’ENT ou bien par le site internet du SCD. Allez sur la page :

http://www.scd.unilim.fr/e-ressources/toutes-les-bases-de-donnees.html

Cliquez sur votre base de données (Cairn, Jstor, Classiques Garnier, etc.) et identifiez-vous (codes ENT), c’est désormais suffisant.

Sans passer par l’ENT ni le site du SCD, vous pouvez aussi télécharger depuis votre navigateur des articles depuis www.persee.fr ou www.revues.org ou encore http://www.erudit.org/, etc.

Explorez la Bibliothèque numérique du Limousin : http://www.bn-limousin.fr/

 

2)                 en consultant le Catalogue collectif de France en ligne sur :

http://www.ccfr.bnf.fr/portailccfr/servlet/LoginServlet

Une fois que vous aurez utilisé les ressources locales, il est en effet conseillé d’élargir. Vous disposez d’un portail d’accès à toutes les bibliothèques : http://www.abf.asso.fr/# : cliquer sur « Ressources » puis sur « Panorama des bibliothèques ».

Éventuellement, explorez le « système universitaire de documentation » nommé  SUDOC : http://www.sudoc.abes.fr ; il vous donne un répertoire des bibliothèques universitaires. Le SUDOC permet surtout l’accès aux références de tous les types de documents (livres, périodiques, thèses…) des bibliothèques universitaires françaises et établissements de l’enseignement supérieur. Il permet également de localiser ces documents en donnant des informations pratiques sur les accès des différents centres de ressources.

 

Des précisions sur la consultation des thèses : Une version papier de chaque thèse soutenue est conservée dans la bibliothèque de l’université du doctorant. La thèse est aussi reproduite sur microfiche et théoriquement envoyée à toutes les bibliothèques universitaires. Le SUDOC (cité supra) permet l’identification et la localisation des thèses parmi 10 millions de notices. Vous pouvez taper un mot-clé sur la page : http://www.sudoc.abes.fr/xslt/

Pour la période antérieure à 1971, la BnF est une bonne source d’information (thèses de 1871 à 1971). Le Fichier central des thèses (FCT) est géré depuis 2010 par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur : http://www.abes.fr ; il signale les thèses en cours de préparation en France. Il vous oriente aussi dans les bases de données sur des thèses étrangères.

Le site www.theses.fr (ouvert en juillet 2011) donne accès à la description et le cas échéant au texte intégral de quelques milliers de thèses soutenues en France. En constante évolution, ce site signale l’ensemble des thèses soutenues en France depuis 1985.

Apprenez aussi à consulter les catalogues de la Bibliothèque nationale de France (BnF) dont le « catalogue général » :

http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/catalogues.html

Ou le catalogue le plus important au monde :

http://www.worldcat.org/?lang=fr

Pensez à regarder les « Signets de la BnF » : http://signets.bnf.fr/

Et explorez régulièrement le site : http://www.fabula.org/

Pour accéder à des textes (et non seulement à la bibliographie), vous devez connaître Gallica, Europeana, etc.

 

Bibliographie : votre T.E.I.R. doit comporter, à la suite de l’étude et avant la table des matières, une bibliographie.

a) Celle-ci comporte la liste des ouvrages du corpus (les oeuvres étudiées). Vous aurez pris garde au choix de votre édition de référence parce que toutes les éditions ne se valent pas. Même si vos références portent sur une édition courante, vous devez connaître les meilleures éditions.

b) La bibliographie comporte aussi la liste des ouvrages cités en référence et celles des ouvrages et articles utilisés au cours de la recherche, même s’ils ne sont pas cités dans le texte de l’étude. Un T.E.I.R. n’est pas une thèse : il est inutile de présenter une bibliographie exhaustive. Vous pouvez écarter des ouvrages de critique trop anciens sauf s’ils vous ont semblé réellement importants. Tenez compte en revanche des travaux récents. Votre bibliographie sera lue et vérifiée. Votre intérêt est de la commencer tôt.

Cette bibliographie doit être classée en rubriques en fonction de critères clairement définis et mentionnés. Elle peut être commentée.

Distinguez, autant que possible :

a)     dans les textes : corpus primaire et corpus secondaire ;

b)     dans les études : les travaux consacrés à l’auteur ou à l’oeuvre choisie ;

c)      les ouvrages généraux (linguistique, histoire de la littérature, critique littéraire, théorie de la littérature, théorie des genres, dictionnaires, etc.).

Pour les ouvrages plusieurs fois édités, on doit donner d’abord les références de la première édition ; s’il s’agit d’ouvrages en langue étrangère, on donne les références dans la langue originale puis celle de la traduction française utilisée (donc le nom du traducteur). Pour les ouvrages anciens et rares, il est préférable d’indiquer également le format de l’édition, et la cote de l’ouvrage dans la bibliothèque qui le conserve. On ajoutera éventuellement le nombre de pages des ouvrages cités en référence (si vous le faites, faites-le pour tous les ouvrages cités).

La nature du travail peut faire varier ces normes générales : votre directeur de T.E.I.R. vous donnera des indications.

Exemples :

Ricoeur Paul, Temps et Récit III, Le Temps raconté, Paris : Seuil, 1985, 430 p.

Panofsky Dora and Erwin, Pandora’s Box : The Changing Aspects of a Mythical Symbol, Princeton : Princeton University Press, 1956 ; deuxième édition révisée : 1978 ; traduction française par Maud Sissung, La Boîte de Pandore, Paris : Hazan, 1990.

Du Guillet Pernette

Rymes de gentille et vertueuse D. Pernette Du Guillet, Lyon : Jean de Tournes, 1545, in 8°, BnF [Rés. Ye 1341

Rymes, édition critique par Victor E. Graham, Genève-Paris : Droz-Minard, 1968.

Pour un article :

Genette Gérard, «Le statut pragmatique de la fiction narrative», Poétique, no78, Paris : Seuil, avril 1989, p. 237-249.

 

N.B. : Dans la bibliographie, le prénom de l’auteur est indiqué après son nom. Dans les références en cours d’étude, il est d’usage de placer le prénom avant le nom. Si vous avez cité dans votre texte le prénom et le nom (ex. : Gérard Genette), vous pouvez ensuite n’indiquer que l’initiale du prénom dans le texte et les notes pour alléger (ex. : G. Genette).

 

c) documents électroniques

Cette rubrique concerne la recension des documents en ligne (webographie), ou éventuellement sur CD-rom.

S’il s’agit d’un document en ligne, faites précéder l’adresse URL du document de l’expression « Disponible sur » ou d’une formule équivalente (« Accessible sur Internet »). Les URL sont citées dans la référence bibliographique entre crochets obliques (<>).
L’existence d’autres versions du document décrit peut être signalée, précédée de l’expression « Également disponible » ou d’équivalent. Si vous ne trouvez pas de date, indiquez la date de dernière modification. Dans tous les cas, faites suivre votre référence de la mention « Consulté le ».

Un site canadien donne des exemples :

http://www.ebsi.umontreal.ca/jetrouve/internet/webogr1.htm

d) images, films, etc.

Le cours de la B.U. vous donnera des normes si besoin est. Indiquez tous les éléments en votre possession.

e) documents non-publiés, manuscrits

On ne distingue pas entre les documents manuscrits stricto sensu et les documents dactylographiés (tapuscrits) ou rédigés à l’aide de logiciels de bureautique. L’important est le fait de la non-publication. Pour les fonds d’archives, on peut s’inspirer des notices (référence et cotes) et des recommandations de la Norme générale et internationale de description archivistique.

Si vous devez citer une représentation, donnez le titre, le nom de l’auteur et le nom du metteur en scène, le lieu et la date (ou les dates). Si vous devez faire référence à des informations non publiées obtenues au cours d’entretiens provoqués ou non, citez le nom de l’interviewé, celui de l’intervieweur, la date et le lieu, le cas échéant l’existence d’une transcription ou d’un enregistrement non publié et sa localisation.

Ex. : Jean Dupont, conversation avec l’auteur, 3 septembre 2010.

5) Rappel de quelques normes typographiques

Les abréviations sont à proscrire dans la partie rédigée du mémoire.

  • Toutefois, pour les titres des ouvrages ou de revues souvent cités, on pourra indiquer, à part, une liste des abréviations permettant de réduire les références données dans les notes (Ex. : RSH pour Revue des Sciences humaines). La liste des abréviations figurera dans la table des matières. Les abréviations doivent être assez explicites pour ne pas risquer d’être confondues l’une avec l’autre ; il ne faut donc pas les réduire à un simple numéro ou à une date. Pour gagner du temps, vous pouvez commencer cette liste en début d’année. Dans le T.E.I.R, vous pouvez la placer avant l’introduction, après la page de titre.
  • Dans les références, on peut utiliser les abréviations suivantes d’usage courant (n’oubliez pas le point signalant l’abréviation):

t. = tome

ch. = chapitre

vol. = volume

préf. = préface

coll. = collection

p. = page ou pages

id. = pour renvoyer au nom d’un auteur déjà cité;

op. cit. = pour renvoyer à un ouvrage déjà cité bien avant ou dans le cas ou d’autres notes ont été insérées après celle qui renvoyait au même document.

ibid. ou = dans le même endroit. Cette abréviation est utilisée seulement dans le cas où deux références au même ouvrage se suivent.

Loc. cit. = même usage que ibidem.

Cf. = comparez. On demande au lecteur de faire une comparaison avec un autre document. On ne confondra pas cette abréviation avec «voir».

v. = voir.

N.B. : Nota bene. S’utilise en tête d’une remarque. Invariable. Signifie « Note bien ».

Dans les abréviations qui précèdent, les mots de langue étrangère sont en italiques. Vous garderez le même usage pour toute citation en langue étrangère et pour des mots comme infra qui renvoie à un passage plus loin dans le texte ou supra qui renvoie à un passage qui se trouve avant.

 

Ponctuation : Les virgules et les points sont suivis d’un espace blanc mais sont collés au mot qui précède. Les signes dits « doubles » (? ; : ! ») ainsi que les tirets d’incise sont suivis et précédés d’un espace blanc dit insécable. (NB : en typographie, depuis le XVIIe siècle, on dit plus volontiers une espace.)

Le point virgule est par lui-même une sorte de connecteur. Il marque une pause de moyenne durée. Il s’emploie pour séparer, dans une phrase, les parties dont au moins une est déjà subdivisée par la virgule, ou encore pour séparer des propositions de même nature ayant une certaine étendue. En l’utilisant à la place d’un point, l’écrivain précise qu’une connexion existe entre ces deux discours.

Pensez aux alinéas : L’alinéa marque un repos plus important que le point. Il signifie une séparation établie entre une phrase et les phrases précédentes, en la faisant commencer légèrement en retrait à la ligne suivante, et ce, après un petit intervalle laissé en blanc. L’alinéa permet le passage d’un groupe d’idées à un autre.

 

Utilisation des majuscules (capitales)

Vous pouvez aussi consulter sur ce point : Georges Morell, Autour des mots : Le plus court chemin entre la typographie et vous, Paris : Editions des Journaux Officiels, 2005.

On ne met PAS DE CAPITALE initiale

– après un deux-points, à l’intérieur d’une phrase :

Ex. : Le journal comporte deux éditions : l’une du matin, l’autre du soir.

– après un point virgule :

Ex. : La couverture fut demandée en quadrichromie ; une nouvelle maquette fut dessinée.

– après un point d’interrogation, un point d’exclamation ou des points de suspension, lorsque ces signes ne terminent pas la phrase :

Ex. : Et alors ? en quoi cela peut-il vous importer ? Il était, hélas ! bien trop paresseux. Nous décidâmes alors… de ne rien décider.

– aux noms de jours et de mois :

Ex. : Dernier délai : mardi 3 janvier. Fermeture annuelle en août.

– aux divisions administratives et aux juridictions civiles et militaires :

Ex. : Adressez-vous à la préfecture de votre département. Son affaire doit passer prochainement en cour d’appel. Les départements scientifiques…

– aux titres et qualités des chefs d’Etats, des membres du gouvernement :

Ex. : Sa grâce dépend du président de la République. Il faut demander cela au ministre de la justice.

– aux noms de personnes, de pays, de contrées, de provinces, de villes, donnés à des

produits :

Ex. : Par économie, il a choisi un diesel.

Avec son pont-l’évêque, il aurait préféré un bourgogne ou un saint-émilion.

Son shetland l’hiver, son panama l’été, le rendait facilement reconnaissable.

On écrit AVEC UNE CAPITALE initiale (au premier mot uniquement)

– les raisons sociales, les noms de sociétés, d’établissements, d’associations, publics ou privés :

Ex. : Il allait visiter les Papeteries de la Chapelle. J’ai adhéré à l’Association des secrétaires de rédaction.

Ses fonds sont déposés à la Banque du Languedoc. C’est un mot d’ordre à la Confédération générale du travail. Centre national de la recherche scientifique.

– Les noms de marques et de modèles :

Ex. : Il aimait conduire sa Samba.

6) Impression

Vous ne devez en aucun cas effectuer la reproduction de votre T.E.I.R. sans l’accord préalable de votre directeur de recherche..

Soignez la préparation de votre fichier. Relisez avec attention pour les fautes de frappe et autres coquilles. En cas de doute, voici deux ouvrages :

Colin Jean-Paul, Dictionnaire des difficultés du français, Paris : Éditions Le Robert, coll. « Les usuels », 1978, 1995 (les mots sont classés par ordre alphabétique et non pas regroupés par type de difficulté).

Grevisse Maurice, Le bon usage, Paris-Gembloux : Duculot, 1969 (très complet).

Lorsque vous reproduisez des photos, les photocopies sont rarement satisfaisantes : prévoyez des originaux.

N’oubliez pas de numéroter vos pages (toutes, sauf la page de titre). La première page d’un chapitre ou d’une section peut ne pas être numérotée, mais elle compte dans la pagination.

Si vous désirez imprimer en recto-verso souvenez-vous que les pages de droite ont un numéro impair. Les pages de gauche (les pages verso) ont un numéro pair. Attention : toutes les pages verso doivent être présentes dans votre fichier (y compris les pages blanches) pour assurer une numérotation correcte. Ajoutez par conséquent des pages blanches aux bons endroits s’il le faut. Chaque début de partie doit être sur une page de droite dite « belle page ». Une fois votre T.E.I.R. terminé, il est souhaitable de le convertir en fichier PDF pour éviter des marges différentes, une pagination décalée, des symboles absents ou d’autres soucis.

7) Soutenance des T.E.I.R.

Le T.E.I.R. doit être soumis au directeur de recherche deux semaines avant son éventuelle soutenance. La soutenance est publique et dure entre 30 minutes et une heure.

Prévoyez un exposé d’une dizaine ou quinzaine de minutes destiné non à répéter votre T.E.I.R. mais à le présenter : hypothèses, limites du sujet, démarches, conclusions, difficultés éventuelles (surmontées ou pas), prolongements envisagés, etc. Votre directeur vous donnera des précisions utiles.

Cet exposé sera suivi d’un entretien avec le jury composé d’au moins deux professeurs. Une fois l’entretien achevé et après délibération, le jury attribue une note et une mention au T.E.I.R. Attention aux dates limites ! Le service de la scolarité vous renseignera.

 


Une réflexion au sujet de « Recommandations pour le mémoire de recherches »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.